ploum.net

Ce site n'est pas le site officiel.
C'est un blog automatisé qui réplique les articles automatiquement

Changing the world, one task at a time

Wednesday 19 December 2012 at 01:54

The main concept behind Getting Things GNOME is that everything, absolutely everything is a task. Writing a book is a task. Developing an operating system is a task. Climbing mount Everest is task. Taking out the trash is a task. Everything.

A post-it wall

I agree. It’s terribly not romantic. But true. Like saying that every poem is just a bunch of ink on a paper. Not romantic but efficient. Better: building a system to handle every task could be a game changer, a disruptive innovation affecting the society.

It might be long but stay with me: I will describe a generic task, a generic task manager and how it will change the world.

A task

Let define a task first. What are the natural properties of a task? Not so many.

1. An action line. This is a short sentence describing the task and it should always start with a verb. “Project 42″ or “Administrative stuff” is not a task. “Fill in the papers” is.

2. An observable boolean. It can tell if the task is achieved or not. There’s no such thing as completion percentage or intermediary status. A task is done or is not done. And the observable has to be agreed. This observable boolean might sometimes be inferred from the action line but not always. Writing a book is fine. But how do you define a book? Having completed 100,000 words in a text file? Being published? Is self published enough?

3. A start time. The time at which the task can be started. It doesn’t make sense to know that you have to take the trash out two weeks in advance. A start time can also be arbitrarily decided. Like I don’t want to work on this project before the end of my vacations.

4. A due time. That due time might be external (a project deadline) or self decided (I want to write my book this year). When there’s no external deadline, the due time is often fuzzy: it should be done as soon as possible or someday or when you have time. This is nevertheless a due time. When there are two of them, the most urgent win. Like when your boss want a project report for next month but you don’t want to work on it during the holidays which happens the week before.

5. Subtasks. Each task can be divided in smaller subtasks, almost indefinitely. When the task is too big, like writing a book, it feels impossible and it will hard to be motivated to work on it. On the other hand, the tasks are too small when it takes more time to write down the task than to accomplish it. It goes without saying that if a task can have subtasks, it can have parents to. There’s no reason to have only one parent and a particular subtask can be part of multiple projects.

6. An assignee. That’s the person responsible for changing the observable boolean. It cannot be a group, it is always one person only. Of course, that person doesn’t have to be assigned to all the subtasks. And that person can change. Even for the biggest projects, there’s one person responsible for marking the project as done. It is not a special position, often it’s the person working on the last opened subtask.

That’s it. There’s nothing more in a task than that.

Of course, each task may require information. That’s why I consider than, even if it’s not part of the definition of a task, a good task manager should also centralise all the information related to a given task: personal notes, mails, links and related files. That’s why a todo-manager often acts as a notepad.

The fact that a task can have subtasks leads to dependencies, which is something natural and intuitive : a task cannot be started if its subtasks are not finished. Also, if a parent task has a deadline, any subtask shares the same or a stricter deadline.

A tasks manager

Obviously, you need to manage those tasks. There’s three natural modes of every task manager, even with good old post-its or filofax: input, organisation and work.

1. Input is entering tasks in the system. It should be as frictionless as possible. You should be able to immediately create a new task while walking in the street, while in a meeting or while reading an email asking you something.

2. Organisation is everything you do with your tasks. You should be presented with all the tasks that you need to accomplish (maybe with some filters). You can modify the dependencies between task (marking one as a subtask of another), set the start date, the due date, the assignee or add informations to a task. This mode is also important because it allows you to see the big picture, which is sometimes important.

3. Work is what you can achieve right now. This means that you should never see non workable tasks. Like the one which have unfinished subtasks or a later start date. This is often seen when people look at the huge task list somewhere and write down a short list of tasks to achieve today. They are intuitively making a work list from the organisation mode. We could even say that they set the start date of left out tasks to tomorrow.

Changing the world

Currently, I would need to identify it as a task, to write a mail asking you to do that. You would have to read the mail, to understand that I ask you a task and then to mark it as a task. Obviously, assigning a task is way faster. Of course, you would have to accept it.

Task interaction diagram

If the task manager I described above existed, you could enter absolutely everything in it. Every single thing you have to do or would like to can be entered. Each morning, you would simply have to go in work mode and either do it or discard it to tomorrow.

The system could help you by being context aware: not displaying work related tasks during week-ends, displaying tasks based on your current location.

This is exactly what GTG is doing, even allowing you to add tags to tasks in order to filter them easily. But GTG is currently a lone wolf tool, working only on your own computer.

The next step is then to make something like GTG online. Every online todo manager i’ve tried so far sucks. Most don’t have the concept of subtasks or only up to one level, they happily mix organisation and work mode, they ignore start dates. Those are good tools for groceries list. Even for managing a small project. But not to manage your life[1].

Online task management brings a whole new interaction: you would be able to assign a task to any of your contacts. Buy drinks for the party? Assigned to you. Everything is a task. When you will enter your car at the end of the day, your GPS will automatically tell you that i’ve assigned you “buying drinks” and even suggest you the nearest shop.

Task interaction with a task manager

But, wait, there’s more: what if you could mark some tasks are being public. Or at least shared with one of your circles. Anybody could see the task. If there’s a duplicate, it means that you will join forces with a complete stranger, if the duplicate is not already solved. Instead of having to work separately on the same issue, only one of you will have to do. No question asked about the goal or the parent tasks.

It would work even without duplicates. Someone could decide to help you because he likes you, because the task is easy for him. Or because you offer a bounty for a given task. A wonderful bazaar!

At that point, companies will put some non-critical tasks on such a system with interesting bounties. You could also immediately see the reputation of someone by seeing all the public tasks he completed before.

At first, only a handful of bounty hunters will make a living out of it. But, gradually, it might become more and more common. Instead of full time jobs, people will start working on their own project, looking for bounties when they need money.

Then…

But I don’t want to dream the rest of this story. As a GTG co-creator, I want to make it happen[2]. Is there an existing tool already doing what I want? If not, can we build our own but without being yet another online todo manager? And integrate it with GMail? Where should I start to not duplicate existing effort?

EDIT : Before posting your solution in the comments, be sure to read my typical reaction.

Picture by Jacob Bœtter

Notes

[1] At this point, I’m really curious to know if there’s an online solution that allows everything I’ve said hereabove.

[2] Even if, as a project manager, it would mean loosing my job.

Source: http://ploum.net/post/changing-the-world-one-task-at-a-time


Changing the world, one task at a time

Wednesday 19 December 2012 at 00:54

The main concept behind Getting Things GNOME is that everything, absolutely everything is a task. Writing a book is a task. Developing an operating system is a task. Climbing mount Everest is task. Taking out the trash is a task. Everything.

A post-it wall

I agree. It's terribly not romantic. But true. Like saying that every poem is just a bunch of ink on a paper. Not romantic but efficient. Better: building a system to handle every task could be a game changer, a disruptive innovation affecting the society.

It might be long but stay with me: I will describe a generic task, a generic task manager and how it will change the world.

A task

Let define a task first. What are the natural properties of a task? Not so many.

1. An action line. This is a short sentence describing the task and it should always start with a verb. "Project 42" or "Administrative stuff" is not a task. "Fill in the papers" is.

2. An observable boolean. It can tell if the task is achieved or not. There's no such thing as completion percentage or intermediary status. A task is done or is not done. And the observable has to be agreed. This observable boolean might sometimes be inferred from the action line but not always. Writing a book is fine. But how do you define a book? Having completed 100,000 words in a text file? Being published? Is self published enough?

3. A start time. The time at which the task can be started. It doesn't make sense to know that you have to take the trash out two weeks in advance. A start time can also be arbitrarily decided. Like I don't want to work on this project before the end of my vacations.

4. A due time. That due time might be external (a project deadline) or self decided (I want to write my book this year). When there's no external deadline, the due time is often fuzzy: it should be done as soon as possible or someday or when you have time. This is nevertheless a due time. When there are two of them, the most urgent win. Like when your boss want a project report for next month but you don't want to work on it during the holidays which happens the week before.

5. Subtasks. Each task can be divided in smaller subtasks, almost indefinitely. When the task is too big, like writing a book, it feels impossible and it will hard to be motivated to work on it. On the other hand, the tasks are too small when it takes more time to write down the task than to accomplish it. It goes without saying that if a task can have subtasks, it can have parents to. There's no reason to have only one parent and a particular subtask can be part of multiple projects.

6. An assignee. That's the person responsible for changing the observable boolean. It cannot be a group, it is always one person only. Of course, that person doesn't have to be assigned to all the subtasks. And that person can change. Even for the biggest projects, there's one person responsible for marking the project as done. It is not a special position, often it's the person working on the last opened subtask.

That's it. There's nothing more in a task than that.

Of course, each task may require information. That's why I consider than, even if it's not part of the definition of a task, a good task manager should also centralise all the information related to a given task: personal notes, mails, links and related files. That's why a todo-manager often acts as a notepad.

The fact that a task can have subtasks leads to dependencies, which is something natural and intuitive : a task cannot be started if its subtasks are not finished. Also, if a parent task has a deadline, any subtask shares the same or a stricter deadline.

A tasks manager

Obviously, you need to manage those tasks. There's three natural modes of every task manager, even with good old post-its or filofax: input, organisation and work.

1. Input is entering tasks in the system. It should be as frictionless as possible. You should be able to immediately create a new task while walking in the street, while in a meeting or while reading an email asking you something.

2. Organisation is everything you do with your tasks. You should be presented with all the tasks that you need to accomplish (maybe with some filters). You can modify the dependencies between task (marking one as a subtask of another), set the start date, the due date, the assignee or add informations to a task. This mode is also important because it allows you to see the big picture, which is sometimes important.

3. Work is what you can achieve right now. This means that you should never see non workable tasks. Like the one which have unfinished subtasks or a later start date. This is often seen when people look at the huge task list somewhere and write down a short list of tasks to achieve today. They are intuitively making a work list from the organisation mode. We could even say that they set the start date of left out tasks to tomorrow.

Changing the world

Currently, I would need to identify it as a task, to write a mail asking you to do that. You would have to read the mail, to understand that I ask you a task and then to mark it as a task. Obviously, assigning a task is way faster. Of course, you would have to accept it.

Task interaction diagram

If the task manager I described above existed, you could enter absolutely everything in it. Every single thing you have to do or would like to can be entered. Each morning, you would simply have to go in work mode and either do it or discard it to tomorrow.

The system could help you by being context aware: not displaying work related tasks during week-ends, displaying tasks based on your current location.

This is exactly what GTG is doing, even allowing you to add tags to tasks in order to filter them easily. But GTG is currently a lone wolf tool, working only on your own computer.

The next step is then to make something like GTG online. Every online todo manager i've tried so far sucks. Most don't have the concept of subtasks or only up to one level, they happily mix organisation and work mode, they ignore start dates. Those are good tools for groceries list. Even for managing a small project. But not to manage your life[1].

Online task management brings a whole new interaction: you would be able to assign a task to any of your contacts. Buy drinks for the party? Assigned to you. Everything is a task. When you will enter your car at the end of the day, your GPS will automatically tell you that i've assigned you "buying drinks" and even suggest you the nearest shop.

Task interaction with a task manager

But, wait, there's more: what if you could mark some tasks are being public. Or at least shared with one of your circles. Anybody could see the task. If there's a duplicate, it means that you will join forces with a complete stranger, if the duplicate is not already solved. Instead of having to work separately on the same issue, only one of you will have to do. No question asked about the goal or the parent tasks.

It would work even without duplicates. Someone could decide to help you because he likes you, because the task is easy for him. Or because you offer a bounty for a given task. A wonderful bazaar!

At that point, companies will put some non-critical tasks on such a system with interesting bounties. You could also immediately see the reputation of someone by seeing all the public tasks he completed before.

At first, only a handful of bounty hunters will make a living out of it. But, gradually, it might become more and more common. Instead of full time jobs, people will start working on their own project, looking for bounties when they need money.

Then…

But I don't want to dream the rest of this story. As a GTG co-creator, I want to make it happen[2]. Is there an existing tool already doing what I want? If not, can we build our own but without being yet another online todo manager? And integrate it with GMail? Where should I start to not duplicate existing effort?


EDIT : Before posting your solution in the comments, be sure to read my typical reaction.



Picture by Jacob Bœtter

Notes

[1] At this point, I'm really curious to know if there's an online solution that allows everything I've said hereabove.

[2] Even if, as a project manager, it would mean loosing my job.


Flattr our API Documentation

Source: http://ploum.net/post/changing-the-world-one-task-at-a-time


Les opportunités manquées du Libre 3 : la vie privée

Friday 14 December 2012 at 13:55

EDIT du 18 décembre 2012 : texte retravaillé pour tenir compte des amis qui partagent vos données.

La défense de la vie privée fait partie de l’ADN des promoteurs du logiciel libre. L’équation de base est simple : si le logiciel est libre, on peut contrôler ce qu’il fait de nos données. Il m’est arrivé d’entendre des libristes s’exclamer haut et fort que jamais ils ne feraient confiance à Google pour des choses aussi importantes que leurs emails.

Love locks

Face à la frénésie exhibitionniste qui s’empare du globe sur les réseaux sociaux, on pourrait croire que le libre tiendrait le rôle d’un contre poids important. Il n’en a rien été car, malheureusement, les libristes n’ont soit pas compris les enjeux réels, soit ce sont évertués à les solutionner sans tenir compte de la satisfaction des utilisateurs, soit se sont complètement radicalisés et marginalisés.

Google n’aura pas accès à mes mails

Récemment, j’ai été frappé de constater à quel point l’écrasante majorité des mes contacts utilisaient GMail. Et j’ajoute à cela ceux qui utilisent Google Apps sans que je le sache.

Il s’ensuit qu’à peu près chacun des emails que j’ai envoyés et reçus ces dernières années est connu de Google. Pour certains ce sera plus Microsoft avec Hotmail/Outlook.com ou Yahoo mais l’idée es la même : à l’exception de quelques échanges entre libristes, tout ce qui compte dans mes conversations est passé par un gros fournisseur.

Pire : vos amis compléterons d’eux-mêmes les détails dans leur liste de contact : adresse postale, téléphone, date de naissance. Même si vous n’avez jamais utilisé ces services, il est probable que Google et Facebook connaissent déjà énormément sur vous.

Le voyeur le plus dangereux

Dans le fantasme collectif, la vie privée est le seul moyen de se protéger contre un état totalitaire ou une société hégémonique. Mais, finalement, les grandes entreprises sont très surveillées et je pense qu’un géant comme Google ne peut pas se permettre le moindre faux pas.

À l’opposé, cet ami qui héberge votre site et vos emails est-il vraiment digne de confiance ? Et ce partenaire qui a lancé une association à laquelle vous cotisez et que vous vous êtes mis à dos en dénonçant sa gestion calamiteuse de la caisse ? En temps qu’administrateur de serveurs de mails, il m’est arrivé d’avoir accès aux boites d’anciennes petites amies avec qui je n’étais pas en bons termes. De découvrir que j’avais cet accès m’a fortement mis mal à l’aise.

La situation est donc identique à la décentralisation : idéalement, chacun devrait s’auto-héberger et être responsable de ses propres services. Mais, à défaut, utiliser un géant centralisé est plus sûr qu’une petite structure.

Aujourd’hui, tout va bien, tout le monde s’entend. Mais que se passera-t-il en cas de conflit ?

Une profonde et contre-productive incompréhension

La vie privée est tellement mal comprise que certains en fond une paranoïa tout à fait contre-productive et insensée. Il y a ce refus de publier son adresse email, son numéro de téléphone, son adresse physique ou son numéro de compte en banque.

Pourtant, ce sont des données qui ont été déjà divulguées à des centaines et des centaines de personnes ou de sociétés, qui sont reprises un peu partout et, dans bien des cas, sont trouvables par une simple recherche sur le web. Un peu comme cette personne qui m’a un jour demandé, après un échange par mail, d’effacer tous les emails de la conversation et de ne donner son adresse à personne, la même adresse étant sur la page de contact du site de l’association dont elle était secrétaire.

Ce qui est dommage avec tout ça, c’est que si vos données circulent déjà dans la nature, elles sont difficilement accessibles à vos amis et à vos proches qui doivent les tenir à jour manuellement dans des carnets d’adresses ou des mémoires de téléphone. Alors qu’en les publiant tout simplement sur un profil Facebook ou G+, vous êtes toujours joignables. Et que, de toutes façons, au moins un de vos amis va compléter son profil pour son usage personnel et donner ces renseignements à Facebook.

Dernièrement, j’ai même entendu que le numéro de compte en banque pouvait servir à faire des retraits sans votre accord. Encore une fois, ce numéro est public : chaque personne qui vous a un jour fait un virement, chaque personne à qui vous avez un jour payé 1€ connaît ce numéro. Vous le trouvez sur les bulletins de virement distribués à tous, sur les cartes de banque tombées par terre et même sur des sites webs. Si il y avait la moindre raison de le cacher, le système bancaire croulerait sous les réclamations et les escroqueries !

Oui mais…

Notre instinct à la vie privée est louable mais notre incompréhension nous pousse à faire les pires choix.

Google, encore lui, possède un service intitulé Google Latitude qui permet de visualiser son historique de position, jour après jour. Très pratique pour se souvenir où l’on était tel jour. Ou pour partager temporairement sa position avec un ami et se retrouver dans une grande ville sans s’échanger mille coups de fil.

Évidemment, une telle fonctionnalité fait peur. Cela veut dire que Google va savoir où nous sommes ! Google propose d’ailleurs, en un clic, d’effacer tout l’historique Latitude « en cas d’urgence ».

Jusqu’au jour où quelqu’un m’a fait remarqué que, ces données, Google, l’opérateur téléphonique et le gouvernement y avaient déjà accès.

En quelques sortes, activer cette fonctionnalité n’est pas donner un accès à sa vie privée, c’est surtout voir ce qu’ils savent déjà sur nous. Et à ce titre, c’est un outil très pertinent de protection de la vie privée.

Les solutions techniques…

En fait, si l’on souhaite réellement protéger sa vie privée, il n’y a pas trente-six solutions :  On doit faire une croix totale sur le téléphone mobile et sur le paiement par carte. Toutes nos communications, toutes nos données doivent également être chiffrées et ne communiquer qu’avec des amis “sûrs” (exit donc la vie sociale).

Ce concept de cryptage, les libristes l’ont défendu bec et ongles avec la promotion de PGP/GPG. Malheureusement, encore une fois, ils n’ont pas tenu compte une seule seconde de l’utilisation réelle que faisaient les gens de leur email.

Aucune interface correcte de gestion de clé de PGP/GPG n’a jamais vu le jour, l’utilisation de la ligne de commande étant toujours requise à un point ou un autre. Mais, pire, GPG supposait la conservation parfaite de la clé secrète (sans divulgation mais sans perte) ainsi que l’accès à l’email uniquement depuis des terminaux parfaitement sécurisés où la clé secrète était installée.

Les auteurs de GPG eux-mêmes ont pris conscience de ces lacunes et ont tenté d’y apporter une solution avec le projet STEED.

Il faut cependant mettre au crédit du libre l’apparition de réseaux entièrement anonymes comme Retroshare ou de contournement comme Tor.

…et l’évolution des mœurs

Finalement, la solution n’est pas venue de la technique mais des utilisateurs eux-mêmes. Les mentalité évoluent et la vie privée n’a plus le même sens.

La jeune génération s’affiche sans aucune honte sur les réseaux sociaux. Des messages très intimes s’échangent sur les murs publics ou sur Twitter. Les jeunes sont-ils bêtes ? N’ont-ils pas compris ?

Ou bien les vieux que nous sommes sont-ils juste réactionnaires comme l’étaient nos arrières grands parents face à un baiser trop passionné en public ?

Et si, contrairement à ce que nous avons cru, la vie privée n’était pas un enjeu technique mais bien sociétal ? Et si c’était une bonne chose d’ouvrir ce débat, de lancer en politique des jeunes qui ont grandi avec une culture d’ouverture ?

Photo par Mahmood Al-Yousif.

Source: http://ploum.net/post/opportunites-manquees-du-libre-3-vie-privee


Les opportunités manquées du Libre 3 : la vie privée

Friday 14 December 2012 at 12:55

EDIT du 18 décembre 2012 : texte retravaillé pour tenir compte des amis qui partagent vos données.

La défense de la vie privée fait partie de l'ADN des promoteurs du logiciel libre. L'équation de base est simple : si le logiciel est libre, on peut contrôler ce qu'il fait de nos données. Il m'est arrivé d'entendre des libristes s'exclamer haut et fort que jamais ils ne feraient confiance à Google pour des choses aussi importantes que leurs emails.

Love locks

Face à la frénésie exhibitionniste qui s'empare du globe sur les réseaux sociaux, on pourrait croire que le libre tiendrait le rôle d'un contre poids important. Il n'en a rien été car, malheureusement, les libristes n'ont soit pas compris les enjeux réels, soit ce sont évertués à les solutionner sans tenir compte de la satisfaction des utilisateurs, soit se sont complètement radicalisés et marginalisés.

Google n'aura pas accès à mes mails

Récemment, j'ai été frappé de constater à quel point l'écrasante majorité des mes contacts utilisaient GMail. Et j'ajoute à cela ceux qui utilisent Google Apps sans que je le sache.

Il s'ensuit qu'à peu près chacun des emails que j'ai envoyés et reçus ces dernières années est connu de Google. Pour certains ce sera plus Microsoft avec Hotmail/Outlook.com ou Yahoo mais l'idée es la même : à l'exception de quelques échanges entre libristes, tout ce qui compte dans mes conversations est passé par un gros fournisseur.

Pire : vos amis compléterons d'eux-mêmes les détails dans leur liste de contact : adresse postale, téléphone, date de naissance. Même si vous n'avez jamais utilisé ces services, il est probable que Google et Facebook connaissent déjà énormément sur vous.

Le voyeur le plus dangereux

Dans le fantasme collectif, la vie privée est le seul moyen de se protéger contre un état totalitaire ou une société hégémonique. Mais, finalement, les grandes entreprises sont très surveillées et je pense qu'un géant comme Google ne peut pas se permettre le moindre faux pas.

À l'opposé, cet ami qui héberge votre site et vos emails est-il vraiment digne de confiance ? Et ce partenaire qui a lancé une association à laquelle vous cotisez et que vous vous êtes mis à dos en dénonçant sa gestion calamiteuse de la caisse ? En temps qu'administrateur de serveurs de mails, il m'est arrivé d'avoir accès aux boites d'anciennes petites amies avec qui je n'étais pas en bons termes. De découvrir que j'avais cet accès m'a fortement mis mal à l'aise.

La situation est donc identique à la décentralisation : idéalement, chacun devrait s'auto-héberger et être responsable de ses propres services. Mais, à défaut, utiliser un géant centralisé est plus sûr qu'une petite structure.

Aujourd'hui, tout va bien, tout le monde s'entend. Mais que se passera-t-il en cas de conflit ?

Une profonde et contre-productive incompréhension

La vie privée est tellement mal comprise que certains en fond une paranoïa tout à fait contre-productive et insensée. Il y a ce refus de publier son adresse email, son numéro de téléphone, son adresse physique ou son numéro de compte en banque.

Pourtant, ce sont des données qui ont été déjà divulguées à des centaines et des centaines de personnes ou de sociétés, qui sont reprises un peu partout et, dans bien des cas, sont trouvables par une simple recherche sur le web. Un peu comme cette personne qui m'a un jour demandé, après un échange par mail, d'effacer tous les emails de la conversation et de ne donner son adresse à personne, la même adresse étant sur la page de contact du site de l'association dont elle était secrétaire.

Ce qui est dommage avec tout ça, c'est que si vos données circulent déjà dans la nature, elles sont difficilement accessibles à vos amis et à vos proches qui doivent les tenir à jour manuellement dans des carnets d'adresses ou des mémoires de téléphone. Alors qu'en les publiant tout simplement sur un profil Facebook ou G+, vous êtes toujours joignables. Et que, de toutes façons, au moins un de vos amis va compléter son profil pour son usage personnel et donner ces renseignements à Facebook.

Dernièrement, j'ai même entendu que le numéro de compte en banque pouvait servir à faire des retraits sans votre accord. Encore une fois, ce numéro est public : chaque personne qui vous a un jour fait un virement, chaque personne à qui vous avez un jour payé 1€ connaît ce numéro. Vous le trouvez sur les bulletins de virement distribués à tous, sur les cartes de banque tombées par terre et même sur des sites webs. Si il y avait la moindre raison de le cacher, le système bancaire croulerait sous les réclamations et les escroqueries !

Oui mais…

Notre instinct à la vie privée est louable mais notre incompréhension nous pousse à faire les pires choix.

Google, encore lui, possède un service intitulé Google Latitude qui permet de visualiser son historique de position, jour après jour. Très pratique pour se souvenir où l'on était tel jour. Ou pour partager temporairement sa position avec un ami et se retrouver dans une grande ville sans s'échanger mille coups de fil.

Évidemment, une telle fonctionnalité fait peur. Cela veut dire que Google va savoir où nous sommes ! Google propose d'ailleurs, en un clic, d'effacer tout l'historique Latitude « en cas d'urgence ».

Jusqu'au jour où quelqu'un m'a fait remarqué que, ces données, Google, l'opérateur téléphonique et le gouvernement y avaient déjà accès.

En quelques sortes, activer cette fonctionnalité n'est pas donner un accès à sa vie privée, c'est surtout voir ce qu'ils savent déjà sur nous. Et à ce titre, c'est un outil très pertinent de protection de la vie privée.

Les solutions techniques…

En fait, si l'on souhaite réellement protéger sa vie privée, il n'y a pas trente-six solutions :  On doit faire une croix totale sur le téléphone mobile et sur le paiement par carte. Toutes nos communications, toutes nos données doivent également être chiffrées et ne communiquer qu'avec des amis "sûrs" (exit donc la vie sociale).

Ce concept de cryptage, les libristes l'ont défendu bec et ongles avec la promotion de PGP/GPG. Malheureusement, encore une fois, ils n'ont pas tenu compte une seule seconde de l'utilisation réelle que faisaient les gens de leur email.

Aucune interface correcte de gestion de clé de PGP/GPG n'a jamais vu le jour, l'utilisation de la ligne de commande étant toujours requise à un point ou un autre. Mais, pire, GPG supposait la conservation parfaite de la clé secrète (sans divulgation mais sans perte) ainsi que l'accès à l'email uniquement depuis des terminaux parfaitement sécurisés où la clé secrète était installée.

Les auteurs de GPG eux-mêmes ont pris conscience de ces lacunes et ont tenté d'y apporter une solution avec le projet STEED.

Il faut cependant mettre au crédit du libre l'apparition de réseaux entièrement anonymes comme Retroshare ou de contournement comme Tor.

…et l'évolution des mœurs

Finalement, la solution n'est pas venue de la technique mais des utilisateurs eux-mêmes. Les mentalité évoluent et la vie privée n'a plus le même sens.

La jeune génération s'affiche sans aucune honte sur les réseaux sociaux. Des messages très intimes s'échangent sur les murs publics ou sur Twitter. Les jeunes sont-ils bêtes ? N'ont-ils pas compris ?

Ou bien les vieux que nous sommes sont-ils juste réactionnaires comme l'étaient nos arrières grands parents face à un baiser trop passionné en public ?

Et si, contrairement à ce que nous avons cru, la vie privée n'était pas un enjeu technique mais bien sociétal ? Et si c'était une bonne chose d'ouvrir ce débat, de lancer en politique des jeunes qui ont grandi avec une culture d'ouverture ?



Photo par Mahmood Al-Yousif.


Flattr our API Documentation

Source: http://ploum.net/post/opportunites-manquees-du-libre-3-vie-privee


A Google’s world

Tuesday 11 December 2012 at 16:53

Ce texte est également disponible en français.

What would you do if you had access to a virtually unlimited wealth and to all the greatest technology? The opportunity to hire the greatest geniuses of your time?

For most of the large companies at the end of the industrial era, the answer was “make more money, accumulate more wealth”. It is so meaningless. Not a surprise that they were about to destroy the world.

Google was the exception. Google was spending money to make the coolest stuff, not to earn more money. They were building what they wanted to have for themselves. Inevitably, some of the projects ended earning money. But it was not the primary goal.

Google Logo

While all companies were trying to create a website and to keep as much visitors as possible, Google launched its own where users had to spend the least possible time and find elsewhere what they wanted. This could not be a profitable business.

When email solutions reached their peak and competed with features, Google decided to make a simplified interface only accessible in a browser. But with free virtually unlimited storage. This could not be a profitable business.

You’ve probably visited the museum of technology. You saw the first true smartphone, the Apple iPhone from 2007. At that time, rumours expected a Google reaction and the launch of a Google phone.

Surprise and disappointment: Google merely published a free and open source operating system for smartphones: Android. Yet most money was done selling phones themselves. Google’s idea could not be a profitable business.

However, in less than ten years, Android became the de facto standard for personal computing, on all types of equipment ranging from giant atrium television to tiny headset. From the strutting original phone manufacturers, only a bunch of surviving competitors were struggling with tight margins.

Google struck again with Google Wallet. Rather than going to war with the big names like VISA or Master Card, it merely offered an online payment solution using existing credit cards. VISA and others saw it as a cooperation rather than competition.

Soon, the exchange between two Google Wallets became so simple that credit cards were considered useless. Just place two phones close to each others to initiate a transaction, be it to buy a drink, a car or reimburse a friend.

When some companies offered to pay employees directly on Google Wallet accounts, governments tried to regulate it. Google bowed to all their requirements but, at the same time started to recognize bitcoin as a currency. Gradually, the economy bypassed the boundaries and the states, concepts such as GDP and Federal Reserve became obsoletes.

Web services were created. There was Flattr for micro-donations, KissKissBankBank for project funding and other for mortgage. It was called P2P banking. You want to build a house or start a business? You borrow from friends and friends of friends, each of them settings its own rate depending on its affinity with your project or by default. All is managed automatically, most do not even know to whom they are lending. They fixed the interest and the required liquidity they needed, that is all.

Like the music industry before, the banking sector did not want to deal with this unfair competition. Thanks to heavy lobbying, corruption, unfair laws and scandalous trial, they managed to extend their agony for nearly twenty years before disappearing in utter disgrace. Only a few years before the states themselves.

Indeed, witnessing most financial transactions escaping its control, governments no longer knew what to tax and stood on the bankers side. Nevertheless, administrations melted like snow in the sun, enforcing a lot of simplifications.

Unlike banks, states eventually adapted, becoming federation of regions and cities which were themselves federations of towns and neighbourhoods. The property tax was introduced. Whether you own a home, a work of art, a horse, a sports car, a jewel or a company, you are taxed at the level of the declared insured value.

You can of course underestimate your good or not take any insurance at all. But, in case of a disaster, do not expect any help. It’s a risk that few are willing to take. And, anyway, owning a property that is worth the insurance means that you have some comfort. The tax being inherently proportional to your wealth, it is considered as fair.

Nowadays, I see directly in my glasses the directions to a friend’s house, my calendar, my new posts, my news feed, my books and even a few games that I play while running in the park. I have to jump to get bonuses that I’m the only one to see or to sprint when a monster is chasing me: fun and healthy.

Google glasses

When I make an appointment, my calendar automatically calculates the best way to get there, taking many parameters like weather into account. If a car turns out to be the best option, I know it will wait for me in front of the house when I have to leave. The car will automatically follow the optimal route and return to the nearest charging station after dropping me at destination. Needless to say, buses have completely disappeared. Trains are used for medium or long distance and owning his own car is an old-fashioned snobbery.

I do not care about anything anyway, those are implementation details. I just decide where I want to be and at what time. If necessary, I chose an hotel amongst several proposals. Then I simply follow the instructions of my glasses. I leave the car, I get a high speed train or a plane, jump in a subway and walk a quarter of an hour. I trust Google to find the fastest and least expensive route. Moreover, the system has understood that I love walking and favour it when weather conditions are nice. A sudden downpour and a car magically appears, allowing me to stay dry.

Sometimes, when I get in a car, I meet strangers. Indeed, the system optimizes the flow of all users and I did not take the “exclusive” Cambio subscription “. It is quite expensive. But I don’t really need it anyway as it allows me to discuss, to meet people of my own town that I add to my “Neighbourhood” circle.

From time to time, I receive in my stream news from people with whom I shared a few trips. Last year, I organized a block party. I created the event without a particular date, inviting people from my nearby circles. Lot posted suggestions, volunteered to bring the chairs or the food. The most convenient day for the majority was automatically set. Even the costs were automatically balanced and all I had to do was to click to accept a small participation fee.

That fee was ridiculous. Admittedly, most of us have a comfortable income. The property tax discourages useless shopping sprees. Being a member of a tools community, I lend my lawnmower from time to time and have access to all other necessary tools without having to buy them. I prefer to invest my money in concert tickets, watching a movie or reading a book. In short, buying memories, not items taking place in a closet or a garage.

From time to time, I do myself a favour a buy a work of art for the wall of the living room. I like to change it regularly even if it is expensive. If my wife does not like it, I fall back in one click, enjoying my new acquisition when I’m alone. I have to make the confession that, in our living room, an entire wall is painted with electronic ink. Madness! I should declare it to the insurance.

Studying history, I’m admiring the way Google shaped our world. In less than a century, we have witnessed the reduction of states and a consequent reduction in conflicts, the end of wild finance and, with it, most of the poverty, a drastic limitation of pollution and consumption.

In short, Google led the world out of the industrial era when we lived only for an absurd growth. We are now living in the future, the Google times.

When I think about it, I see a downside. A small itch that bothers me and which seems to have no equivalent in history. A small dark cloud present in the subconscious of everyone but that we prefer to ignore.

My whole life is on Google. My money, my history, my photos, my memories, my books, my identity, my relationships. Even a simple movement or administrative access requires my Google account.

And, starting tonight, trying to connect bring me a message: “Your account has been disabled.”

This is probably a simple temporary mistake but I honestly do not know what to think. I’m waiting for the issue to be resolved so I could call my friends and discuss that issue with them.

Pictures by Robert Scoble and Antonio Zugaldia

Ce texte est également disponible en français.

Source: http://ploum.net/post/a-googles-world


A Google's world

Tuesday 11 December 2012 at 15:53

Ce texte est également disponible en français.

What would you do if you had access to a virtually unlimited wealth and to all the greatest technology? The opportunity to hire the greatest geniuses of your time?

For most of the large companies at the end of the industrial era, the answer was "make more money, accumulate more wealth". It is so meaningless. Not a surprise that they were about to destroy the world.

Google was the exception. Google was spending money to make the coolest stuff, not to earn more money. They were building what they wanted to have for themselves. Inevitably, some of the projects ended earning money. But it was not the primary goal.

Google Logo

While all companies were trying to create a website and to keep as much visitors as possible, Google launched its own where users had to spend the least possible time and find elsewhere what they wanted. This could not be a profitable business.

When email solutions reached their peak and competed with features, Google decided to make a simplified interface only accessible in a browser. But with free virtually unlimited storage. This could not be a profitable business.

You've probably visited the museum of technology. You saw the first true smartphone, the Apple iPhone from 2007. At that time, rumours expected a Google reaction and the launch of a Google phone.

Surprise and disappointment: Google merely published a free and open source operating system for smartphones: Android. Yet most money was done selling phones themselves. Google's idea could not be a profitable business.

However, in less than ten years, Android became the de facto standard for personal computing, on all types of equipment ranging from giant atrium television to tiny headset. From the strutting original phone manufacturers, only a bunch of surviving competitors were struggling with tight margins.

Google struck again with Google Wallet. Rather than going to war with the big names like VISA or Master Card, it merely offered an online payment solution using existing credit cards. VISA and others saw it as a cooperation rather than competition.

Soon, the exchange between two Google Wallets became so simple that credit cards were considered useless. Just place two phones close to each others to initiate a transaction, be it to buy a drink, a car or reimburse a friend.

When some companies offered to pay employees directly on Google Wallet accounts, governments tried to regulate it. Google bowed to all their requirements but, at the same time started to recognize bitcoin as a currency. Gradually, the economy bypassed the boundaries and the states, concepts such as GDP and Federal Reserve became obsoletes.

Web services were created. There was Flattr for micro-donations, KissKissBankBank for project funding and other for mortgage. It was called P2P banking. You want to build a house or start a business? You borrow from friends and friends of friends, each of them settings its own rate depending on its affinity with your project or by default. All is managed automatically, most do not even know to whom they are lending. They fixed the interest and the required liquidity they needed, that is all.

Like the music industry before, the banking sector did not want to deal with this unfair competition. Thanks to heavy lobbying, corruption, unfair laws and scandalous trial, they managed to extend their agony for nearly twenty years before disappearing in utter disgrace. Only a few years before the states themselves.

Indeed, witnessing most financial transactions escaping its control, governments no longer knew what to tax and stood on the bankers side. Nevertheless, administrations melted like snow in the sun, enforcing a lot of simplifications.

Unlike banks, states eventually adapted, becoming federation of regions and cities which were themselves federations of towns and neighbourhoods. The property tax was introduced. Whether you own a home, a work of art, a horse, a sports car, a jewel or a company, you are taxed at the level of the declared insured value.

You can of course underestimate your good or not take any insurance at all. But, in case of a disaster, do not expect any help. It's a risk that few are willing to take. And, anyway, owning a property that is worth the insurance means that you have some comfort. The tax being inherently proportional to your wealth, it is considered as fair.

Nowadays, I see directly in my glasses the directions to a friend's house, my calendar, my new posts, my news feed, my books and even a few games that I play while running in the park. I have to jump to get bonuses that I'm the only one to see or to sprint when a monster is chasing me: fun and healthy.

Google glasses

When I make an appointment, my calendar automatically calculates the best way to get there, taking many parameters like weather into account. If a car turns out to be the best option, I know it will wait for me in front of the house when I have to leave. The car will automatically follow the optimal route and return to the nearest charging station after dropping me at destination. Needless to say, buses have completely disappeared. Trains are used for medium or long distance and owning his own car is an old-fashioned snobbery.

I do not care about anything anyway, those are implementation details. I just decide where I want to be and at what time. If necessary, I chose an hotel amongst several proposals. Then I simply follow the instructions of my glasses. I leave the car, I get a high speed train or a plane, jump in a subway and walk a quarter of an hour. I trust Google to find the fastest and least expensive route. Moreover, the system has understood that I love walking and favour it when weather conditions are nice. A sudden downpour and a car magically appears, allowing me to stay dry.

Sometimes, when I get in a car, I meet strangers. Indeed, the system optimizes the flow of all users and I did not take the "exclusive" Cambio subscription ". It is quite expensive. But I don't really need it anyway as it allows me to discuss, to meet people of my own town that I add to my "Neighbourhood" circle.

From time to time, I receive in my stream news from people with whom I shared a few trips. Last year, I organized a block party. I created the event without a particular date, inviting people from my nearby circles. Lot posted suggestions, volunteered to bring the chairs or the food. The most convenient day for the majority was automatically set. Even the costs were automatically balanced and all I had to do was to click to accept a small participation fee.

That fee was ridiculous. Admittedly, most of us have a comfortable income. The property tax discourages useless shopping sprees. Being a member of a tools community, I lend my lawnmower from time to time and have access to all other necessary tools without having to buy them. I prefer to invest my money in concert tickets, watching a movie or reading a book. In short, buying memories, not items taking place in a closet or a garage.

From time to time, I do myself a favour a buy a work of art for the wall of the living room. I like to change it regularly even if it is expensive. If my wife does not like it, I fall back in one click, enjoying my new acquisition when I'm alone. I have to make the confession that, in our living room, an entire wall is painted with electronic ink. Madness! I should declare it to the insurance.

Studying history, I'm admiring the way Google shaped our world. In less than a century, we have witnessed the reduction of states and a consequent reduction in conflicts, the end of wild finance and, with it, most of the poverty, a drastic limitation of pollution and consumption.

In short, Google led the world out of the industrial era when we lived only for an absurd growth. We are now living in the future, the Google times.

When I think about it, I see a downside. A small itch that bothers me and which seems to have no equivalent in history. A small dark cloud present in the subconscious of everyone but that we prefer to ignore.

My whole life is on Google. My money, my history, my photos, my memories, my books, my identity, my relationships. Even a simple movement or administrative access requires my Google account.

And, starting tonight, trying to connect bring me a message: "Your account has been disabled."

This is probably a simple temporary mistake but I honestly do not know what to think. I'm waiting for the issue to be resolved so I could call my friends and discuss that issue with them.



Pictures by Robert Scoble and Antonio Zugaldia

Ce texte est également disponible en français.


Flattr our API Documentation

Source: http://ploum.net/post/a-googles-world


Le monde selon Google

Monday 10 December 2012 at 11:52

This post is also available in English.

Que feriez-vous si vous aviez à votre disposition des ressources et une richesse pratiquement illimitée ? La possibilité d’embaucher les plus grands génies de votre temps, de disposer de toute la technologie imaginable ?

Pour une majorité des grandes entreprises de la fin de la période industrielle, la réponse fut « faire encore plus d’argent, accumuler encore plus de richesses ». Quand on y pense, c’était un peu balot. Pas étonnant que les puissants de cette époque aient été sur le point de foutre le monde en l’air.

Google fut l’exception qui se dégagea. Chez Google, on se contentait de dépenser l’argent pour faire les trucs les plus chouettes possibles, ceux que les patrons avaient envie d’avoir. Forcément, une petite fraction des projets finissaient toujours par rapporter de l’argent. Mais ce n’était pas le but premier.

Logo Google

À son commencement, alors que toutes les entreprises essayaient de créer un site web et d’y garder le plus de visiteurs, Google lança le sien où les utilisateurs devaient passer le moins de temps possible et trouver, ailleurs, ce qu’ils cherchaient. Cela ne pouvait pas être rentable.

Lorsque l’email atteignit son apogée et que les logiciels rivalisèrent en fonctions et en ingéniosité, Google décida de faire une interface simplifiée et uniquement accessible dans un navigateur. Mais avec, gratuitement, un espace virtuellement illimité. Cela ne pouvait pas être rentable.

Vous avez sans doute visité le musée de la technologie. Vous y avez vu le premier véritable smartphone, l’Apple Iphone de 2007. À cette époque, les documents attestent d’une rumeur misant sur une réaction de Google et le lancement d’un Google phone.

Surprise et déception : Google se contenta de publier, gratuitement et sous licence open source, un système d’exploitation pour smartphones : Android. Pourtant ce sont les ventes de téléphones qui faisaient de l’argent. L’idée de Google ne pouvait pas être rentable.

Pourtant, Android devint en moins de dix ans le standard de facto de l’informatique individuelle, sur tous les types d’équipement depuis la télévision géante à l’oreillette. Des fabricants de téléphone qui se pavanaient, il ne reste à présent que quelques constructeurs se faisant concurrence avec des marges de plus en plus serrées.

Google récidiva avec Google Wallet. Plutôt que de rentrer en guerre avec les grands noms comme VISA ou Master Card, il se contenta de proposer un moyen de paiement en ligne qui utilisait justement les cartes de crédit existantes. VISA et les autres y virent une coopération plutôt que de la concurrence.

Mais les échanges de Google Wallet à Google Wallet devinrent bientôt tellement simples que les cartes de crédit périclitèrent. Il suffisait en effet de mettre deux téléphones en contact pour initier une transaction, pour se prêter quelques euros ou pour régler l’addition dans un bar.

Lorsque certaines entreprises offrirent de payer directement les employés sur les comptes Google Wallet, les gouvernements tentèrent d’intervenir. Google se plia à toutes leurs exigences mais commença au même moment à accepter les paiements en bitcoin. Petit à petit, l’économie se passa des états, s’affranchit des frontières, rendant obsolètes des concepts tels que le PIB ou la banque centrale.

Des sites et des services web virent le jour. Il y eu Flattr pour les micros dons, KissKissBankBank pour le microfinancement et d’autres pour les micros crédits. On a appelé cela le P2P banking. Vous vouliez construire une maison ou lancer une entreprise ? Vous empruntiez à des amis et des amis d’amis, chacun fixant son propre taux en fonction de son affinité avec votre projet ou de manière générique. Tout étant géré de manière automatique, la plupart ne savaient même pas à qui ils prêtaient. Tout au plus avaient-ils fixé le montant d’intérêt et la liquidité qu’ils exigeaient de ce qu’ils avaient entreposé sur tel ou tel service.

Comme l’industrie musicale avant lui, le secteur bancaire ne s’est pas laissé faire face à cette concurrence déloyale. À force de lobbying, de corruption, de lois iniques et de procès scandaleux, ils réussirent à prolonger leur agonie pendant près de vingt ans avant de disparaître dans l’opprobre la plus totale. À peine moins rapidement que les états.

En effet, voyant la plupart des transactions financières leur échapper, les gouvernements ne surent plus quoi taxer et firent dans un premier temps front commun avec les banques. Ils durent néanmoins réduirent leur train de vie. Les administrations fondirent comme neige au soleil au gré des crises, se simplifiant de plus en plus, coupant dans le superflu.

Mais les états finirent par s’adapter, se transformant en fédérations de régions et de villes, elles mêmes fédérations de bourgs et de quartiers. La fameuse taxe de propriété fut instaurée. Que vous soyez propriétaire d’une maison, d’une œuvre d’art, d’un cheval, d’une voiture de sport, d’un bijou ou d’une société, vous êtes taxé à l’échelle de sa valeur déclarée aux assurances.

Vous pouvez bien entendu sous-estimer votre bien voire ne pas prendre d’assurance du tout. Mais en cas de sinistre, aucune aide à espérer. Les resquilleurs sont donc rares. De toutes façons, si vous êtes propriétaire d’un bien qui vaut la peine d’être assuré, c’est que vous avez déjà un certain confort. Et la taxe sera intrinsèquement juste vu que proportionnelle à votre richesse.

Aujourd’hui, je vois directement dans mes lunettes la route à suivre pour aller chez un ami, mon agenda, mes nouveaux messages, mon flux de nouvelles, mes livres et quelques jeux auxquels je joue en courant dans le parc. Je dois sauter pour attraper des bonus que je suis le seul à voir, faire des pointes de vitesse quand un monstre me poursuit : c’est excellent pour ma condition physique.

Google Glass

Lorsque j’ai un rendez-vous, mon agenda calcule automatiquement la meilleure manière de s’y rendre en fonction de mon temps libre et de la météo. Si la voiture se révèle la meilleure option, je sais qu’elle m’attendra devant ma porte à l’heure optimale. La voiture conduira seule selon l’itinéraire idéal et retournera à la station de recharge la plus proche après m’avoir débarqué. Inutile de dire que les bus ont complètement disparu. Les trains ne sont utilisés que pour les moyennes ou longues distances Et posséder sa voiture personnelle relève d’un snobisme démodé.

Mais de toutes façons, je ne m’occupe de rien, ce sont des détails d’implémentation qui ne m’intéressent pas. Je dis juste où je veux être et à quelle heure, je choisis mon hôtel parmi plusieurs propositions si c’est nécessaire et je suis les instructions de mes lunettes. Je sors de la voiture, j’embarque dans un train grande vitesse ou un avion, je ressors, prends un métro et marche un quart d’heure. Je fais confiance à Google pour trouver le plus rapide et le moins cher entre toutes les alternatives. D’ailleurs, le système a bien compris que j’aimais la marche à pieds et favorise ce mode de déplacement si le temps le permet. Et si une ondée soudaine apparait, je sais qu’une voiture passera automatiquement me prendre.

Parfois, quand je monte dans la voiture, j’y trouve l’une ou l’autre personne. Le système optimise en effet les déplacements de tous les utilisateurs et je n’ai pas pris l’abonnement « exclusif » de Cambio car il est fort cher. Mais c’est sympa, cela me permet de discuter, de rencontrer des gens de la région. J’ai déjà ajouté de cette manière plusieurs personnes à mon cerle « Gens du quartier ».

Cela me plait de consulter le flux et d’y trouver, de temps en temps, des nouvelles de personnes avec qui j’ai partagé quelques trajets. Grâce à ce cercle, j’ai organisé l’année passée une fête de quartier. Je me suis contenté de créer l’évènement sans date particulière et avec une brève description, invitant toutes les personnes à proximité. Les suggestions ont fusé, certains se sont dévoués pour le matériel, d’autres pour la nourriture. La date s’est fixée automatiquement de manière à satisfaire le plus grand nombre. Même la participation aux frais a été automatiquement calculée équitablement et s’est versée automatiquement, après un clic d’acceptation, aux personnes qui avaient avancé l’argent.

Le montant m’a d’ailleurs paru dérisoire. Mais il faut avouer que les fins de mois difficiles sont un mauvais souvenir, la taxe sur la propriété dissuadant des achats inconsidérés. Faisant partie d’un site d’échange de matériel, je sais qu’en prêtant ma tondeuse de temps en temps, j’ai accès à tous les autres accessoires nécessaires quand j’en ai besoin dans ma maison. Du coup, je préfère investir dans des places de concerts, le visionnage d’un film en famille ou la lecture d’un livre. Bref, des achats qui m’offrent des souvenirs et ne prennent pas une place inutile.

De temps en temps, je me fais plaisir et achète une œuvre d’art pour la murale du salon. J’aime la changer régulièrement même si cela coûte cher. Et si ma femme n’apprécie pas, je reviens en un clic à l’ancienne, profitant de ma nouvelle acquisition en son absence. Il faut avouer que, dans notre salon, tout un mur est peint à l’encre électronique. Une folie ! Je dois d’ailleurs le déclarer à l’assurance sans tarder.

Étant féru d’histoire, je ne peux qu’admirer l’influence de Google sur notre monde. En moins d’un siècle, nous avons connu la réduction des états et une diminution conséquente des conflits, la disparition de la finance sauvage et avec elle d’une grande partie de la pauvreté, une limitation drastique de la pollution et de la consommation à outrance.

Bref, à lui seul Google nous a sortis de la période industrielle, de ce monde qui ne vivait que pour l’absurde croissance et le rendement. Nous sommes dans une nouvelle ère, l’ère Google.

Quand j’y réfléchis, je vois une ombre au tableau. Une petite chose qui me chiffonne et dont, jusqu’à présent, je n’ai pas trouvé d’équivalent historique. Un petit nuage qui est présent dans le subconscient de chacun mais qu’on préfère ne pas voir.

Toute ma vie est sur Google. Mon argent, mon histoire, mes photos, mes souvenirs, mes livres, mon identité, mes relations. Même un simple déplacement ou un accès à mon dossier administratif nécessite mon compte Google.

Et depuis ce soir, quand j’essaie de me connecter, je vois un message « Votre compte a été désactivé ».

Ce n’est sans doute qu’une simple erreur temporaire mais, honnêtement, je ne sais pas trop quoi en penser. J’attends que cela soit résolu pour appeler mes amis et en discuter.

Images par Robert Scoble et Antonio Zugaldia
This post is also available in English.

Source: http://ploum.net/post/le-monde-selon-google


Le monde selon Google

Monday 10 December 2012 at 10:52

This post is also available in English.

Que feriez-vous si vous aviez à votre disposition des ressources et une richesse pratiquement illimitée ? La possibilité d'embaucher les plus grands génies de votre temps, de disposer de toute la technologie imaginable ?

Pour une majorité des grandes entreprises de la fin de la période industrielle, la réponse fut « faire encore plus d'argent, accumuler encore plus de richesses ». Quand on y pense, c'était un peu balot. Pas étonnant que les puissants de cette époque aient été sur le point de foutre le monde en l'air.

Google fut l'exception qui se dégagea. Chez Google, on se contentait de dépenser l'argent pour faire les trucs les plus chouettes possibles, ceux que les patrons avaient envie d'avoir. Forcément, une petite fraction des projets finissaient toujours par rapporter de l'argent. Mais ce n'était pas le but premier.

Logo Google

À son commencement, alors que toutes les entreprises essayaient de créer un site web et d'y garder le plus de visiteurs, Google lança le sien où les utilisateurs devaient passer le moins de temps possible et trouver, ailleurs, ce qu'ils cherchaient. Cela ne pouvait pas être rentable.

Lorsque l'email atteignit son apogée et que les logiciels rivalisèrent en fonctions et en ingéniosité, Google décida de faire une interface simplifiée et uniquement accessible dans un navigateur. Mais avec, gratuitement, un espace virtuellement illimité. Cela ne pouvait pas être rentable.

Vous avez sans doute visité le musée de la technologie. Vous y avez vu le premier véritable smartphone, l'Apple Iphone de 2007. À cette époque, les documents attestent d'une rumeur misant sur une réaction de Google et le lancement d'un Google phone.

Surprise et déception : Google se contenta de publier, gratuitement et sous licence open source, un système d'exploitation pour smartphones : Android. Pourtant ce sont les ventes de téléphones qui faisaient de l'argent. L'idée de Google ne pouvait pas être rentable.

Pourtant, Android devint en moins de dix ans le standard de facto de l'informatique individuelle, sur tous les types d'équipement depuis la télévision géante à l'oreillette. Des fabricants de téléphone qui se pavanaient, il ne reste à présent que quelques constructeurs se faisant concurrence avec des marges de plus en plus serrées.

Google récidiva avec Google Wallet. Plutôt que de rentrer en guerre avec les grands noms comme VISA ou Master Card, il se contenta de proposer un moyen de paiement en ligne qui utilisait justement les cartes de crédit existantes. VISA et les autres y virent une coopération plutôt que de la concurrence.

Mais les échanges de Google Wallet à Google Wallet devinrent bientôt tellement simples que les cartes de crédit périclitèrent. Il suffisait en effet de mettre deux téléphones en contact pour initier une transaction, pour se prêter quelques euros ou pour régler l'addition dans un bar.

Lorsque certaines entreprises offrirent de payer directement les employés sur les comptes Google Wallet, les gouvernements tentèrent d'intervenir. Google se plia à toutes leurs exigences mais commença au même moment à accepter les paiements en bitcoin. Petit à petit, l'économie se passa des états, s'affranchit des frontières, rendant obsolètes des concepts tels que le PIB ou la banque centrale.

Des sites et des services web virent le jour. Il y eu Flattr pour les micros dons, KissKissBankBank pour le microfinancement et d'autres pour les micros crédits. On a appelé cela le P2P banking. Vous vouliez construire une maison ou lancer une entreprise ? Vous empruntiez à des amis et des amis d'amis, chacun fixant son propre taux en fonction de son affinité avec votre projet ou de manière générique. Tout étant géré de manière automatique, la plupart ne savaient même pas à qui ils prêtaient. Tout au plus avaient-ils fixé le montant d'intérêt et la liquidité qu'ils exigeaient de ce qu'ils avaient entreposé sur tel ou tel service.

Comme l'industrie musicale avant lui, le secteur bancaire ne s'est pas laissé faire face à cette concurrence déloyale. À force de lobbying, de corruption, de lois iniques et de procès scandaleux, ils réussirent à prolonger leur agonie pendant près de vingt ans avant de disparaître dans l'opprobre la plus totale. À peine moins rapidement que les états.

En effet, voyant la plupart des transactions financières leur échapper, les gouvernements ne surent plus quoi taxer et firent dans un premier temps front commun avec les banques. Ils durent néanmoins réduirent leur train de vie. Les administrations fondirent comme neige au soleil au gré des crises, se simplifiant de plus en plus, coupant dans le superflu.

Mais les états finirent par s'adapter, se transformant en fédérations de régions et de villes, elles mêmes fédérations de bourgs et de quartiers. La fameuse taxe de propriété fut instaurée. Que vous soyez propriétaire d'une maison, d'une œuvre d'art, d'un cheval, d'une voiture de sport, d'un bijou ou d'une société, vous êtes taxé à l'échelle de sa valeur déclarée aux assurances.

Vous pouvez bien entendu sous-estimer votre bien voire ne pas prendre d'assurance du tout. Mais en cas de sinistre, aucune aide à espérer. Les resquilleurs sont donc rares. De toutes façons, si vous êtes propriétaire d'un bien qui vaut la peine d'être assuré, c'est que vous avez déjà un certain confort. Et la taxe sera intrinsèquement juste vu que proportionnelle à votre richesse.

Aujourd'hui, je vois directement dans mes lunettes la route à suivre pour aller chez un ami, mon agenda, mes nouveaux messages, mon flux de nouvelles, mes livres et quelques jeux auxquels je joue en courant dans le parc. Je dois sauter pour attraper des bonus que je suis le seul à voir, faire des pointes de vitesse quand un monstre me poursuit : c'est excellent pour ma condition physique.

Google Glass

Lorsque j'ai un rendez-vous, mon agenda calcule automatiquement la meilleure manière de s'y rendre en fonction de mon temps libre et de la météo. Si la voiture se révèle la meilleure option, je sais qu'elle m'attendra devant ma porte à l'heure optimale. La voiture conduira seule selon l'itinéraire idéal et retournera à la station de recharge la plus proche après m'avoir débarqué. Inutile de dire que les bus ont complètement disparu. Les trains ne sont utilisés que pour les moyennes ou longues distances Et posséder sa voiture personnelle relève d'un snobisme démodé.

Mais de toutes façons, je ne m’occupe de rien, ce sont des détails d’implémentation qui ne m’intéressent pas. Je dis juste où je veux être et à quelle heure, je choisis mon hôtel parmi plusieurs propositions si c’est nécessaire et je suis les instructions de mes lunettes. Je sors de la voiture, j’embarque dans un train grande vitesse ou un avion, je ressors, prends un métro et marche un quart d’heure. Je fais confiance à Google pour trouver le plus rapide et le moins cher entre toutes les alternatives. D’ailleurs, le système a bien compris que j’aimais la marche à pieds et favorise ce mode de déplacement si le temps le permet. Et si une ondée soudaine apparait, je sais qu’une voiture passera automatiquement me prendre.

Parfois, quand je monte dans la voiture, j'y trouve l'une ou l'autre personne. Le système optimise en effet les déplacements de tous les utilisateurs et je n'ai pas pris l'abonnement « exclusif » de Cambio car il est fort cher. Mais c'est sympa, cela me permet de discuter, de rencontrer des gens de la région. J'ai déjà ajouté de cette manière plusieurs personnes à mon cerle « Gens du quartier ».

Cela me plait de consulter le flux et d'y trouver, de temps en temps, des nouvelles de personnes avec qui j'ai partagé quelques trajets. Grâce à ce cercle, j'ai organisé l'année passée une fête de quartier. Je me suis contenté de créer l'évènement sans date particulière et avec une brève description, invitant toutes les personnes à proximité. Les suggestions ont fusé, certains se sont dévoués pour le matériel, d'autres pour la nourriture. La date s'est fixée automatiquement de manière à satisfaire le plus grand nombre. Même la participation aux frais a été automatiquement calculée équitablement et s’est versée automatiquement, après un clic d’acceptation, aux personnes qui avaient avancé l’argent.

Le montant m'a d'ailleurs paru dérisoire. Mais il faut avouer que les fins de mois difficiles sont un mauvais souvenir, la taxe sur la propriété dissuadant des achats inconsidérés. Faisant partie d'un site d'échange de matériel, je sais qu'en prêtant ma tondeuse de temps en temps, j'ai accès à tous les autres accessoires nécessaires quand j'en ai besoin dans ma maison. Du coup, je préfère investir dans des places de concerts, le visionnage d'un film en famille ou la lecture d'un livre. Bref, des achats qui m'offrent des souvenirs et ne prennent pas une place inutile.

De temps en temps, je me fais plaisir et achète une œuvre d'art pour la murale du salon. J'aime la changer régulièrement même si cela coûte cher. Et si ma femme n'apprécie pas, je reviens en un clic à l'ancienne, profitant de ma nouvelle acquisition en son absence. Il faut avouer que, dans notre salon, tout un mur est peint à l'encre électronique. Une folie ! Je dois d'ailleurs le déclarer à l'assurance sans tarder.

Étant féru d'histoire, je ne peux qu'admirer l'influence de Google sur notre monde. En moins d'un siècle, nous avons connu la réduction des états et une diminution conséquente des conflits, la disparition de la finance sauvage et avec elle d'une grande partie de la pauvreté, une limitation drastique de la pollution et de la consommation à outrance.

Bref, à lui seul Google nous a sortis de la période industrielle, de ce monde qui ne vivait que pour l'absurde croissance et le rendement. Nous sommes dans une nouvelle ère, l'ère Google.

Quand j'y réfléchis, je vois une ombre au tableau. Une petite chose qui me chiffonne et dont, jusqu'à présent, je n'ai pas trouvé d'équivalent historique. Un petit nuage qui est présent dans le subconscient de chacun mais qu'on préfère ne pas voir.

Toute ma vie est sur Google. Mon argent, mon histoire, mes photos, mes souvenirs, mes livres, mon identité, mes relations. Même un simple déplacement ou un accès à mon dossier administratif nécessite mon compte Google.

Et depuis ce soir, quand j'essaie de me connecter, je vois un message « Votre compte a été désactivé ».

Ce n'est sans doute qu'une simple erreur temporaire mais, honnêtement, je ne sais pas trop quoi en penser. J'attends que cela soit résolu pour appeler mes amis et en discuter.



Images par Robert Scoble et Antonio Zugaldia
This post is also available in English.


Flattr our API Documentation

Source: http://ploum.net/post/le-monde-selon-Google


10 raisons de préférer avoir un chat plutôt qu’un bébé

Sunday 9 December 2012 at 19:38

Grumpy Cat trouve la raison 9 particulièrement acceptable pour les bébés

1. Avec un chat, vous pouvez avoir une vie sociale normale. Vous connaissez beaucoup de gens qui ont du annuler un restaurant parce qu’ils n’ont trouvé personne pour garder leur chat ou qui doivent partir plus tôt d’une réunion de travail pour aller chercher leur chat à la garderie ?

2. Le chat fera très vite ses nuits. Et même ses journées. Le bébé non.

3. Au bout de quelques jours, votre chat aura appris à faire ses besoins dans sa litière. Il n’existe pas de litière pour bébé et il vous faudra plusieurs années de patience pour qu’il devienne propre.

4. Le fait qu’un chat puisse vous entendre voire venir dans votre chambre la nuit n’inhibera pas particulièrement votre vie sexuelle.

5. Il existe des croquettes pour chat qui contiennent tout ce dont le chat a besoin. Un paquet par mois et remplir la gamelle d’eau sont tout ce que vous aurez à faire pour nourrir votre chat. Il n’existe pas de croquettes de ce type pour bébé.

6. Vous pouvez partir deux jours en week-end en amoureux en laissant le chat à la maison sans trouver au retour cinq voitures de police et des voisins qui vous traitent de bourreaux.

7. Offrir un jouet à 50 centimes et un morceau de carton tous les six mois à votre chat donnera de vous une image attendrissante de maître attentif et généreux, toujours prêt à gâter son chat. Votre image sera nettement moins positive si vous faites la même chose avec votre bébé.

8. Dans 15 ans, le chat ne vous réclamera pas une mobylette.

9. Si vous en avez marre de votre chat, vous pouvez le balancer dans la rivière dans un sac lesté, l’abandonner sur une aire d’autoroute ou même le porter dans un refuge. Aucune de ces solutions n’est socialement acceptable dans le cas d’un bébé.

10. Quand vous postez des photos de votre chat sur Facebook, vos amis ne cliquent pas sur j’aime car ils se sentent obligés et parce qu’ils ont peur de passer pour des rustres sans cœur. Ils le font parce qu’ils aiment vraiment les photos de votre chat.

Moralité : adoptez un chaton !

Source de l’image

Source: http://ploum.net/post/10raisons-de-preferer-un-chat-a-un-bebe


10 raisons de préférer avoir un chat plutôt qu'un bébé

Sunday 9 December 2012 at 18:38

Grumpy Cat trouve la raison 9 particulièrement acceptable pour les bébés

1. Avec un chat, vous pouvez avoir une vie sociale normale. Vous connaissez beaucoup de gens qui ont du annuler un restaurant parce qu'ils n'ont trouvé personne pour garder leur chat ou qui doivent partir plus tôt d'une réunion de travail pour aller chercher leur chat à la garderie ?

2. Le chat fera très vite ses nuits. Et même ses journées. Le bébé non.

3. Au bout de quelques jours, votre chat aura appris à faire ses besoins dans sa litière. Il n'existe pas de litière pour bébé et il vous faudra plusieurs années de patience pour qu'il devienne propre.

4. Le fait qu'un chat puisse vous entendre voire venir dans votre chambre la nuit n'inhibera pas particulièrement votre vie sexuelle.

5. Il existe des croquettes pour chat qui contiennent tout ce dont le chat a besoin. Un paquet par mois et remplir la gamelle d'eau sont tout ce que vous aurez à faire pour nourrir votre chat. Il n'existe pas de croquettes de ce type pour bébé.

6. Vous pouvez partir deux jours en week-end en amoureux en laissant le chat à la maison sans trouver au retour cinq voitures de police et des voisins qui vous traitent de bourreaux.

7. Offrir un jouet à 50 centimes et un morceau de carton tous les six mois à votre chat donnera de vous une image attendrissante de maître attentif et généreux, toujours prêt à gâter son chat. Votre image sera nettement moins positive si vous faites la même chose avec votre bébé.

8. Dans 15 ans, le chat ne vous réclamera pas une mobylette.

9. Si vous en avez marre de votre chat, vous pouvez le balancer dans la rivière dans un sac lesté, l'abandonner sur une aire d'autoroute ou même le porter dans un refuge. Aucune de ces solutions n'est socialement acceptable dans le cas d'un bébé.

10. Quand vous postez des photos de votre chat sur Facebook, vos amis ne cliquent pas sur j'aime car ils se sentent obligés et parce qu'ils ont peur de passer pour des rustres sans cœur. Ils le font parce qu'ils aiment vraiment les photos de votre chat.

Moralité : adoptez un chaton !



Source de l'image


Flattr our API Documentation

Source: http://ploum.net/post/10raisons-de-preferer-un-chat-a-un-bebe