ploum.net

Ce site n'est pas le site officiel.
C'est un blog automatisé qui réplique les articles automatiquement

« Moi, conseiller » ou « Pourquoi voter pour Lionel Dricot à Ottignies-Louvain-la-Neuve et en Brabant-Wallon »

Wednesday 15 August 2012 at 11:20

Me voici en campagne électorale, ce qui explique la mise en avant de mon patronyme qui sera le seul à figurer sur les bulletins de vote (en tête de liste à Ottignies-Louvain-la-Neuve et à la neuvième place sur les listes provinciales).

Grégory Goethals et Lionel Dricot sur RTL Pepsodent, partenaire officiel de la campagne électorale, tous partis confondus.

Mais pourquoi voter pour moi ou pour tout autre candidat du Parti Pirate à la province ou à la commune ?

Petite réponse à la François Hollande, parce que la technique semble avoir fonctionné pour lui :

Moi conseiller, communal ou provincial, tout ce que je découvrirai, tout ce que j'apprendrai dans le cadre de mes fonctions publiques sera transparent et disponible sur le web.

Moi conseiller, toutes mes expériences, mon vécu, mes surprises, mes états d'âme seront partagés sur ce blog et sur les réseaux sociaux. Y compris mes déconvenues et mes erreurs.

Moi conseiller, toutes les décisions que j'aurai à prendre seront partagées sur le forum du Parti Pirate afin d'en débattre publiquement.

Moi conseiller, tous les dossiers importants auxquels j'aurai accès seront diffusés via le wiki.

Moi conseiller, tout ce qui ne pourra pas être diffusé publiquement, pour des motifs légaux ou moraux, sera néanmoins justifié. Par exemple, je m'engage à dire que j'ai travaillé sur un dossier dans le domaine X avec un budget Y mais que je n'ai pas le droit d'en dire plus à cause de Z.

Moi conseiller, je prendrai publiquement note de tous les cas où la transparence ne peut être appliquée afin de faire évoluer la législation si l'exception n'est pas pleinement justifiée.

Moi conseiller, tout émolument reçu dans le cadre de mon mandat, même indirectement, sera public. Ceci inclus tout poste éventuel d'administrateur, toute compensation non-financière ou frais de déplacement.

Moi conseiller, un véritable travail sera réalisé sur le wiki afin de détailler de manière claire, précise et exhaustive le budget de fonctionnement de la commune ou de la province.

Moi conseiller, je serai connecté sur un chat public (IRC ou XMPP) lors de chaque conseil auquel je participerai, afin de décrire mes impressions à chaud et de recueillir d'éventuelles réactions.

La transparence, c'est la colonne vertébrale du Parti Pirate. Sans transparence, le Parti Pirate n'est plus rien. Une transparence totale et sans concession, dont chaque exception devra être soigneusement justifiée. Cette transparence est aussi le seul garde-fou face à la corruption intrinsèque du pouvoir.

Les politiciens sont payés avec l'argent des citoyens, nos sous. À ce titre, ils sont employés par les citoyens. Et le devoir de tout employé est de justifier à ses patrons ce qu'il fait et la manière dont il dépense le budget.

Voter pour le Parti Pirate ne changera donc pas la face du monde. Pas tout de suite. Mais ce sera une première fenêtre citoyenne sur le monde politique. Toute ce que l'élu pirate apprendra, vous l'apprendrez, tout ce qu'il découvrira, vous le découvrirez. Tout ce qu'il saura, vous le saurez.



PS: Si vous n'habitez pas le Brabant-Wallon, peut-être que le Parti Pirate est également actif dans votre région. Ou peut-être que vous avez des connaissances qui seraient intéressées. N'hésitez donc pas à faire passer le message. Nos listes ne sont pas complètes et nous sommes toujours à la recherche de candidats.


Flattr our API Documentation

Source: http://ploum.net/post/pourquoi-voter-lionel-dricot


A freasy future for GNOME

Tuesday 7 August 2012 at 16:45

Last week, Lanedo sent me to GUADEC, the GNOME developers and users conference. As you may have read elsewhere, the conference was wonderfully organized, with splendid weather, gorgeous food and awesome people.

But there was a strange feeling amongst participants. Was it the last GUADEC? What is the future of the GNOME project? Xan López and Juan José Sánchez suggested to ship a tablet with GNOME in 2014. But isn't that too late? Is it really useful?

Tore de Hercules, La Coruna Is this the end of the world, the end of the road?

What is the goal of GNOME?

The first question we may ask ourselves is "What is our goal? What do we want to offer to users?". To this question, the answer from Jon McCann was straightforward:

We want to offer freedom to anyone that want it.

This makes a lot of sense. What are the dominant platforms those days? Apple, where your only freedom is spending money. Android, which is slightly more free but heavily linked to Google services. Ubuntu is a rising platform but, if it looks more free than Android, it is heavily linked to a private company. A freedom oriented solution is needed.

As Lennart Poettering pointed out, we should forget about the "Desktop environment" thing. Even if they use Linux, Android, Ubuntu and even Tizen are OSes. So should be GNOME.

What is freedom anyway?

But it would be a mistake to take freedom for granted because your operating system is completely open-source. Are you free if you use gNewSense with Gmail, Google calendar, Google contacts and Dropbox?

You could install OwnCloud somewhere, try to configure your phone to access it after installing a custom ROM. Then cry because you don't have all the nice features of the closed world, when everybody is live-sharing pictures during an event. And abandon your freedom the day your server crashes and you realize your last backup is months old.

Today, freedom is not only about the code that runs on your computer. It is about all the online services you are connected to, all the servers that host your data.

The solution: a freasy network

Online freedom is only achievable through decentralization. GNOME's purpose is to offer freedom to anyone that want it. Discussing with Karen Sandler, I came to the conclusion that GNOME should not only offer an OS, it should offer decentralized online services.

You would be able to install GNOME in server mode or in client mode. In server mode, it would be required to have a DNS pointing to your server. You will configure it through simple wizards. Then, you will be able to add accounts. Each user will be identified by an unique email address but, of course, a GNOME server could host multiple domains.

When logging on your client, you will enter your mail address and your password. Automatically, emails, calendar, XMPP, files, contacts will be synchronized. And erased at logoff if you want.

You would also be able to migrate your data from one server to another in one step. Best of all: we could offer to encrypt data so even GNOME servers administrators cannot access it. What about built-in support for TOR, making GNOME a true freedom and private cloud OS?

All of this should be dead simple, else we would loose lost of potential users. It's not because you are not an engineer that you cannot expect freedom. GNOME should be freasy: free and easy.

You are welcome

Apps, the key to success

The key to success for a platform those days is having a lot of apps. Why would apps creators invest in GNOME, after Android and iOS?

Because we can offer a level of integration never seen before. With technologies such as Telepathy tubes, XMPP, DBus, developing an online application for GNOME would be as easy as writing a desktop application. Instead of writing your server application, your web interface, your web API, your Android application, you only write one server app and one client app which communicate through DBus.

Apps creators should also fear Apple and Google dominant positions. Apple proved that they can delete an application from the store without any comment. The day Google decides to enter your business and develop an application similar to yours, you are doomed. They will propose better integration with all their services. Ultimately, apps creator need a free ecosystem.

Cooperation

Most of the relevant pieces of technologies are already available like XMPP servers, LDAP, mail and calendaring servers. But, as the Fritalk.com administrator, I know that putting all the pieces together is very hard. Also, some pieces are still missing, like a good decentralized social network.

But lot of projects are already tackling the issue, each from their own perspective: Mozilla launched a mobile OS, LibreOffice is working on an online version, KDE has OwnCloud, there's FreedomBox. In what sense are they different? I've the feeling that their ultimate goal is exactly the same as ours: offering freedom to those who want it.

As such, it doesn't make sense to compete against each other. It is time to join forces, to make compromises on design and technological choices, to offer an unified solution, at least in the early days.

We are those who care about freedom, privacy, independence, data ownership. It's our duty to make it freasy.


Flattr our API Documentation

Source: http://ploum.net/post/freasy-future-for-gnome


Lancement de la campagne Pirate à Ottignies-Louvain-la-Neuve

Thursday 5 July 2012 at 20:05

Je serai candidat Pirate aux élections communales 2012 à Ottignies-Louvain-la-Neuve afin de défendre notre idéal de transparence.

Lionel Dricot, Valérie Depaux, Michel Thayse et Antoine Wilmet, pirates d'Ottignies-Louvain-la-Neuve

Nos figures de proue seront, dans l'ordre : Lionel Dricot (c'est moi), premier sur la liste, Valérie Depauw, deuxième, Michel Thayse, troisième et enfin Antoine Wilmet qui nous fera l'honneur de pousser la liste avec son énergie. Tous sont des membres actifs du Parti Pirate Brabant-Wallon.

L'aventure commence donc. Et pour un petit parti, ce n'est pas une sinécure ! Nous sommes en effet confrontés à deux problèmes majeurs, typiques des nouveaux partis.

La parité obligatoire.

Notre liste étant loin d'être complète, nous sommes à la recherche de candidats et de candidates. La parité étant une obligation légale et étant confronté à un manque de femmes, ce que je déplore, nous avons décidé d'accepter les candidates sympathisantes, candidates qui ne feront pas une campagne active mais dont la présence sur nos listes permettra à d'autres candidats de faire campagne.

Ce genre de pratique est courant et regrettable. Mais, face à la parité obligatoire, nous avons décidé de jouer le jeu tout en vous indiquant de manière totalement transparente quels sont les candidats sympathisants.

Si vous êtes domicilié en Brabant-Wallon et qu'être candidat pour le Parti Pirate vous tente, n'hésitez pas à nous contacter, même si vous n'avez pas de temps à investir dans la campagne.

La collecte des signatures

En Belgique, pour pouvoir présenter une liste aux élections communales, il faut obtenir des signatures d'électeurs inscrits dans la commune. À Ottignies-Louvain-la-Neuve, nous devons en récolter cent. Ce ne sont pas simplement cent signatures : chacune doit être formalisée sur un formulaire particulier, avec le numéro de registre national du signataire.

Et pour combler le tout, ce formulaire n'est pas encore disponible en région wallonne ! Alors qu'il est disponible en région flamande et à Bruxelles depuis plus de deux mois, l'administration wallonne freine des quatre fers : coups de téléphone, lettres, courriels. Toute tentative de contact se solde par « Il sera en ligne la semaine prochaine ! » ou « Les formulaires de présentation seront mis dans les meilleurs délais sur notre site internet ».

Le site consacré aux élections est particulièrement abscons. Ainsi, faut-il cent signatures par liste ou par candidat ? Tout semble désigner la liste mais un fonctionnaire a bien insisté au téléphone pour nous dire que c'était par candidat.

Il nous reste donc à peine deux mois pour obtenir le formulaire et trouver cent signataires afin de les fournir à l'administration, le jeudi 13 ou le vendredi 14 septembre 2012, entre 13h et 16h. C'est à dire que si tous vos candidats travaillent, il va falloir prendre congé et ne pas louper ces deux petits créneaux de 3h chacun !

Une solution de rechange existe : trouver deux signataires parmi les élus sortants. Ce que font les partis au pouvoir, bien entendu. Mais un élu d'un autre parti accepterait-il de signer pour une liste pirate concurrente ? On peut toujours leur demander…


Flattr our API Documentation

Source: http://ploum.net/post/campagne-pirate-olln


S'essuyer les pieds, c'est croire…

Sunday 24 June 2012 at 13:33

À HypeLand, les possesseurs d'un paillasson AïePaillasse™ sont des gens fiers et heureux. Il faut dire que la société PomPom® investit chaque année une fortune en publicité pour les convaincre que dépenser leurs sous pour un nouveau paillasson fait d'eux une élite. Majoritaire mais une élite quand même.

Paillassons

Lorsqu'un possesseur d'AïePaillasse™ vous rend visite, il ne peut généralement pas s'empêcher une remarque :
— Quoi ? T'as encore un paillasson traditionnel ? Mais mon vieux, le AïePaillasse™ est vraiment plus facile.
— Oh ben tu sais, le mien essuie les pieds, j'en suis content.
— Mais le AïePaillasse™ c'est vraiment plus que ça. Tu devrais essayer, moi je ne sais plus m'en passer. Ça me fait bizarre de rentrer chez quelqu'un avec un paillasson normal.

Quand deux possesseurs d'AïePaillasse™ se rencontrent, ils se congratulent mutuellement d'avoir fait un investissement si indispensable.

Si jamais vous êtes invité chez un possesseur d'AïePaillasse™, votre amphytryon vous gardera la moitié de la soirée sur le pas de sa porte afin de faire les louanges dithyrambiques de sa nouvelle acquisition, car, oui madame, oui monsieur, c'est bel et bien l'AïePaillasse™ 4.2 en provenance directe des Staitse, pas encore disponible dans le commerce chez nous !
— Ah, feriez-vous d'un air intéressé ! Mais on pourrait pas rentrer là ? Il pleut à verse…



Merci à Jérémie pour l'idée. Image par LaChan.


Flattr our API Documentation

Source: http://ploum.net/post/aiepaillasse


Écrire…

Friday 22 June 2012 at 23:33

J'aime raconter des histoires.

Des histoires de fées ou de cosmonautes, de monstres attendrissants ou de vampires solitaires. J'aime lorsque, sous les touches du clavier, se crée un récit, une aventure.

Un tapir mange des lettres écrites dans un livre. Image sous copyright de Vladstudio

Qui n'a jamais écrit pourrait se dire que je choisis mes mots, que je dirige une représentation comme le ferait un metteur en scène, affranchi des limites de la réalité pour me frotter à celles, plus ardues encore, de la grammaire.

Il n'en est rien. Enfin si, au départ. J'ai une idée. Je la commence. Mais, très vite, les personnages échappent à mon contrôle, s'émancipent, font leurs propres choix.

Il m'arrive de pester, de m'indigner: « Non ! Ce n'est pas ce qui était prévu ! Pas par là ! ». Les personnages de fiction n'ont que faire des injonctions de la réalité. Le réel ? Laissez-moi rire !

Alors je m'installe et je savoure. En simple spectateur, j'admire et je jouis. Il m'arrive d'être taraudé par le suspens ou bouleversé par les émotions. Comment mon héros se sortira-t-il d'une situation a priori inextricable ? Comment va se finir cette folle cavalcade ?

Ô ineffable plaisir de l'écriture de fictions.

Plaisir qui devient tellement rare. Je suis gagné par la fièvre de l'instantané. J'ai le besoin d'écrire et de publier dans la seconde, de recevoir les commentaires de mes amis, de mes connaissances ou d'internautes que j'ai appris à reconnaître au détour d'un site web.

J'ai bien essayé de publier certaines histoires voire même des nouvelles entières. Mais la longueur en rebute plus d'un. Un texte un peu long sombre immédiatement dans le néant, comme s'il n'avait jamais existé.

Trouver un éditeur papier ? Beaucoup de démarches, beaucoup de temps pour essuyer des refus ou, pire, un bide total dans les ventes. Publier en feuilleton, par petits morceaux courts sur le web ? À creuser. Mon blog s'y prêterait-il ? Qui le lirait ?

Oui, parfois, la plume me démange. Mon clavier chauffe. Des héros hurlent sous mon crâne. Alors, je vérifie machinalement Twitter, puis Google+, puis Facebook puis le reste, encore et encore. J'y trouverais bien quelque chose à dire, une prétention politique à poster, une anecdote inutile à commenter, un troll à alimenter histoire d'étouffer ces mondes imaginaires sous la pesanteur de la réflexion réelle.

Histoire d'oublier que j'aime écrire des histoires…



J'utilise illégalement cette superbe image issue du talent de VladStudio.


Flattr our API Documentation

Source: http://ploum.net/post/ecrire