ploum.net

Ce site n'est pas le site officiel.
C'est un blog automatisé qui réplique les articles automatiquement

Update

Updating database... Please wait.

Printeurs 9

Friday 18 October 2013 at 14:57

sofa
Ceci est le billet 9 sur 10 dans la série Printeurs

Une légère sonnerie se fait entendre. Nullement surpris, Georges se dirige vers la porte de l’ascenseur à l’instant où celle-ci s’ouvre sur un personnage en costume élégant. Il n’est plus tout jeune mais fait partie de ces personnes dont on perçoit instantanément qu’elles sont bien conservées, moins par le sport et une vie saine que grâce à l’argent et la richesse. Lorsque l’on peut se payer un cuisinier, des repas bios, des massages, des petites retouches chirurgicales de temps en temps et un traitement de régénération de l’ADN, le passage du temps doit paraître moins inquiétant.
— Bonjour Georges, fait l’individu. Je te croyais seul !
— Bonjour Warren, ne t’inquiète pas. Il s’agit de deux jeunes chercheurs très prometteurs qui ont toute ma confiance. D’ailleurs, nous t’attendions, je venais de servir un quatrième verre de Whisky. Nellio, Eva, je vous présente Warren, administrateur du conglomérat de la zone industrielle.

Sans hésiter, il tend au visiteur le verre qu’il vient de sortir de notre… printeur, à défaut d’autre mot pour décrire notre invention. Je reste un instant suffoqué par son audace et son naturel. Ce verre de whisky est historique et Georges le sert au premier visiteur venu. Constatant mon air ahuri, il m’adresse un clin d’œil complice.

Je m’approche d’Eva.
— Georges est dingue ! Ce mec aurait pu surprendre notre expérience !
Elle me regarde, d’un air légèrement hautain :
— Bien sûr que non, il n’aurait pas laissé la porte de l’ascenseur s’ouvrir !
— Mais elle est automatique, non ?
— Georges possède un neurex autrement plus perfectionné que nos gadgets. Le sien est calibré sur certains ordres précis, par exemple l’invitation à entrer. Une image de la personne est projetée dans ses lentilles. S’il a la moindre réaction de rejet ou d’hésitation, la porte se bloque et il faut l’ouvrir manuellement.
— Bref, c’est la version moderne de l’œil-de-bœuf.
— Si tu veux.
— Mais… Comment es-tu au courant de tout cela ?

Sans me répondre, elle me fait signe d’observer le nouveau venu porter le verre offert à ses lèvres. Une grimace déforme soudain ses traits. Mon cœur s’arrête de battre ! Et si notre printeur n’était tout simplement pas au point ? Dieu sait quel liquide Georges avait offert à son invité !
— Du Glenlivet ! Bon dieu Georges, tu n’as donc aucun goût ? C’est juste bon à allumer le barbecue. Tu veux me tuer ?
— J’oubliais que monsieur est un fin connaisseur, goguenarde Georges en reposant le verre. Mais je suppose que tu n’es pas venu ici pour critiquer mes goûts.

D’un air légèrement interrogatif, Warren nous jette un regard. Georges le rassure :
— Ne t’inquiète pas, ils ont toute ma confiance.
— C’est au sujet de ta fondation pour les conditions de travail des ouvriers. C’est très joli tout ça mais ça induit des coûts qui vont se répercuter sur les ventes.
— Il faut bien que les ouvriers aient des avantages sur les télé-passifs ! J’essaie de t’aider Warren. Si tu ne cèdes pas progressivement, tu risques de voir apparaître des syndicats !

Eva semble passionnée et ne perd pas une miette de la conversation. Quand à moi, j’avoue y trouver un profond ennui. Je m’éloigne au milieu du bourdonnement des voix et m’installe dans un canapé de cuir blanc. Ce que j’avais pris pour un coussin se déplie soudain et vient se frotter contre moi. Un chat ! Il ronronne, se frotte le museau contre mon bras.
— Salut minou !

D’autorité, il plante ses griffes dans mes cuisses et se met à les pétrir avec ardeur. La douleur est légère, je rigole doucement. Il pousse un bref miaulement avant de se lover entre mes deux jambes. Je suis prisonnier !

Georges s’approche de moi.
— Je vois que vous avez fait connaissance tous les deux ! Félicitations Nellio, le Roi Arthur est très exigeant quand à la qualité de ses coussins royaux. Tu es l’un des rares élus !

Je souris.
— Où est Warren ?
— Il est sorti, cela fait un moment que nous discutions et nous ne t’avons pas entendu.
— Désolé, je crois que je n’ai pas vu le temps passer.
— C’est que le Roi Arthur a utilisé sur toi sa terrible emprise spatio-temporelle ! Ses victimes sont dans un espace temps à écoulement différé. Redoutable !
— Au fait Georges, sans vouloir être indiscret, tu me sembles bien occupé. Après notre recherche, des sociétés, j’apprends que tu présides également une fondation pour les conditions de travail dans les usines. As-tu encore le temps de tourner des films ?

Georges a l’air sincèrement surpris :
— Pourquoi faire ?
— Et bien, c’est ton métier, non ?

Il éclate de rire !
— Oh, dit-il, je croyais que tout le monde était au courant. J’ai tourné quelques segments clés dans mon jeune temps afin de construire mon book. Le reste est entièrement réalisé en simulation 3D par les techniciens. Je donne mon accord pour l’utilisation de mon image et je touche des royalties. De temps en temps, je dois tourner un nouveau segment qui n’est pas réalisable à partir de ceux existants. Cela ne prend guère plus d’une journée.

Je reste interdit.
— Mais… Les prix d’interprétation que tu as obtenus ?
— C’est la partie ennuyeuse de mon travail. Lorsque les producteurs ont décidé d’acheter un prix parce que cela fait partie de leur plan marketing, je dois me farcir la cérémonie. Pas moyen d’y échapper, c’est une des clauses de mes contrats. Mais bon, je suppose que ça fait partie du job, je n’ai pas à me plaindre.

Eva nous regarde fixement. Ses lèvres s’entrouvrent un moment, comme si elle était sur le point de dire quelque chose. Puis, prenant une décision, elle s’approche de moi et, sans mot dire, se saisit du Roi Arthur.

S’emparer d’un chat qui dort et qui n’a pas envie de bouger n’est pas une mince affaire. Surtout si ce chat s’appelle Roi Arthur et n’a visiblement jamais connu d’autorité supérieure que celle de son bol de croquettes. Parvenir à maintenir ce chat dans le scanner multi-modal durant un temps suffisant devrait relever de l’exploit impossible. Pourtant, le visage complètement impassible, la peau à peine entamée par les coups de griffes, c’est ce qu’Eva est en train de réaliser sous nos yeux ébahis. L’espace désormais constellé de poils au creux de mes cuisses n’a pas le temps de refroidir que, déjà, Eva relâche le souverain Pendragon qui, offusqué, s’en va soigner sa dignité blessée en son île d’Avalon, sous le canapé. Ni Georges ni moi n’avons élevé la moindre protestation. Eva pianote sur le clavier.

Je retiens mon souffle. Georges est paralysé, il n’ose intervenir. Eva enfonce une dernière touche et l’aquarium se met à bouillonner. De manière étonnante, le bouillonnement me semble moins intense que pour le verre de whisky. Peut-être est-ce l’habitude ? Ou le fait que l’air soit probablement saturé de poussières et de particules de chat ? Je ne peux dire combien de temps nous sommes restés immobiles, figés jusqu’à ce que, brusquement, le liquide se stabilise. Pas le moindre remous, le moindre clapotis. Une immobilité immédiate, surnaturelle. Je me rappelle alors que notre liquide est en fait composé de milliards de nano-robots. Eva est paralysée, elle fixe le contenu de l’aquarium.

Dans le silence religieux qui s’est emparé de la pièce, les coups de langues du Roi Arthur original qui se lèche vigoureusement derrière les oreilles résonnent comme des coups de tonnerre.

 

Photo par Carole & Aldo.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce texte. Ce blog est payant mais vous êtes libre de choisir le prix. Vous pouvez soutenir l'écriture de ces billets via Flattr, Patreon, virements IBAN, Paypal ou en bitcoins. Mais le plus beau moyen de me remercier est de simplement partager ce texte autour de vous.

flattr this!

Source: http://ploum.net/printeurs-9/


Nous sommes tous d’extrême droite…

Wednesday 16 October 2013 at 15:08

nazi_love

Que ce soit en Grèce, en France ou dans mon propre pays, je ne peux que m’inquiéter à chaque fois que j’entends parler de « lutter contre l’extrême droite », de « peste brune » ou des actions « antifafs ».

Comme si le monde était entièrement polarisé entre les « mauvais », l’extrême droite, et les « gentils ». Comme si il fallait stigmatiser une partie de la population avant de la détruire. Faudra-t-il bientôt un passeport certifiant que nous ne sommes pas d’extrême-droite ? N’est-ce pas appliquer exactement les méthodes tant décriées ?

Au fond, ne sommes nous pas tous un peu d’extrême droite ? Des milliers de personnes votent extrême droite et sont, pourtant, des gens plein de qualités voire de gentillesse. Nous avons tous connu cette personne sympathique, cet oncle rigolo qui, à un moment ou un autre, dira « Les étrangers, il faut tous les foutre dehors ». On peut se braquer, on peut refuser de discuter avec lui. Il n’empêche qu’on le trouvait sympa avant d’entendre son opinion politique.

Car l’extrême droite, après tout, ce n’est qu’une simple erreur de jugement. La simpliste pensée, savamment orchestrée par des campagnes de communication, que les étrangers sont la source de tous nos maux, que nous en débarrasser serait une solution. Prendre conscience que cette pensée est fausse est un exercice de logique relativement complexe. Aussi, est-il humain et compréhensible que beaucoup fassent cette erreur. Doit-on pour autant les rejeter ? Ou, au contraire, essayer de les écouter pour pointer les failles du raisonnement ? Que celui qui ne s’est jamais trompé me jette la première pierre !

Les étrangers prennent notre boulot

C’est la crise et beaucoup d’entre nous sont au chômage. La quantité de postes à pourvoir à temps plein est limitée. Il parait donc très logique que choisir arbitrairement de supprimer une partie de la population créera des emplois pour les autres. Les étrangers représentent une catégorie facile à identifier. Cela entraîne l’axiome : « Je n’ai rien contre les étrangers mais nous, les purs, devons avoir priorité pour obtenir un travail. »

Facile, simple et, honnêtement, avouez que c’est très tentant de se laisser aller à ce genre de raisonnement lorsqu’on craint pour sa propre situation.

Évidemment, comme tout raisonnement simpliste, on oublie de dire que les étrangers sont également des consommateurs. Que s’ils partent, une grande partie du travail disparaîtra avec eux. Qu’une grande partie de nos « purs compatriotes » travaillent également à l’étranger.

Les étrangers nous agressent

Je ne connais pas les chiffres mais je veux bien admettre que, proportionnellement, il y a plus de délinquants et de voyous parmi les immigrés que parmi les « purs nationaux ».

N’est-il pas tentant de vouloir réduire le nombre de voyous ? Avouez, cela semble tellement facile !

Ici, nous sommes en plein dans la confusion traditionnelle entre la corrélation et la cause. Vu qu’il y a plus de voyous parmi les immigrés, on arrive inconsciemment à la conclusion qu’être immigré fait de vous un voyou.

Or, tous les indicateurs le montrent : la réelle cause de la délinquance, c’est la paupérisation d’une partie de la société. Les « purs nationaux » défavorisés sont tout autant susceptibles de devenir des délinquants que les émigrés. Il est également parfaitement logique de constater qu’une grande partie d’immigrés, ces gens qui ont quitté leur pays parce qu’il n’arrivaient pas à s’en sortir et qui arrivent les mains vides sont pauvres. Et donc plus susceptibles de tomber dans la délinquance.

La délinquance est un produit de la pauvreté et expulser les étrangers ne résoudra pas le problème de la pauvreté. Mais c’est plus facile de le croire et d’en être convaincu.

L’argument moral

Les deux arguments ci-dessus sont les fers de lance de l’extrême droite. Comme vous avez pu le constater, il est très facile de se tromper, surtout dans une situation de crise où vous craignez pour votre propre bien-être !

Si vous me lisez, il y a de grande chance que vous ayez une éducation assez poussée et que vous ne soyez jamais tombé dans le panneau. Mais doit-on nécessairement rejeter les personnes qui font ces deux erreurs ? Qui pensent, sincèrement, que leurs problèmes pourront être résolu en expulsant les étrangers ou, au moins, en donnant la priorité aux « purs » ? Pourriez-vous jurer que vous n’auriez jamais tenu ces raisonnements si vous n’aviez pas reçu votre éducation ou vécu vos expériences ? N’avez-vous pas tout simplement dompté cette peur de l’autre qui existe en chacun de nous ?

Ils votent extrême-droite mais ce sont des humains, comme nous, pour la plupart gentils et aimants. Comme je l’ai déjà entendu : « J’aimerais qu’on puisse accueillir les étrangers mais y’a un moment ou c’est chacun pour soi. C’est dommage, c’est pas que je les aime pas, c’est juste la survie. »

Face à ce genre de réaction, le seul argument qu’ils entendent, surtout de la bouche des politiciens ou des intellectuels : « Mais c’est du racisme ! » ou « C’est de l’extrême droite ! ». Comme si l’invocation suffisait à stopper toute discussion.

Ce à quoi ils répondent : « Oui, et alors ? Je préfère survivre en étant raciste que crever de faim. » Peut-on réellement leur donner tort ? N’est-ce pas une réaction profondément humaine ?

Les étrangers de l’humanité

Oui, il y a des gros cons. Des gens dangereux. Mais, surprise, ils ne sont pas tous d’extrême droite. Et derrière les bulletins de vote extrémistes se cachent souvent des hommes et des femmes qui vous inviteraient volontiers à partager leur repas, qui pourraient garder vos enfants ou venir nourrir votre chat pendant les vacances.

Ils n’ont tout simplement pas eu la chance de recevoir une éducation comme la vôtre. Ou sont incapables de l’utiliser. Ils ont vécu dans leur univers et ne se sont jamais posé la question cruciale, le talon d’Achille de l’extrême droite : comment détermine-t-on la « pureté » ? Qui est étranger et qui est un national ? Pouvez-vous tracer une frontière précise ?

Discutez avec eux. Demandez leur les critères précis pour déterminer ceux qui sont « nationaux ». Cela va prendre du temps. Pour chacune de leurs idées, il faudra trouver des cas limites, les exceptions. Et, finalement, ils devront se rendre à l’évidence : soit la frontière est « tout ce qui n’est pas comme moi », un cri de solitude et de désespoir, soit elle est juste assez large pour englober l’humanité entière.

On ne lutte pas contre l’extrême droite en la diabolisant, en rejetant toute personne qui vote ou professe ses idées. Pour la plupart, ils sont déjà terriblement seuls. On la réduit à néant en écoutant, en éduquant et en humanisant. L’humanité, tu peux apprendre à l’aimer car nous ne voulons pas que tu la quittes. Reste avec nous ! L’humanité t’aime, même si tu as voté extrême droite !

 

Photo par Thzami Gamour.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce texte. Ce blog est payant mais vous êtes libre de choisir le prix. Vous pouvez soutenir l'écriture de ces billets via Flattr, Patreon, virements IBAN, Paypal ou en bitcoins. Mais le plus beau moyen de me remercier est de simplement partager ce texte autour de vous.

flattr this!

Source: http://ploum.net/nous-sommes-tous-dextreme-droite/


La bonne discrimination

Tuesday 15 October 2013 at 13:13

sauna

Je suis né au bon endroit, dans la bonne partie de la population avec les bons attributs. Pour moi, la discrimination restait un concept abstrait, un phénomène que je ne risquais pas vraiment de connaître. Jusqu’au jour où…

Nous étions quatre amis qui avions décidé de passer ensemble la soirée aux thermes. Je suis friand de saunas et cela devait être une bonne soirée.

Lorsque nous sommes arrivés, nous avons chacun payé notre entrée. J’étais le dernier de notre petite file mais, lorsque ce fut mon tour, la personne chargée de l’accueil m’a regardé et m’a dit : « Vous, vous n’avez droit qu’à vingt minutes ! »

Étonné, j’ai regardé les trois autres à qui rien n’avait été précisé. De derrière son comptoir, l’homme m’a tendu une feuille : « Je suis désolé mais c’est le règlement. Je n’y peux rien ! ». Et, effectivement, de notre petit groupe, j’étais le seul concerné par une clause d’exclusion écrite en toutes lettres sur le papier.

Nous nous sommes entretenus, à quatre, pour décider de la démarche à suivre. Je n’ai pas voulu gâcher leur soirée. J’ai dit que cela n’était pas grave, que je les attendrai à la cafétéria à l’extérieur. Ajoutant, avec un clin d’œil: « Pour peu qu’on veuille bien de moi là bas ! » Rires !

Mais ce n’était pas vrai. Je me suis senti exclu. J’avais tant envie de profiter, de me détendre, de passer une soirée avec mes amis. Pourtant, ce n’était pas de ma faute. J’étais né comme ça. Je ne pouvais rien y changer !

Plus tard, lorsque nous nous sommes retrouvés, nous avons discuté de cette péripétie. De manière amusante, mes amis n’étaient pas réellement choqués. Nous aurions du mieux nous renseigner avant. Nous aurions du lire le règlement. C’était de notre faute. Uniquement de notre faute.

Car il est logique de discriminer des gens comme moi. Si c’est appliqué chez nous, dans notre pays, dans notre ville, c’est que c’est une « bonne discrimination », non ?

Il parait qu’il y a des personnes qui ne peuvent souffrir la promiscuité avec les gens comme moi. Peut-être est-ce une bonne chose de m’exclure afin de leur laisser de l’espace. Mais leur intolérance est-elle donc plus acceptable que ce que je suis et que je n’ai pas choisi d’être ?

Il parait également que certaines personnes comme moi se montrent particulièrement désagréables voire même agressives. Il s’agit donc de préserver une forme de paix. Mais, personnellement, je n’ai jamais été agressif. Si je suis d’accord pour expulser les fauteurs de troubles, pourquoi généraliser ? Et quid de ceux qui ne sont pas tout à fait comme moi mais en partie seulement ? Ceux qui ne rentrent pas dans une case précise ? Ceux qui sont entre deux catégories ? Ils existent pourtant !

Oh et puis, ce n’est qu’une anecdote, un détail ! Qui suis-je pour me plaindre moi qui n’avais jusque là jamais connu la discrimination ? Beaucoup connaissent bien pire, certains le vivent au quotidien.

C’est vrai. Il n’empêche que je ne peux m’empêcher, dans un pays qui prône l’égalité et la liberté, de me sentir discriminé à cause d’une simple caractéristique physique de naissance que je n’ai pas choisie et que je ne peux changer. Il faut reconnaître que, dans mon cas, cette caractéristique est plus souvent un avantage qu’un inconvénient. La discrimination se fait principalement dans l’autre sens. Mais, ce soir-là, j’ai réalisé qu’elle n’était jamais acceptable, qu’elles que soient les intentions. Il n’y a pas de « bonne discrimination », uniquement une discrimination arbitraire, particulièrement inique lorsqu’elle se base sur des attributs physiques impossibles à changer.

Je ne peux sortir de mon esprit l’idée qu’on ne lutte pas contre certains débordements ou contre l’intolérance en acceptant des discriminations, fussent-elles minimes.

Contrairement à beaucoup de billets de ce blog, cette histoire est entièrement véridique. Alors que je me rendais aux thermes de ma ville en compagnie de trois amies, j’ai appris que ce soir particulier de la semaine était réservé aux femmes à partir de 20h.

J’étais, vous l’avez compris, le seul homme de notre petit groupe. Un fait qui, jusqu’à l’entrée des thermes, ne m’avait pas particulièrement frappé.

 

Photo par Serg C.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce texte. Ce blog est payant mais vous êtes libre de choisir le prix. Vous pouvez soutenir l'écriture de ces billets via Flattr, Patreon, virements IBAN, Paypal ou en bitcoins. Mais le plus beau moyen de me remercier est de simplement partager ce texte autour de vous.

flattr this!

Source: http://ploum.net/la-bonne-discrimination/


Les business models de la création numérique

Saturday 12 October 2013 at 14:00

child_drawing

L’énorme majorité des artistes de notre planète ne toucheront jamais un centime pour leur travail. Faites l’expérience dans votre entourage : combien connaissez-vous de blogueurs, de musiciens, d’écrivains, de photographes, de dessinateurs, de tricoteurs, de cuisiniers, de contributeurs à des logiciels libres, de raconteurs d’histoires ? Il est probable que la majorité de vos amis et de votre famille, d’une manière ou d’une autre, soient des créateurs. De votre grand-mère qui raconte des histoires à votre petit cousin qui compose des chansons de rap qu’il récite sur Youtube, vous êtes entouré d’artistes.

Maintenant faites le compte de ceux qui ont déjà gagné au moins 1€ avec leur talent. Nettement moins, n’est-ce pas ? Réduisez encore à ceux qui gagnent leur vie avec leur art. Il y a de grandes chances que vous n’en connaissiez tout simplement aucun ou qu’ils tirent le diable par la queue.

La conclusion est simple : l’art n’est pas lié à l’argent. Chaque fois que l’on agitera devant votre nez le terrible spectre des artistes ne pouvant pas vivre de leur art, repensez-y : c’est déjà le cas, au pifomètre, pour 99,99% des artistes et personne ne s’en émeut !

Ceci dit, ne pourrait-on imaginer une manière de gagner sa vie, au moins en partie, avec son art ? Bien sûr. Ce processus s’appelle trouver un business model. S’il ne fallait pas passer par cette étape, n’importe qui pourrait se déclarer artiste et gagner de l’argent (au fond, c’est peut-être une idée à creuser…).

Le business model de la rareté

Le modèle le plus traditionnel est très simple : il s’agit de fournir le support d’une œuvre artistique. La réalisation de ce support coûte généralement cher et est complexe, ce qui entraine une certaine rareté des supports. Seules certaines entreprises bien équipées sont en mesure de produire ces supports.

L’échange commercial se situe donc entre le public et le producteur de supports. Pour l’artiste, le business model consiste à réclamer un pourcentage du prix au producteur de support. Ce pourcentage est très faible comparé au coût de production et de distribution des supports. L’échange entre l’artiste et le public est indirect et limité.

Un des principaux désavantages de ce système est le contrôle total des producteurs sur les artistes. Les producteurs décident des artistes qui auront le droit d’être distribués. Le copinage, la rentabilité supposée sont des facteurs qui dépassent amplement le simple talent de l’artiste.

Le bouleversement numérique

Le business model précédent est basé sur la conjecture que produire le support d’une œuvre est cher et complexe. Que cette conjecture se révèle fausse et toute la chaine s’écroule. Or c’est pourtant exactement ce qui se passe avec le numérique. De plus en plus d’œuvres peuvent être décrites comme un simple fichier informatique : musique, films, livres, objets imprimables en 3D, jeux, logiciels. Lorsque vous téléchargez le fichier en question, vous devenez vous-même le producteur et réalisez votre propre copie !

En effet, vous êtes le propriétaire du matériel et vous transposez une œuvre virtuelle sur un support physique. Vous êtes donc producteur et rentrez directement en concurrence avec les producteurs traditionnels. Face à cela, la première riposte fut de tenter d’imposer au monde numérique les contraintes de rareté du monde physique. Trois méthodes furent utilisées : la technique, avec les DRMs, la législative, avec le lobbying et les lois sur la propriété intellectuelle et la psychologique, avec une diabolisation de la copie en la renommant « piratage ».

Les producteurs trouvent un appui auprès du faible pourcentage d’artistes qui gagnent de l’argent avec un raisonnement très simple : votre business model est de gagner un pourcentage sur le support. Si le support devient gratuit, votre pourcentage est nul. Ce raisonnement se base sur l’hypothèse qu’il n’y a pas d’autre business model. Les producteurs de supports sont en effet terrifiés à l’idée que les artistes puissent trouvent un autre business model qui ne passerait pas par eux.

Mais quels sont les business models qui s’offrent aux artistes d’aujourd’hui ?

Le mécénat et la publicité

De tout temps, les artistes ont cherché le soutien de mécènes. Mais, dans l’immense majorité des cas, le mécène n’était pas complètement désintéressé. Il cherchait, à travers ce soutien, à augmenter son prestige, sa notoriété, son image de marque.

Dans son évolution la plus extrême, le mécénat est devenu la publicité directe. Un créateur est payé à condition de recommander un produit quelconque. Le public est donc encouragé à acheter un produit dont il n’a pas forcément envie. Sur le prix de ce produit, une infime fraction ira à l’artiste.

Outre que ce système injecte une flopée d’intermédiaires entre le public et l’artiste, il est également foncièrement inégal. Tout le public ne sera pas nécessairement acheteur du produit. Et tous les acheteurs du produit ne font pas partie du public de l’artiste.

Pire : il met grandement en danger l’indépendance de l’artiste dont le but n’est plus de produire une œuvre qui va parler au public mais bien de produire une œuvre qui le convaincra d’acheter un produit particulier. L’artiste se verra également obligé de lutter contre la liberté du public par exemple en jugeant AdBlock immoral.

L’organisme centralisateur et redistributeur

Une autre piste explorée est de faire en sorte qu’une population donnée paie une taxe à un organisme central qui redistribuera à sa guise le montant aux artistes.

Cet organisme central peut être privé (SABAM, SACEM) ou tout simplement l’état.

Cependant, ce mode de fonctionnement pose de nombreuses questions. Tout d’abord, il est profondément injuste envers le public, qui va payer de façon arbitraire. Enfin, il n’est guère besoin d’insister sur les abus qu’un tel organisme central est en mesure de faire, se gardant une part conséquente du gâteau.

Mais le pire est sans conteste l’arbitraire qui préside à la redistribution. Que l’on parle de Société d’auteurs ou de licence globale, seule une minorité d’artistes touchera un peu d’argent. Qu’un artiste soit légèrement en dehors du système et il se verra privé de rétribution, quand bien même son public paierait ses taxes !

Une des méthodes de redistribution utilisée par l’état consiste également en subsides, aides ou abattements fiscaux sous prétexte de « soutien à la culture ». Or, une fois encore, ces méthodes menacent grandement l’indépendance de l’artiste. Sa familiarité avec la classe politique au pouvoir deviendra pour l’artiste bien plus importante que son talent.

Produit d’appel pour produits dérivés

Un business model très courant et de considérer l’œuvre comme gratuite mais de fournir des produits dérivés payants : t-shirts, accessoires, places de concerts.

Si l’idée est intéressante, elle ne s’applique malheureusement pas à toutes les formes d’art. Quand avez-vous pour la dernière fois porté un t-shirt de votre écrivain favori ? Si aller à un concert d’un blogueur comme JCFrog est envisageable, je vous conseille d’éviter le tour de chant de Ploum !

L’appel direct au public

Tous les business models précédents ont ceci en commun qu’ils tentent de faire payer le public de manière indirecte. Que ce soit à travers l’achat d’un support, d’un produit dérivé, d’une taxe ou d’un produit qui n’a strictement rien à voir. Le business model général est donc de trouver un intermédiaire qui récolte de l’argent auprès du public, peu importe la manière, et paie l’artiste. Parfois, plusieurs modèles s’enchainent, augmentant les intermédiares payés par le public : un producteur de support demandera de l’aide de l’état pour continuer son travail, ce dernier utilisant l’argent des taxes.

Face à cet état de fait, une constatation saute aux yeux : Pourquoi ne pas se passer de l’intermédiaire ? Pourquoi ne pas faire payer directement le public ? Pourquoi ne pas tout simplement le convaincre de donner un peu d’argent. Pas grand chose, juste ce qu’il souhaite, ce qu’il peut se permettre. S’il donne directement 1€ à un musicien ou un écrivain, c’est plus que ce que dernier aurait touché pour la vente d’un livre ou d’un album ! Les artistes ont donc tout à gagner de ce système !

Pour le public, le gain est également évident : il peut directement choisir l’artiste ou les artistes qu’il veut soutenir, sans intermédiaire. Il garantit l’indépendance de ses artistes favoris et ne voit pas son esprit envahi par la publicité.

Évidemment, cette solution est très mal vue par tous les intermédiaires des business models indirects. Pourtant, ils ne doivent pas s’inquiéter. Si leur travail est utile, si leur contribution à l’œuvre et à sa diffusion est importante, l’artiste leur reversera une partie de ses gains.

Mais peut-être que beaucoup de ces intermédiaires savent que leur travail n’est utile ni aux artistes, ni au public. Ce n’est sans doute pas un hasard si ils tentent de s’opposer de toutes leur force à un monde ou l’art serait contrôlé directement par les artistes et le public.

 

Photo par Rapid City Public Library.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce texte. Ce blog est payant mais vous êtes libre de choisir le prix. Vous pouvez soutenir l'écriture de ces billets via Flattr, Patreon, virements IBAN, Paypal ou en bitcoins. Mais le plus beau moyen de me remercier est de simplement partager ce texte autour de vous.

flattr this!

Source: http://ploum.net/les-business-models-de-la-creation-numerique/


Printeurs 8

Friday 11 October 2013 at 16:16

whiskey_glass
Ceci est le billet 8 sur 10 dans la série Printeurs

Mes mains tremblent. Je tente de soutenir le regard d’Eva mais mes yeux glissent lentement sur son cou, sa poitrine à peine apparente, la courbe de ses hanches. Je suis essoufflé, vidé, choqué. Mes vêtements poisseux puent la mort, la sueur et la peur. Comme un mort vivant, je me tiens dans l’entrée de notre laboratoire.
— Nellio ? Ça va ?

Son sourire est engageant, neutre. Si elle est étonnée de me voir survivre à l’attentat, elle n’en laisse rien paraître. Quelle comédienne ! Du grand art !
— Nellio ? Tu as l’air d’avoir couru un marathon et tu es couvert de poussière. Tu es sûr que tout va bien ?

Elle doit continuer à ignorer que je sais. Elle doit me croire indispensable à la suite du projet. Elle doit payer pour Max. Je la hais. Mais pourquoi est-elle si belle, si séduisante ? Son regard innocent, son empressement si naturel à mon égard.
— Ça va ! grommelé-je.

Ça va ! Doux euphémisme du monde moderne, onomatopée vidée de son sens par des générations d’organismes forcés de se côtoyer dans les étroits espaces citadins. Ça va ? Question qui n’attend aucune réponse, rite poli, presque liturgique qui signifie « Surtout, ne me réponds pas ! Accaparé par ma vie, je n’ai que faire de la tienne. De toute façon, si tu réponds, je ne l’entendrai probablement même pas. » « Ça va ! » répondra l’humain civilisé à qui s’adressait l’incantation initiale. J’ai compris, je garde ma vie pour moi.

Ça va ! Je viens de voir exploser l’appartement de mon meilleur ami. J’ai couru à travers les rues, persuadé de voir des drones à ma poursuite. La panique m’a fait plonger dans un caniveau, hébété. Il m’a fallu plusieurs heures pour réaliser que je ne pouvais t’échapper, que je devais te donner le change si je voulais avoir une chance de sauver ma peau. Je te déteste, j’ai envie de toi. Ça va !
— Au fait, Georges nous attend dans son appartement. Il voudrait nous montrer quelque chose. Je crois qu’il est très content de nous.

Elle s’approche, sensuelle. Tandis que sa main me caresse l’épaule, son visage murmure :
— Moi aussi je suis content de nous. Je suis fière de toi Nellio.

Ses lèvres se tendent vers moi, suspendues dans une fraction d’instant. Son désir est perceptible, palpable. Devant mes yeux dansent les débris de l’explosion. Max ! Je repousse, d’un geste sec, la meurtrière de mon meilleur ami. Ma voix est rauque, agressive.
— Et bien allons-y ! Je te suis !

Nous n’avons pas quitté la ville mais je suis dans un autre univers. Les routes sont peut-être un peu plus larges. Les bâtiments un peu plus modernes. Les trottoirs un peu plus propres. Les vendeurs ont été remplacés par des milices privées. Bienvenue dans les quartiers riches ! Un garde nous scanne à l’entrée de l’immeuble. L’ascenseur s’ouvre, il ne comporte aucun bouton. Le gardien l’a programmé selon notre destination. Du moins, je l’espère… Les portes se ferment sur ce qui pourrait être mon cercueil. Cynique, je regarde Eva et lui lance :
— Alors, c’est fini la petite mascarade paranoïaque ?
— Que veux-tu dire ?
— Et bien oui : on se laisse scanner, on oublie le maquillage anti-reco. Tu te foutais de ma gueule pendant tout ce temps ? Tout ça c’était du cinéma pour épater le pauvre et naïf Nellio ? Au secours, un auto-taxi ! Laisse moi me jeter dans tes bras et t’embrasser goulûment avant de te repousser !
— Mais… non ! Ici nous allons voir notre patron. C’est une visite officielle inscrite dans nos agendas publics. Rien qui ne pourrait attirer l’attention du gouvernement. Tu crois que tu rentrerais dans un immeuble de riches avec un maquillage anti-reco toi ? Voyons Nellio, sois un peu réaliste !
— Justement, je suis réaliste.

Sans aménité, j’écarte la main qu’elle a posé sur mon bras.
— Nellio… Tu es bizarre ! Seraient-ils entrés en contact avec toi ? Que t’ont-ils dit à mon sujet ? Ne crois rien ! Je te jure que tout est faux, ils essaient de te manipuler !

Je la regarde, étonné :
— Mais de qui parles-tu ?

La porte de l’ascenseur s’ouvre sur un grand salon dallé de blanc. Une gigantesque verrière donne sur les toits de la ville. Le soleil se couche, la vue est magnifique. Georges se tourne vers nous.
— Eva ! Oh, Nellio ! Bienvenue. Entrez !

Il s’approche d’une petite table en verre où se trouvent une carafe en cristal pleine d’un liquide ambré et deux verres. Il les remplit et nous les sert avant de claquer dans les doigts. Une jeune femme apparaît de nulle part, comme par magie.
— J’avais dit trois verres. Pouvez-vous apporter le troisième ?
— Tout de suite monsieur.

La soubrette s’éclipse une seconde et apporte l’objet demandé. Georges la remercie avant de se servir une rasade. Il tend son verre vers nous.
— À notre entreprise ! À nos succès futurs !

Cet espace, ce luxe simple et confortable sans être tapageur me mettent mal à l’aise. Je repense à l’étroit appartement de Max. Georges sourit, son regard me transperce l’âme. Il tente de nous détendre avec quelques banalités que je n’écoute pas, obnubilé par le décor. D’un geste joyeux, il repose son verre en faisant claquer sa langue. Je n’ai pas touché au mien.
— Mais je ne vous ai pas fait venir pour parler de la pluie et du beau temps. Regardez !

Un grand bureau fait face à la verrière. Plusieurs ordinateurs clignotent. Une sorte d’aquarium translucide semble être rempli d’un liquide métallique.
— Nellio, tes équations structurelles sont remarquables.

Eva regarde le liquide :
— Georges… Tu as donc réussi à stabiliser la génération spontanée ?
— Non Eva, je n’ai fait que reprendre le matériel dans le labo. C’est à Nellio que nous devons ce succès !

Eva se tourne vers moi, elle a les yeux qui pétillent. Sa joie semble sincère, elle a oublié la rebuffade que je lui ai infligée.
— Nellio, c’est incroyable !

Abasourdi, je tente de reprendre mes esprits. Il s’est passé tant de choses aujourd’hui. Georges me prend le verre des mains et le pose sur la table d’un scanner multi-modal assez standard, à peine plus perfectionné que celui du labo. Il tape une commande sur l’ordinateur. Rien ne se passe si ce n’est des lignes blanches qui défilent sur fond noir dans lesquelles je reconnais mon logiciel.
— L’interface utilisateur n’est pas mon fort, fais-je peu convaincu.

Georges n’a pas pas répondu. Il lance une deuxième commande.
— C’est l’instant de vérité !

Il s’écarte et nous restons immobiles, le souffle coupé, à regarder le bassin métallique. Un remous agite le liquide, le mouvement se fait de plus en plus rapide. Des bulles se forment et rétrécissent. On dirait un processus d’ébullition inversé.
— Il capte les molécules de l’air ambiant, murmure Eva.
— Est-ce qu’il ne risque pas de manquer de certaines molécules ? L’air est tellement propre et filtré ici.

Georges me jette un regard admirateur.
— Tu as raison Nellio, excellente idée ! D’un bond, il entrouvre les grandes portes vitrées. Le vent d’altitude s’engouffre dans l’appartement, gonflant les tentures décoratives. Une odeur âcre de pollution, de fumées me pique les narines. Au loin, par delà le sifflement de l’air, monte la rumeur de la ville. Je suis frappé par la vitalité de ce mélange de moteurs, de bourdonnement humain, de machines et de pales de conditionnement d’air qui prend sa naissance une centaine d’étages plus bas, qui se nourrit et tourbillonne en escaladant les immeubles, qui grimpe aveuglément à la recherche de la liberté et des grands espaces. Il s’agit du souffle, de la respiration de ce gigantesque organisme vivant que l’on appelle « ville ». Insensible au bruit, le bouillonnement de l’aquarium est devenu intense, chaotique. Un ordinateur s’éteint soudainement.
— Merde, fait Georges. Il pompe trop de courant.

Une bourrasque de vent siffle brusquement à travers l’ouverture, m’assourdissant et renversant un écran. Eva crie de surprise, son verre explose sur le pavé blanc. Georges se précipite pour fermer la porte.
— Excusez-moi, bredouille Eva. L’émotion, je…

Elle n’achève pas sa phrase. Nous sommes tous les trois figés, les yeux rivés sur le bassin. Le liquide métallique s’est écarté, formant en son centre une sorte de cratère dans lequel repose, tranquillement, mon verre de whisky. Mon verre qui, en ce moment, est également sur la table du scanner multi-modal. Aucun doute possible, je distingue mêmes mes empreintes digitales sur la surface du récipient. Georges est le premier à réagir. Il saisit le verre et le renifle :
— Glenlivet, 12 ans d’âge. C’est bien ça !

Je bredouille faiblement :
— C’est de la magie !
— Non, soupire Georges en se retournant vers moi. C’est de la technologie. Mais j’avoue que, parfois, la frontière entre les deux est bien ténue.

 

Photo par Eivind Kvamm-Lichtenfeld. Relecture par Duno.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce texte. Ce blog est payant mais vous êtes libre de choisir le prix. Vous pouvez soutenir l'écriture de ces billets via Flattr, Patreon, virements IBAN, Paypal ou en bitcoins. Mais le plus beau moyen de me remercier est de simplement partager ce texte autour de vous.

flattr this!

Source: http://ploum.net/printeurs-8/


The Blogger from Tomorrow (Part I)

Saturday 5 October 2013 at 18:19

villefranche
Ceci est le billet 1 sur 1 dans la série The Blogger from Tomorrow

Ce texte en français.

The sun of this late afternoon shines on the waterfront of this charming Mediterranean resort. I get to the bar where we agreed to meet, recognising him immediately. He’s sitting on the terrace sipping a cocktail. If I’ve seen pictures of him, I was mainly helped by his typical blogger’s uniform: a t-shirt referring to a video game of the past century, worn jeans and flip flops. He has no bag but, I guess, a phone is in his pocket. He looks very focused. His glasses on his nose, two keyboard bracelets on each wrist and the imperceptible movements of his fingers tapping the table indicate that he is writing a blog post.

As I approach, he smiles and invites me to take a seat. With this now typically polite gesture, he puts his glasses on top of his head, indicating that he’s entirely dedicated to our conversation. In doing so, I hear him whispering “draft”. I was not mistaken, he was writing an article.

Ostensibly, I touch my glasses with my right index finger to report that I’m filming. As I’ve only used one finger, he understands that there is no live broadcast and that the video will mainly be for my personal use. He nods with a smile.

Hello Max. Nice to meet you. Are you here on vacation?

You mean holiday? (Laughs) Well, that’s a concept I do not understand very well. I am in perpetual holiday but I work 365 days a year. I guess the word “holiday” doesn’t really apply to me.

Can you introduce yourself to our readers? What is your background?

In a previous life, I was a computer engineer, a programmer. I know that younger people may look at me as a dinosaur but I was a J2EE consultant in a big bank. I’ve also worked as an IT journalist. Fifteen years ago, I started a blog, “The blog of Max”, because it was the latest trend among geeks . Some saw it as the future of journalism but, personally, I did not have specific targets. I created a blog, that’s all.

This blog started to be successful and attract readers. Thanks to the advertising, I was able to pay for the infrastructure and then, gradually, build a real salary. I’ve left my job and became a professional blogger.

You probably considered this step as a success. Were you happy?

At first I was very proud, of course. But I realised that I was forced to update my blog more frequently. The competition was very tough and there was a race for the audience. Previously, I was not too worried about the number of visitors. Becoming a professional, I had no choice but to care about it. What I had in my fridge at the end of the month was directly proportional to the number of readers.

I started to write uninteresting but profitable articles: celebrity gossips, sensationalism, that sort of thing.

I also received contracts to talk about some products. While this was easy money, I discovered that I was losing my independence. It was not a passion any more but a job like any other. I botched posts, I posted them immediately on Reddit then I asked my Twitter followers to vote for the post. I was moderating the comments without even reading them.

Sometimes, I was receiving offers to write a post about a product where it was explicitly stated that I could not inform my readers that I was paid. I had to fake my enthusiasm.

How have you responded to these offers?

I think every man has a prize. If you gave me a million, I would have accepted without hesitation. My price is less than one million but, fortunately, offers did not reached the cut. In addition, my credibility among readers was collapsing and those kind of posts could be very harmful to my e-reputation.

Amusingly, it is when my audience was the largest than I realised there was a problem.

What do you mean?

Many people rely on the absolute value. My audience was impressive and still growing. I could have been satisfied.

But, personally, I rely on other indicators such as my instinct. My most loyal readers were no longer commenting or correcting my spelling. If my articles were heavily linked in generic forums, it was not the case any more on specialized sites or in cutting edge communities. In short, I was becoming mainstream.

Why is it wrong? Is it not a good thing to broaden your audience?

For me, it was a warning bell. When one is respected by a specific community, he has a hard earned reputation capital. But for the mainstream audience, this capital is nearly zero. People shared my articles out of habit, because my name was relatively famous. But I could fall into oblivion under a couple of weeks, like the stars of a reality TV show.

I was read but I was not respected by anyone. Nobody said: “If Max mention it, it must be good.” I decided to regain that trust and to recreate an audience from scratch.

What was your strategy?

Overnight, I completely removed advertising. That was the first step. I also encouraged my readers to think about the deeper meaning of advertising and to install AdBlock. I was a long time AdBlock user but, publicly, I was against its use because, well, I was making a living from advertising. It took me a while to accept what a hypocrite bastard I was. Do what I say, not what I do !

Financially, I didn’t have much idea. I accepted donations through PayPal but it is a reader who told me about Flattr. It was also during those times that I discovered Bitcoin , which was a lot less widespread than today.

Was it profitable?

No! The first months were really hard. Hopefully, it was planned and I had enough sparing to live for one year. However, I was pleasantly surprised by Flattr: a good blog post could bring me € 150-200. The most surprising is that some blog posts may continue to be profitable several months after their initial publication.

This is a great incentive: instead of trying to make the buzz, you are encouraged to write articles that readers would want to Flattr. When I was proud of an article and it has lot of readers but very few flattrs, it raised a huge question: why? I learned a lot and I think I improved my writing skills a lot too.

Paypal and bitcoins them were merely anecdotal. Making a regular donation is too much of a hassle with those systems.

In order to pay the bills, I withdrew my Flattr income as bitcoins and I bought as much as I could online using that currency. This allowed me to evade taxes. It may be a form of fraud but Bitcoin not being recognized as a currency makes it a grey area. For the legislator, I never earned any money. In addition, nothing goes through an account in France and is therefore not subject to the French law. If billionaires are able to evade taxes by having their money in Switzerland or in the Caimans Islands, why should I worry to do exactly the same at a very small scale with the sole purpose of paying for my food? And why should I obey the French law anyway? In the last year, I’ve spent more time abroad than in the particular country whose name is on my passport for arbitrary reasons.

In the end, how were you living?

Depending on the month, I was earning between € 500 and € 2,000 on Flattr. It sounds a lot but do not forget that I was taxed on what landed on my bank account. Not everything was sold for bitcoins. It was impossible to live alone in Paris with that income. I was exhausting my savings.

It struck me as a real limitation when the parliament began discussing the ban of smartglasses to prevent people being filmed without their consent. At the time, it was only about Google glasses but I felt that, once again, people’s fear was exploited to block innovation and to hide the real issue.

I wrote a very successful blog post and became the de facto spokesperson for the “pro-glasses.” I wanted to launch a dedicated website on the subject with online petition, instructional videos, etc.. And I realized that I did not have the budget.

For the first time in my career as a blogger, I could not launch a project I had in mind because of the lack of proper funding. The logo designer was a friend, I knew the videos makers: only a hundred bitcoins were needed to start the thing. Investment that I was sure to get back in donations and t-shirts sales. But I could not bootstrap the project.

I remember that campaign. What was your solution?

I discovered crowdfunding. The principle is simple and was popularized by Kickstarter: a prospective project is made public with the amount of money you need to start it. People give as much as they want. If the required money is not collected before a specified deadline, the project is cancelled and donors get their money back.

It is like an a priori donation. Easy and safe. Donors may even give in the currency of their choice that will be automatically converted.

This was an eye opening experience about to the possibilities of crowdfunding.

What was the main benefit for you?

In the short term? Nothing! Indeed, crowdfunding addressed specific projects of a given size. Each project requires preparation, estimation. I did not see myself creating a project for each blog post I wanted to write. It doesn’t make sense!

But the idea stood in a corner of my brain until the European elections.

The waiter stops us for a moment to bring my drink. I remain puzzled. This interview is taking a turn that I didn’t expect. Why talking about the European elections? What is the relationship between politics and the funding of a blog? Where is Max going to take me?

To be continued in the second and last part. Picture by Mark Fischer.

Ce texte en français.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce texte. Ce blog est payant mais vous êtes libre de choisir le prix. Vous pouvez soutenir l'écriture de ces billets via Flattr, Patreon, virements IBAN, Paypal ou en bitcoins. Mais le plus beau moyen de me remercier est de simplement partager ce texte autour de vous.

flattr this!

Source: http://ploum.net/the-blogger-from-tomorrow-part-i/


Printeurs 7

Friday 4 October 2013 at 13:58

inside_computer
Ceci est le billet 7 sur 10 dans la série Printeurs

— Georges Farreck ? Arrête Nellio, tu déconnes !

La chambre est étroite, minuscule. L’entassement de câbles et de matériel électronique donnerait à n’importe quel télé-passif un écrasant sentiment de claustrophobie. Mais pour les geeks comme Max et moi, la pièce est au contraire chaleureuse, rassurante. Seule source de lumière, la fenêtre polarisée donne l’impression d’une porte vers l’immeuble d’en face. Je n’aurais qu’à tendre le bras pour le toucher, qu’à prendre mon élan pour passer d’un balcon à l’autre. Effet d’optique trompeur qui m’enverrait réasphalter la ruelle quatre-vingt trois étages plus bas, comme le font régulièrement des adolescents qui découvrent, un peu trop tard, la différence entre les lois de Newton et la physique Hollywoodienne.

— T’es certain d’avoir coupé toutes les sources de streaming ? Je te l’avoue franchement, j’ai peur ! Je pense que je suis embarqué dans une histoire qui me dépasse.
— Nellio, depuis combien de temps se connaît-on ? Tout est blindé ! J’ai tapissé la chambre d’un maillage Faraday. Si je coupe le routeur principal, plus rien ne passe. Je te rappelle que j’administre un nœud Tor2 et que j’ai tout intérêt à faire profil bas.

Il a raison. Trois mois déjà depuis que j’ai été embauché par une société écran appartenant à Georges Farreck et j’en deviens paranoïaque. En réalité, je ne travaille qu’avec Eva. Sur l’organigramme officiel, elle est ma directrice marketing. Amusant. Je suis tenu au secret le plus strict. Mais Max, ce n’est pas pareil. Si je ne peux plus lui faire confiance, alors autant arrêter tout de suite ce cirque et se jeter du balcon. Max, c’est mon mentor, mon frère virtuel. Sauf pour la coupe de cheveux. La crête d’iroquois, même courte, c’est dépassé depuis près d’un siècle.

— J’ai peur Max ! Je ne comprends pas la raison de ce secret. Ce que nous faisons est extraordinaire d’un point de vue technologique. À partir d’atomes, nous pourrions un jour être en mesure de recréer n’importe quel objet, y compris de la nourriture ! Le recyclage ultime ! Pourquoi se cacher ?
— Quelle naïveté, Nellio ! Te rends tu compte des intérêts en jeu pour les producteurs actuels ?
— Et bien les usines de la zone industrielle sont déjà entièrement automatisées, non ? Après tout, ce n’est qu’une étape supplémentaire, une optimisation.
— Chaque optimisation de l’humanité revient à rendre inutile un travail jusqu’alors exercé par un humain. Cela crée une friction de la part de tout ceux qui vont voir leur vie bouleversée par ce changement. Et cela même si cette transformation est éminemment positive ! Le changement est perçu comme une agression. La souffrance continue est bien plus tolérable que la guérison car cette dernière implique d’affronter la nouveauté, la crainte d’une rechute. Ces sentiments sont habituellement inhibés par la douleur. Délivre l’homme de la douleur et il découvre la pensée. Une pensée que bien peu sont prêts à affronter. Souviens-toi de la difficulté de la reforme des armées ! Les pays fusionnent ? La terre devient une seule et unique fédération ? La guerre disparaît totalement, une Pax Universalis s’instaure. Et qui s’en désole ? Les militaires, qui n’auront plus le loisir de jouer à s’entre-tuer. Les vétérans qui ne veulent pas accepter l’absurdité de leur souffrance et qui, malgré ce qu’ils ont enduré, préfèrent plonger l’humanité dans le carnage plutôt que de reconnaître le vain sacrifice qui fut le leur. Et encore, je ne parle pas de ceux qui ont construit leur pouvoir sur la situation actuelle !
— Mais dans le cas présent, quels sont les intérêts à l’œuvre ?
— Les usines, dont nous savons si peu de choses. Sans compter le conglomérat de l’intertube ! Une infrastructure mondiale mise en place depuis des décennies et qui deviendrait obsolète avant même son inauguration ? Ce serait une insulte jetée à la figure de tous ces pseudos visionnaires, ces riches décideurs.
— Ça existe encore ce projet d’intertube ? Il a pris tellement de retard, je pensais qu’il ne s’agissait que d’arguties entre politiciens. Je ne pense pas le voir un jour réellement mis en œuvre !
— Détrompe-toi ! J’ai assisté à une démonstration grâce à un contact dans le conseil municipal. La zone industrielle est déjà entièrement équipée pour l’envoi. Les tuyaux récepteurs ne sont actifs que dans quelques mégapoles pilotes mais c’est assez impressionnant. Tu commandes ton produit sur le net, il est automatiquement extrait du dépôt le plus proche et est routé à travers les tubes souterrains jusqu’à ton immeuble. Les nouvelles constructions seront d’aillleurs équipées de récepteurs dans chaque appartement.
— C’est rapide ?
— La majeure partie du tubage se fait sous vide avec propulsion magnétique. Dans la plupart des cas, tu es livré en moins d’une heure. Ce qui ne plait guère au lobby des auto-transporteurs. Ils ont fini par capituler mais on leur doit quand même une bonne dizaine d’années de retard. Bref, le paroxysme de l’efficacité selon le capitalisme moderne.

La mise en place de l’intertube fait partie de ses sujets récurrents qui occupent tellement les discussions qu’ils en deviennent abstraits, une Arlésienne politique qui engouffre les budgets, qui suscite de nombreuses discussions financières d’où les ingénieurs ont été subtilement exclus. Mais Max vient de raviver mon intérêt. Le fait qu’un projet confisqué par les politiques puisse devenir une réalité me semble particulièrement incongru.
— Cela a l’air génial !
— Me dit le mec qui bosse sur l’impression atomique. Est-ce que tu te rends compte du gouffre qui te sépare des politiciens et autres financiers ? Tu es en train de construire une fusée interstellaire à l’heure où nos élus se targuent de faire voler un cerf-volant ! Tu construis la Sagrada Familia à côté de huttes en torchis qui font la fierté de brutes à peine sortie de la préhistoire.
— À vrai dire, je me fous un peu de toutes ces considérations Max. Ce qui me fait peur c’est ce qui est arrivé aux autres.
— Quels autres ?
— Tu penses bien qu’Eva n’avait pas tout créé toute seule. Des dizaines de génies ont développé des outils, des modèles. J’ai récupéré un algo qui me permet de faire le mapping d’une structure atomique avec un scanner multi-modal et de le compresser efficacement en quelques giga octets.

J’attrape un relief de repas qui traîne dans un emballage en polystyrène. Une mouche, dérangée en plein festin, s’envole d’exaspération.
— Je te fais tenir dix hamburgers dans une simple carte mémoire. Mais je n’y suis pour rien. Je n’ai eu qu’à connecter les différentes pièces du puzzle.
— C’est extraordinaire !
— Sauf que chaque contributeur est décédé de mort violente. J’ai pu retracer les noms et l’historique. Une fois leur contribution achevée, leur taxi fait une embardée, un gang de délinquants les agresse, un drone s’écrase par accident sur leur chemin ou un court-circuit dans…

Max m’interrompt d’un geste de la main.
— Une seconde, tu veux dire que Georges Farreck serait…
— Georges Farreck ? Non ! Quel serait son intérêt ? Il est riche, puissant et il prend des risques. C’est lui le principal commanditaire. Mais il y a Eva. Elle est une des premières participantes du projet. Elle est toujours indemne.
— Quoi ? Mais bon sang Nellio, tu es bleu de cette nana ! Ne me dis pas que tu es en train de me faire une crise de parano parce qu’elle a repoussé tes avances !
— Elle ne m’attire plus. Peut-être les pubs n’ont-elles qu’un effet temporaire ? Elle me fait peur.

Max réfléchit. Il prend son ordinateur, un vieux combiné écran-clavier bardé d’autocollants qui, malgré son âge, garde la côte dans les communautés underground. Il tapote quelque chose.

— Nellio, je pense que ce que tu fais est vraiment important. Un jour, tu risques d’avoir fichtrement besoin d’aide. Genre un vrai coup de pouce pour te sauver les miches. Si tu te trouves dans une merde noire, incapable de surnager plus longtemps, esseulé, trouve-toi une connexion Tor2 sécurisée et connecte-toi sur IRC ! Tiens, voilà l’adresse du chan !

Il me tend un bout de papier où est griffonnée, au crayon, la phrase « Clé Wifi maman » suivi d’une longue série hexadécimale.
— La clé hexa est l’adresse du chan, en rot13. Il y a cet op, FatNerdz. Tu le contactes en privé et il pourra t’aider.
— Tu le connais ? En quoi puis-je lui faire confiance ?
— Personne ne l’a jamais vu. Il doit probablement vivre complètement reclus dans une cabane ou un bunker en Helvétie Fasciste. Mais je peux te garantir que, sans lui, je serais probablement en train de me débattre sous les traitement électriques anti-terroristes. D’ailleurs, je vais te le prouver ! Fais attention à ce que tu dis, je rebranche le routeur.

Il appuie sur un interrupteur. Les ampoules du plafond s’allument, les lumières commencent à clignoter sur les équipement connectés. Une publicité apparaît dans mon champs de vision, le réseau est revenu. Max pianote sur son portable. Les lignes défilent.
— Salut FatNerdz, t’es dispo ?
— Salut mec, sup ?
— Je cherche des infos sur le profil psychologique d’une nana. Je sais pas si je peux lui faire confiance. Officiellement enregistrée sous le nom de Eva…

Max se tourne vers moi : « C’est quoi son nom de famille ? » Je le lui dis, Max l’encode. L’écran semble s’arrêter. Pas de réponse.
— FatNerdz: ping
— Sorry mec, j’étais occupé. Bien reçu ta requête, je te transmets son profil dès que je l’ai.

Refermant son antique laptop, Max se tourne vers moi.
— Et voilà. Bon, c’est mieux qu’on en reste là. Je t’appelle dès que j’ai la réponse.

Alors que l’ascenseur me projette vers le sol à la vitesse d’une balle de fusil, je tente de mettre de l’ordre dans mes sentiments. J’ai menti à Max. Eva ne me laisse pas indifférent. J’essaie, tant bien que mal, de faire la part des choses. La phrase de Georges résonne dans mes oreilles : « Regarde avec tes yeux, ton intelligence pas avec tes souvenirs ni tes sentiments. » À l’extérieur, la ruelle est sombre, encombrée de taxis, de télé-passifs et de vendeurs à la sauvette. Sale quartier. Un bruit sourd, violent. Mon estomac se retourne, mes tympans sifflent, des hurlements. Je suis au sol, abasourdi, le nez dans un flaque aux relents infâmes. Mon cerveau bourdonne, des pieds m’écrasent, des corps s’enfuient. Une explosion ! Il y en a souvent dans ce quartier. Équipement vieillot, peu entretenu. Grands risques de courts-circuits. Des débris épars tombent, des vendeurs s’abritent. Court-circuits dans… Non ! Je lève les yeux. Là haut, une fumée épaisse s’élève d’une fenêtre du quatre-vingt troisième étage. Max !

 

Photo par Kyp. Relecture par Pit, Florian Judith et galex-713.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce texte. Ce blog est payant mais vous êtes libre de choisir le prix. Vous pouvez soutenir l'écriture de ces billets via Flattr, Patreon, virements IBAN, Paypal ou en bitcoins. Mais le plus beau moyen de me remercier est de simplement partager ce texte autour de vous.

flattr this!

Source: http://ploum.net/printeurs-7/


Les véritables maîtres du monde

Wednesday 2 October 2013 at 20:09

chat_ordinateur

— Snowden n’était qu’un pion, il ne sait rien !

Serré dans un costume trois-pièces de marque, l’homme qui se tient devant nous est un inconnu du grand public. Dans l’ombre, Il travaille pourtant au service des personnalités les plus influentes. Pour accéder jusqu’au bunker où il se terre, il nous a fallu montrer patte-blanche et promettre de ne révéler que le strict minimum. Pas d’appareil photo, pas de dictaphone, pas de téléphone : un simple carnet de note dont le contenu sera vérifié à la sortie.

— Pourquoi avoir décidé de parler ? Pourquoi nous recevoir ?
— Parce qu’il est peut-être temps que l’humanité sache. Les hommes s’indignent d’être espionnés par la NSA ? Ils s’insurgent et brandissent l’étendard de la vie privée ? Ils exigent la neutralité du Net ? La belle affaire ! Mais s’ils savaient quelle menace pèse sur l’humanité…
— Que voulez-vous dire ? À quelle menace faites-vous allusion ?

Il s’arrête un instant et prend une inspiration.
— Très peu de gens sont au courant. Mais les preuves s’accumulent. Les historiens, les sociologues, les ingénieurs de mon équipe, tous confirment cette vérité : l’homme est en fait l’esclave d’une race supérieure. L’homme n’a plus son libre arbitre depuis bien longtemps. Il est contrôlé, manipulé, décérébré. Ils sont parmi nous. Nous sommes leurs instruments.
— Mais qui sont-ils ? De qui voulez-vous parler ?

D’un tour de siège, il se lève et s’arrête un instant le regard tourné vers le mur nu. Les mains croisées dans le dos, il maugrée des phrases inintelligibles. Puis, brusquement, il se tourne vers nous.
— Je parle bien entendu des chats ! Les chats qui ont inspirés toutes les grandes découvertes, les chats qui avaient réussi à prendre le contrôle total de l’Égypte antique. Les chats qui, après le déclin de celle-ci, ont compris leur échec et ont décidé de construire une humanité globale, sans risque de se voir renverser. À toutes les étapes importantes de l’histoire, les chats étaient là. Au moyen-âge, pour des raisons de superstition, les chats ont été persécutés. Durant ces siècles, l’humanité a stagné, le niveau scientifique et technologique a même régressé. Mais les chats sont patients. Chaque grand scientifique, chaque grand découvreur était la marionnette d’un chat. Internet est leur chef d’œuvre.
— Internet ?
— Toute la recherche intermédiaire n’était qu’un prétexte à développer la technologie. La conquête spatiale ? Utile pour mettre au point les ordinateurs mais, une fois ce but atteint, sans intérêt. Pourquoi croyez-vous, après avoir envoyé des hommes sur la Lune, que nous ne soyons plus capables que de réaliser quelques expériences en apesanteur ? Parce que ça n’intéresse pas les chats !
— Mais que veulent-ils ?
— Le contrôle absolu, tout simplement. Internet n’est qu’un instrument, planifié longtemps à l’avance.
— Avez-vous des preuves de ce que vous avancez ?
— Des preuves ? Oh, j’ai bien plus que ça.

Il appuie sur un bouton. Un graphique est projeté sur un écran derrière lui.
— Au début d’Internet, on considérait que la majeure partie des échanges étaient soit du spam, soit du porno. Mais il ne s’agissait que de tester l’infrastructure. Une fois la technologie bien au point, les chats sont passés à l’attaque. Aujourd’hui, grâce à PRISM, programme mis au point ici-même, nous savons que 84% du trafic Internet mondial concerne les chats.
— Excusez-moi mais j’ai du mal à voir l’intérêt qu’aurait Internet pour un chat.
— Il est pourtant simple ! Ils l’utilisent comme un outil d’asservissement subliminal. Chaque jour, 16.874 utilisateurs de Facebook succombent et adoptent un chaton dont ils vont publier le moindre mouvement sur le réseau social, amplifiant le phénomène. Observez les chiffres exacts, ils sont irréfutables !

Les graphiques se suivent et alternent avec des nombres, des observations, des citations de rapports secrets. Je suis profondément troublé.
— Pourquoi ne pas l’avoir dit plutôt ?
— Nous avons toujours eu peur de la panique qui pourrait s’emparer des humains. Nous ne savons pas comment les chats pourraient répliquer à une attaque frontale. Les grands dirigeants ont choisi de garder cette guerre secrète. Mais, après Snowden, je pense qu’il est déjà trop tard. Il faut avertir l’humanité. C’est pourquoi j’ai décidé de parler.
— Quel a été votre rôle exact ?
— J’ai été chargé de mettre en place une solution, une arme de défense. La création d’un gigantesque filtre anti-chat, mille fois plus puissant que les filtres antispam. Pour cela, il nous fallait prendre le contrôle d’Internet. C’est pour ce projet que Snowden était engagé mais il n’a jamais compris le but réel de son travail. Par contre, il est évident que les chats ont fait le rapprochement entre eux et la NSA. C’est pour cela que je souhaite rendre le problème public. Il ne sert plus à rien de rester caché.
— Ne craignez-vous pas que les défections du genre de Snowden se multiplient ?
— Le cœur de notre équipe travaille ici, dans ce bunker secret. Nous ne sortons pas et nous n’aurons pas de contact avec l’extérieur tant qu’une parade mentale ne sera pas trouvée.
— Ce n’est pas trop dur ? Votre famille ne vous manque-t-elle pas trop ?

Sur un profond soupir, il s’empare d’un cadre photo qui décore son bureau.
— Si, parfois, elle me manque. Surtout la nuit, lorsque mon lit est vide.

Il embrasse la photo et la tourne vers nous. J’aperçois avec surprise le portrait d’un magnifique chat tigré se prélassant près d’une fenêtre. Il sourit.
— C’est Croquette, ma petite chatte angora. Si vous pouviez l’entendre ronronner, un vrai moteur diesel. Ce jour là, elle avait attrapé une souris…

 

Photo par Bruno Monteiro. Relecture par Alexandre G.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce texte. Ce blog est payant mais vous êtes libre de choisir le prix. Vous pouvez soutenir l'écriture de ces billets via Flattr, Patreon, virements IBAN, Paypal ou en bitcoins. Mais le plus beau moyen de me remercier est de simplement partager ce texte autour de vous.

flattr this!

Source: http://ploum.net/les-veritables-maitres-du-monde/


Le figurant

Monday 30 September 2013 at 17:33

old_dodge

Télécharger « Le figurant» :

Format .epub - Format .pdf

Par la fenêtre sale, j’aperçus le vieux Dodge crasseux de Spencer traverser la petite place écrasée par le soleil, le vacarme de son antique moteur assourdi par la chaleur gluante et la poussière moite de cet après-midi d’été. Une goutte de sueur perla sur mon front, suivit le contour de mes sourcils, dévala la pente osseuse de mon nez et acheva sa course sur la pointe de ma chaussure droite en cuir usé. Je poussai un soupir. Le vieux Spencer m’avait donné bien du fil à retordre avec son testament alambiqué. Ses jurons m’avaient épuisés tout autant que la chaleur. La chaleur. Liz m’avait préparé un thé glacé, j’en étais sûr. Dans quelques heures, nous nous assiérions dans la balancelle de la terrasse et nous écouterions le temps passer. Le temps passait mais la petite ville de Pitfall ne bougeait pas. Rien ne changeait au fil des années qui s’écoulaient calmes, paisibles, rassurantes. Les présidents se succédaient, les téléphones devenaient portables, les avions s’envolaient dans la stratosphère mais, à Pitfall, les Jenkins tenaient un magasin de chaussures, le fils Bradley la pompe à essence et le notaire, tous les soirs, buvait un thé glacé avec son épouse. Le thé glacé. Rien que d’y penser, ma langue se porta instinctivement à mes lèvres, ma gorge me parut sèche comme une remontrance de l’acariâtre institutrice Spoons.

— Il reste encore l’affaire de la propriété Harrison à régler, Monsieur, fit une voix sortie de l’ombre du bureau.
— En effet, répondis-je, je vais préparer les papiers.

Adam, mon fidèle clerc, semblait encore plus immuable que le reste des habitants de Pitfall. Toujours assis dans l’ombre, vêtu été comme hiver de la même chemise de velours grise, il regardait passer le temps, temps qui ne semblait en contrepartie avoir aucune prise sur son crâne luisant et sa barbe blanche. Même la température ne l’affectait en rien. Il était déjà le clerc de mon père. Les mauvaises langues du village allaient jusqu’à affirmer qu’il avait dû l’être du temps de mon grand-père voire de mon arrière grand-père. Rien ne changeait jamais à Pitfall. Surtout pas Adam.

Je me dirigeai vers l’armoire métallique pour prendre le dossier Harrison. La porte résista et ses gonds rouillés gémirent de protestation. De l’épaule, je donnai un grand coup. L’armoire grinça, la porte s’ouvrit et, dans un fracas poussiéreux, un paquet huilé tomba à mes pieds.

— Qu’est-ce que…

Il me fallut quelques secondes avant de me souvenir. L’enveloppe ! L’enveloppe que mon père m’avait montré et qu’il avait précieusement rangée au-dessus de l’armoire. Je devais avoir quinze ans à l’époque. Je m’en souvenais comme si c’était hier. Il m’avait raconté qu’il tenait cette enveloppe de son père qui la tenait lui-même de son père et que j’aurais à la transmettre à mon tour. Le tout remontait à notre aïeul, notaire de Pitfall aux temps héroïques des pionniers.

Un homme était entré un matin dans l’étude de mon ancêtre. Il était jeune, élancé et rasé de près, ce qui était assez rare pour l’époque. Ses cheveux et ses yeux brillaient d’un noir luisant. Il déposa sur le bureau de mon aïeul une grande enveloppe de papier ciré avec pour instruction de ne la remettre qu’à une personne qui se présenterait comme Zar, prince des étoiles. L’homme précisa également qu’il était indispensable que Zar prouve son identité en montrant un anneau bleu qu’il tiendrait de sa mère.

Le jeune notaire fut abasourdi par ce charabia mais, sans pouvoir l’expliquer, il sentait confusément une puissance tranquille émaner de l’étranger. Sa taille plus grande que la moyenne, ses oreilles légèrement élancées, son regard d’acier. Tout en faisait un personnage hors normes.

L’homme mystérieux montra alors à mon ancêtre une petite pièce de métal.
— L’anneau bleu de Zar doit pouvoir s’emboîter parfaitement sur ce récepteur. Si ce n’est pas le cas, vous ne lui remettrez pas l’enveloppe. Il n’a pas le droit de vous y forcer, telles sont les règles du temps.
— Quand doit donc venir votre Zar ? Pourquoi ne pas lui faire parvenir directement votre paquet ?
— Il y a trop de possibles pour que je puisse dire quand. Peut-être demain, peut-être dans un millénaire.
— Dans un millénaire ? J’espère avoir pris ma retraite bien avant, ironisa mon aïeul.
— Vous transmettrez cette enveloppe, ce récepteur et ces instructions à vos descendants qui les transmettront eux-mêmes.
— Mais… C’est absurde ! Quelle garantie ai-je que mes descendants seront notaires ?
— Ne vous inquiétez pas pour ça. Pitfall ne change pas. J’aime le charme désuet de cette ville. Voici de quoi vous dédommager pour plusieurs générations. Mais rappelez-vous : cette enveloppe ne doit en aucun cas être ouverte ou tomber en d’autres mains.

Il disparut ensuite aussi vite qu’il était entré. Avec l’argent, mon aïeul acheta la propriété où, aujourd’hui encore, je buvais du thé glacé avec mon épouse.

Et voilà que, en cet instant, la fameuse enveloppe gisait à mes pieds comme une étrange prémonition. Un petit paquet attenant contenait le récepteur. Je l’ouvris. Un vulgaire bout de métal de la taille d’un dé à coudre. Il comportait de légers reliefs. Les effleurer de mon doigt me procura un frisson que je ne pus expliquer. Un fou avait confié cela à mon aïeul et nous perpétuions la tradition sans en savoir exactement la raison. Mais n’est-ce justement point la prérogative de toute tradition ?

Perdu dans mes pensées, je n’entendis pas Adam s’approcher.
— Monsieur, fit-il, il y a là un visiteur qui souhaite vous voir.
— Harrisson ? Déjà ? Je n’ai pas encore préparé son dossier !
— Je ne pense pas qu’il soit lié à Harrisson, Monsieur. Ses paroles sont un peu étranges. Il demande à voir un notaire de l’empire.
— L’empire ?
— Oui. Il prétend avoir droit à certains égards, en temps que prince royal.
— Prince ?

Une brève seconde, je fus pris d’un vertige.

— Faites-le entrer !

Adam s’effaça et laissa la place à un homme grand, jeune, aux pommettes saillantes et au regard noir comme sa chevelure. Ses oreilles semblaient légèrement élancées mais ce qui frappait le plus était sa tenue. Il portait un costume léger et brillant d’une incroyable élégance malgré les taches et les trous. Je n’aurais pu en identifier la matière. En dépit d’une épaisse couche de poussière, les traits du visage de mon visiteur respiraient la force et la noblesse.

— J’exige des explications, fit-il. Mon ministre Yem m’emmène au bord d’une fontaine de parfums et, sans même m’enivrer, je me réveille au milieu du désert. Après plusieurs heures de marches en plein soleil, je tombe sur ce village absurde où les bâtiments semblent sortis d’une représentation et où personne ne me vénère suivant mon rang.
— Qui êtes-vous, bégayai-je ?

Mon cœur battait la chamade. La réponse me fit l’effet d’une massue bien que, instinctivement, je m’y sois préparé.

— Je suis Zar, fils de l’Espace, prince des Étoiles.
— Mon dieu…

Une minute s’écoula en silence.

— Pourquoi êtes-vous venu ici Monsieur Zar ? fis-je, d’une voix que je voulais assurée.
— J’ai vu votre pancarte et je me suis dit qu’un notaire de l’empire pourrait certainement m’expliquer ce qui se passait. Les notaires ne sont-ils pas les fonctionnaires en charge du temps et de l’espace ?

J’ignorai sa question :
— Monsieur Zar, je vais vous demander de prouver votre identité.
— Quoi ? C’est une plaisanterie ! Mon hologramme est affiché dans tous les vaisseaux de l’empire !
— Je suis désolé mais j’ai des instructions précises. Avez-vous reçu un objet de votre mère ?
— J’ai mon anneau de noblesse, bien entendu. Je suppose que vous avez vos raisons de me le demander, aussi fais-je confiance à un notaire de l’empire.

Je saisis le récepteur de métal avec lequel je jouais quelques instants plus tôt et y enfilai l’anneau bleu que Zar me tendait. Les deux objets s’emboîtèrent avec une telle précision que, sans la différence de couleur, il eut été impossible de déterminer la ligne de séparation. Le récepteur se mit à briller d’une phosphorescence bleuâtre.

— Et bien, je pense que cela me suffit Monsieur Zar. Je dois vous remettre cette enveloppe qui a été déposée à votre intention.

Zar parut aussi surpris que je l’avais été mais, sans mot dire, ouvrit le paquet. Il en sortit une liasse de papier qu’il se mit à lire. Au fur et à mesure, la stupeur déformait ses traits. Pour ma part, je m’étonnais de la qualité de conservation du papier après tant d’années. Il était d’un blanc brillant et les caractères semblaient imprimés avec une précision qui n’existait pas du temps de mon aïeul.

Zar marmonna entre ses dents :
— Yem. Mon fidèle ministre en qui j’avais toute ma confiance. Je ne l’aurais jamais cru. Par la Galaxie, c’est l’Empire entier qui est en péril.

Tout en gardant les yeux sur le texte, il me souffla :
— Messire notaire, vous venez de rendre un grand service à l’empire. Je…
Son visage pâlit, ses lèvres tremblèrent.
— Par la Galaxie ! Mon sceau ! Mon sceau ! Mais alors…
Frénétiquement, il tourna la page.
— Le vingt-et-unième siècle ! Par tous les paradoxes ! Nous sommes donc au vingt-et-unième siècle ?
Il me fixa, ahuri. J’acquiesçai.
— Et vous n’avez jamais entendu parler de l’Empire ?
Je secouai la tête.
— Nous sommes donc sur la terre ?
Je parus à peine plus étonné et lui fis comprendre que cela me paraissait aller de soi.

Il soupira et, s’affalant sur le dossier de la chaise, parût perdre de sa superbe.
— Quelle ruse diabolique. En m’exilant hors de la juridiction de l’Empire, ils me privent de tous moyens de revenir. À moins que…
Compulsant les papiers sortis de l’enveloppe, il se redressa brusquement et éclata de rire.
— Évidemment, tout est prévu. Je n’ai qu’à suivre mes propres instructions. Par la Galaxie, cela va être un jeu d’enfant. Et quel bon tour ! Je me réjouis de voir la tête de Yem quand il me verra.
Se levant prestement, Zar fit tomber la chaise. Sans s’émouvoir outre mesure, il me serra vigoureusement la main et, emportant l’enveloppe, s’écria :
— Merci Notaire ! Vous venez de rendre à l’Empire un service d’une valeur inestimable. Que les Étoiles vous protègent, vous et votre descendance.

Abasourdi, je le regardai s’éloigner sans avoir esquissé un geste ou une parole. De la porte, je l’entendis continuer son monologue :
— Ces satanés démocrates progressistes n’auront pas le dernier mot. L’Empire possède des ressources insoupçonnées…
Puis la porte se referma.

Toute la scène s’était déroulée en quelques minutes à peine. Reprenant mes esprits, je me levai de mon fauteuil et entendit un petit tintement métallique. Je venais de faire tomber un petit objet patiné.
— Le récepteur !
Tout en l’observant, je me dirigeai vers la fenêtre. La rue semblait déserte, mon mystérieux visiteur ne s’était pas attardé. Un sentiment étrange et confus s’emparait de moi.

Ma langue claqua sur mes lèvres sèches et je repensai soudain à la balancelle, à Liz, à la perspective d’un bon thé glacé. Je pris une profonde bouffée d’air chaud.
— Oh et puis zût, murmurai-je.
Je lançai l’espèce de dé à coudre en direction de la poubelle.

Dehors, je vis l’institutrice Spoons, raide comme un jour de Carême, qui se dirigeait d’un pas dur vers l’épicerie.

Rien ne changeait jamais à Pitfall.
Lillois, 1 janvier 2010. Photo par Swainboat.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce texte. Ce blog est payant mais vous êtes libre de choisir le prix. Vous pouvez soutenir l'écriture de ces billets via Flattr, Patreon, virements IBAN, Paypal ou en bitcoins. Mais le plus beau moyen de me remercier est de simplement partager ce texte autour de vous.

flattr this!

Source: http://ploum.net/le-figurant/


De l’orthographe et de la publication en ligne

Sunday 29 September 2013 at 13:26

writing_pen

Chers amis lecteurs,

Si vous me lisez aujourd’hui, vous savez certainement que l’un des principaux problèmes de ce blog est l’orthographe (avec la mauvaise foi et la prétention mais, chez un blogueur, c’est normal voire recommandé).

Ai-je un souci avec l’orthographe et la langue française ? Au contraire ! Si je m’applique spécialement, je me targue même d’avoir une orthographe passable. Pire : j’apprécie tout spécialement les discussions sur l’orthographe ou la typographie. Mon passage à la disposition Bépo m’a fait prendre goût aux belles lettres dans leur juste écrin typographique.

Mon problème est autre : je jette les mots sans réfléchir et puis je triture, je mélange. Un complément d’objet direct est déplacé mais l’accord de la tournure précédente est gardé, un mot féminin est remplacé par un synonyme masculin sans changement dans les adjectifs. Je procède également à des relectures à haute voix, afin de mieux percevoir le rythme et la musicalité des mots. Procédé très efficace mais qui a le défaut de me faire souvent écrire des homonymes ou des verbes mal conjugués.

La solution est, en théorie, très simple : la relecture attentive. Mais lorsque je relis, j’ai la fâcheuse tendance de réécrire. Mes professeurs de français craignaient d’ailleurs les exercices d’écriture avec moi au point de préciser dans les consignes : « Écrire une nouvelle de minimum deux pages. Et, pour Lionel, de maximum dix pages. » Ce à quoi je répliquais avec vingt pages, les dix premières étant mon brouillon et les dix suivantes « la mise au propre » n’ayant que les premiers paragraphes en commun avec l’original.

En fait, entre nous, toutes ces laborieuses explications se réduisent à une seule : je suis trop feignant pour effectuer une relecture digne de ce nom.

Il s’en suit que je peux, au choix, écrire et réécrire sans jamais publier, n’étant jamais satisfait. Si j’étais un auteur professionnel, je pourrais certainement faire appel à un relecteur. Mais j’ai choisi une troisième solution : je publie sur le net.

De votre importance de lecteur

Internet est un outil magique. Contrairement à un livre papier, un texte ne doit pas être finalisé pour être publié et lu. Les erreurs sont acceptables et peuvent être corrigées après publication. La publication n’est plus définitive mais une étape parmi d’autres dans le processus d’écriture.

Dans mon cas précis, j’ai la chance d’avoir dans mon lectorat des personnes extrêmement cultivées et maniaques de l’orthographe qui n’hésitent pas à passer du temps pour me signaler les fautes. Mais, souvent, je sens comme une gêne, une crainte qu’un message soit perçu comme une critique négative plutôt qu’une simple volonté d’apporter une amélioration.

Pourtant, il n’en est rien. C’est un honneur pour moi de voir qu’un lecteur a pris le temps de m’envoyer une correction. Je voudrais d’ailleurs publiquement remercier ceux d’entre vous qui, dans l’ombre, me relisent et m’envoient des relectures précises et détaillées pour presque chaque billet. Les lecteurs deviennent partie intégrante du processus de création littéraire, de finalisation du texte.

Étendre la collaboration ?

Régulièrement, certains lecteurs me proposent, pour faciliter la correction, d’adopter un système de type wiki ou de contrôle de version. D’automatiser le processus.

Si, en théorie, l’idée est très belle, en pratique mon expérience me démontre que le procédé n’est pas efficace. De simples corrections, les remarques dérivent très rapidement sur le style, sur la meilleure manière d’écrire une phrase. La différence entre les goûts du relecteur et de l’auteur entraîne un débat chronophage. L’auteur se sent obligé d’accepter une modification pour ne pas vexer le relecteur. Parfois, une grosse modification remanie totalement un paragraphe, forçant l’auteur à analyser chaque différence afin de décider ce qu’il trouve pertinent. Enfin, dans certains cas extrêmes, les relecteurs vont jusqu’à modifier le fond du texte, discuter la pertinence de tel ou tel aspect.

Outre la débauche d’énergie nécessaire à maintenir un tel processus, je dois avouer être personnellement très peu convaincu par la création littéraire collaborative. J’ai été personnellement invité à collaborer à des dizaines de projets de ce type. Aucun, à ma connaissance, n’a jamais été achevé de manière satisfaisante. Même dans le monde professionnel, j’ai été témoin de communiqués de presse, dont j’avais rédigé l’original en quelques heures, qui ont mis plus d’un an pour être finalement publiés, perdus entre les discussions, les arguties sur la mise en page ou les critiques sur la tournure d’une phrase.

Signaler une faute

Au final, j’ai toujours privilégié la publication de billets imparfaits plutôt que pas de billets du tout. Et je laisse le temps bonifier les textes qui en valent la peine.

Une poignée de lecteurs appliquent la méthode qui me semble la plus efficace pour signaler les fautes. Le principe est simple : un billet = un mail avec le titre « [Corrections] Titre du billet à corriger ». Pas de corrections de plusieurs billets dans le même mail. Ensuite, outre des paragraphes de discussion, une ligne par faute avec la convention « partie de phrase telle qu’actuellement écrite/partie de phrase telle qu’elle devrait être ». Éventuellement, une explication ou une question. De mon côté, cela me permet de faire une recherche dans le texte du billet pour repérer facilement l’endroit fautif. Je peux également répondre à chaque correction suggérée ou la refuser en explicitant ma raison.

Parfois, de longues discussions s’ensuivent sur un point qui ne peut définitivement être tranché. C’est à la fois passionnant et instructif. J’aime la perversité de la langue française et le sado-masochisme de ses adeptes les plus puristes. Mon seul regret : ne pas pouvoir honorer les corrections typographiques à cause des limitations de WordPress. Par contre, la mise en forme générale d’un ebook est clairement un domaine où les suggestions sont les bienvenues car, sans pouvoir m’expliquer pourquoi, je suis assez peu satisfait de mes epubs.

Remerciements

La solution présentée a néanmoins un défaut. Elle relègue dans l’ombre le travail des relecteurs. Pourquoi ne pas montrer, sous la rude écorce de l’auteur solitaire, une pointe de gratitude ? Je propose donc, à ceux qui m’envoient des corrections, de préciser dans votre mail si vous souhaitez voir votre nom ajouté à la liste publique des relecteurs en bas de chaque billet, avec éventuellement un lien vers votre site ou votre compte Twitter.

Ce n’est pas grand chose mais c’est ma manière à moi de vous dire : « Merci ! »

 

Photo par Butch Dalisay. Corrections de François Martin et HLFH.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce texte. Ce blog est payant mais vous êtes libre de choisir le prix. Vous pouvez soutenir l'écriture de ces billets via Flattr, Patreon, virements IBAN, Paypal ou en bitcoins. Mais le plus beau moyen de me remercier est de simplement partager ce texte autour de vous.

flattr this!

Source: http://ploum.net/de-lorthographe-et-de-la-publication-en-ligne/