ploum.net

Ce site n'est pas le site officiel.
C'est un blog automatisé qui réplique les articles automatiquement

The Publisher’s Dilemma

Wednesday 13 February 2013 at 02:30

Ce texte en français

I’m a book publisher. Maybe I should say “I was”. Or “I’m still”. I’m not even sure what my job is. Nor do I know if I still have a job. I’m currently struggling with the “Publisher’s dilemma”. Should I be happy? Am I lucky or desperate? I have no idea…

In 2016, for the first time, there was more electronic magazines sold in the USA than prints. An evolution due to the offer of very cheap and waterproof ebook readers featuring coloured screens. Not to mention the advent of e-ink/amoled combined screens on phones and tablets.

Nevertheless, ebooks were still nearly as expensive as their paperback counterparts, encouraging users to illegally download when they could. Or to buy the paper version to get that superannuated feeling of “owning a thing”.

That was until ReadR appeared. During its first year, the startup was acclaimed and Wired called it “The Spotify for ebooks”. The model was simple: you could buy a subscription per month and read as many books as you want. Their slogan: “Read and Enjoy”.

You’ve probably used ReadR and you know the advantages: your virtual bookshelf is synchronized across all your devices. You can start reading a book on your big e-reader at home, continue it on your phone while in line at the supermarket then finish on your computer’s screen at work during your lunch break. Yes, you can even download a DRM free version of each ebook you’ve read.

The experience is seamless. Best of all : you can add your own ebooks to your ReadR account and share them with your ReadR friends or the whole ReadR community. You’ve just finished a book? Here’s a list of your friend’s recommendations, a list of books from the same authors, etc. ReadR abolishes the limitations of the physical world. Read and enjoy!

The upload feature combined with the recommendation system was immediately perceived as an open gate to massive piracy. Hopefully, the writing industry decided to not follow the steps of its musical counterpart and, instead, to embrace the progress.

After lengthy negotiations, most book publishers, including my company, agreed to publish their entire catalog on ReadR. Each book would receive some money each time it was read. But, instead of a fixed sum, the model was inspired by Flattr, a Swedish micro-donation company.

ReadR now offers four subscription models: the free one, where you can read free content including the complete Project Gutenberg catalog, the mini membership, at 2€/month, the regular, at 5€/month and the premium, at 10€/month. In fact, the 10€/month is a minimal price as you can choose to give as much as you want.

Each book you’ve opened during a given month is awarded a ReadR point for that month. If you recommended a book, to a single friend or to the community, that book receive a second point for that month.

At the end of the month, your monthly subscription is divided by the number of points you’ve awarded. If, in January, you’ve read three books and recommended the last one, that’s a total of four ReadR points. With a mini membership, each point is then valued at 50 cents and the last book receives 1€ (one reading point plus one recommendation point). Ninety percent of that sum goes directly to the author. Yes, authors all secretly hope that you start a book on the last day of the month and read it during five more weeks. They even publish separate chapters for that reason.

The book industry settled on that deal with one major condition: each author could choose to have his book only available for a given membership level. It was foreseen that people, on the average, don’t read more than two books a month. Thus, being read by people paying 5€ or 10€ a month was seen as a good deal. Short stories and small novels were made available for the mini members.

Everybody was happy with the deal and it looked like the books industry mastered the transition from the paper to the virtual. I remember partying all night after the formal agreement. The future was bright and our authors were happy. We laughed at those crooks from the musical industry.

But I didn’t realized that, for the last ten years, there was a growing cast of writers already used to the pure virtuality: bloggers, journalists, hobbyists authors. Most of them never published a dead tree paper book. For that reason, we never considered them as “true authors”. It was only a bunch of talentless amateurs. They nevertheless wrote and gained an audience. They immediately started to publish on ReadR, from short articles to full fledged novels. Journalists published their investigations. Through recommendations on social networks, all of them managed to get readers without having met a single book or a magazine publisher.

They were broadcasting their writing to readers without our help!

Who is a book author? Who is a journalist? Who is a blogger? Who is a teenager writing on the internet? Why would you even ask such a question? Read and enjoy!

Read and enjoy!

That’s when I really understood ReadR’s motto.

The whole concept of “book” is moving as we witness some experiments mixing movies, writing, still pictures, sounds. The soon to be published printed book I have next to my keyboard looks like an ancient manuscript. I feel obsolete myself, like an old yellowed page.

Two years after the launch of ReadR, the whole writing industry is entering into panic mode. Some best-sellers of the last decade didn’t managed to sell well on ReadR. There are many alternatives and everybody reads what he wants to read, thanks to recommendations of friends and acquaintances. We have to build a new marketing infrastructure from scratch in order to get people to read what we want them to read.

We envisioned the ReadR membership levels as a kind of guaranteed revenue. People would not read our books without paying. But what happened is that, instead of pirating, they decided to read something else.

This raised the question: publish for free on ReadR, to get recommendations and get as many readers as possible (including those with a highest membership) or only allow readers from the regular or premium membership?

The answer is simple: the free version is always better. The more visibility, the more chances you have to get premium readers. But if every author publish for free, why would anyone buy a membership? This is called the “Publisher’s dilemma” and is currently giving me a serious headache.

Maybe we should have followed the musical industry’s route: buying politicians, lobbying, suing and making as much money as possible for a few decades, even at the cost of perverting the morality. Or, like newspapers, begging at Google.

But there should be a way. There must be a way. I remember hearing a conversation today, in the street. The woman was saying “It’s funny…” to her girlfriend. Something like “It’s funny, I have a premium membership on ReadR and I only read books from the free catalog. But I don’t care. In fact, I’m happy to give a few bucks to the authors that share their writings.” Yes, it was something like that.

I have to think more about it. There must be a way. Read and enjoy! Read and enjoy!

 

Ce texte en français

This post is part of the Letters from the Future collection. Picture by Kevin Raybon.

 

flattr this!

Source: http://ploum.net/post/publishers-dilemma


Où Flattrer après le spectacle ?

Monday 11 February 2013 at 12:09

Vous êtes incroyablement nombreux à relever mon défi de tester le web payant avec Flattr. Mais je reçois beaucoup de remarques me disant que, à part mon blog, il n’y a pas grand chose à Flattrer.

Allez, je vous donne un coup de main parce qu’il est vrai que certains se font discrets…

Activisme numérique

On ne présente plus Framasotf, promoteur acharné du logiciel et de la culture libre. Malgré mon lobbying intensif, il n’est toujours pas possible de Flattrer les articles individuels sur le Framablog. Mais Framasoft est bel et bien sur Flattr.

Notons aussi la présence de La Quadrature Du Net et de son pendant belge, la NURPA. Enfin, une telle liste ne peut passer à côté de l’Electronic Frontier Foundation.

Et pour les non geeks ?

Il n’y a pas que le numérique dans la vie. Envie de prendre des vacances loin de votre clavier ? Abonnez votre Flattr à Greenpeace, WWF ou Amnesty International. Il faut savoir que ces organisations ne paient pas les 10% Flattr. Votre argent leur est donc dédié à 100%.

Projets en ligne

Si vous vous intéressez au monde du logiciel libre, alors peut-être suivez-vous le Planet Libre. Pourquoi ne pas le Flattrer ? Si, comme moi, vous dévorez les livres électroniques du domaine public, alors ne ratez pas le Project Gutenberg. Et si vous appréciez les tentatives de concurrencer Google, vous êtes peut-être un utilisateur de DuckDuckGo ou d’OpenStreetMap.

Journalisme et actualité

Même si le bouton n’est plus intégré à chaque article, vous pouvez toujours Flattrer Numérama. Mais, tant qu’à faire, pourquoi ne pas soutenir une presse indépendante et sans publicité ? Au hasard, je propose Reflets ou, plus étonnant, le Monde Diplomatique.

Question : Je mets Damien Van Achter dans les blogs ou dans le journalisme ?

Blogs

Bon, il y a évidemment ce blog mais il est loin d’être le seul. Les poids lourds Korben et JCFrog sont sur Flattr, Sebsauvage et, depuis peu, Le Hollandais volantRick Falkvinge, fondateur du premier Parti Pirate et Paul Da Silva, pirate français, sont également sur Flattr. D’une manière générale, n’hésitez pas à insister auprès de votre blogueur favori pour qu’il ouvre un compte. Astuce : Flattrez son compte Twitter (à droite de la page) avant même qu’il ne soit sur Flattr.

Si vous êtes blogueur vous-même, mettez votre bouton Flattr de manière visible sur chaque article et dans votre flux RSS. Je salue d’ailleurs l’arrivée de Souquez les artimuses, qui a décidé de s’ouvrir aux Flattrs.

Certains blogueurs, comme Alias, publient chaque mois un rapport d’activités Flattr. L’occasion de découvrir du contenu.

Logiciels

Si vous êtes un utilisateur de logiciels libres, il y a de grandes chances que certains de vos favoris acceptent les dons Flattr. Getting Things GNOME, bien entendu, mais également Gimp ou Adblock. Pendant quelques temps, Raphaël Hertzog recommandait une sélection de logiciels libres à Flattrer. N’oubliez pas que n’importe quel projet GitHub est Flattrable !

N’oublions pas les jeux ! Étant un peu old school, j’aime bien Battle for Wesnoth et FreeCiv. Mais il y a également des tubes, comme Minecraft.

Vous pouvez également soutenir l’Open Source Initiative ou la Free Software Foundation Europe.

Lectures

Personnellement, je suis un grand fan de TheOatmeal mais la liste des web comics sur Flattr est impressionnante. Si on n’y trouve pas XKCD, les Geekscottes y sont !

Je vous ai offert quelques courtes nouvelles Flattrables mais force est de constater que l’écriture est encore un domaine peu exploré par Flattr. Je rêve d’un lecteur d’ebook avec un catalogue ouvert où l’on pourrait se recommander des textes et Flattrer immédiatement à la fin de la lecture.

Musique

Si on trouve quelques musiciens sur Flattr et si tout SoundCloud est Flattrable, il y en a peu que j’écoute régulièrement. J’ai donc activé le Flattrage automatique sur Grooveshark en espérant inciter les artistes à la création d’un compte Flattr.

Conclusion

Voilà, j’espère qu’avec cette liste, vous ne pourrez plus me dire qu’il n’y a rien à Flattrer. Bien entendu, elle est loin d’être exhaustive et j’ai certainement raté des tas de contenus pertinents. N’hésitez pas à le dire et à partager ce que vous Flattrez !

N’oubliez pas : chaque Flattr est un encouragement et, après le premier Flattr du mois, ne vous coûte rien. Dans le doute, Flattrez ! Et si vous n’êtes pas encore convaincu par Flattr, je vous renvoie vers Et si vous testiez le web payant et Donnez-moi la liberté de vous payer.

 

Photo par Chris Potter

flattr this!

Source: http://ploum.net/post/ou-flattrer-apres-le-spectacle


Le petit Nicolas prend l’avion

Friday 8 February 2013 at 13:08

petit_nicolas

Clotaire venait d’être envoyé au piquet, ce qui arrive à chaque fois que la maîtresse l’interroge sur les fleuves et les affluents, quand le directeur est entré dans la classe avec un monsieur à l’air très important :
— Debout ! a dit la maîtresse.
— Assis ! a dit le directeur.
Le directeur nous a regardé avec le même air que Geoffroy quand il vient à l’école avec un nouveau jouet. Il faut dire que Geoffroy a un papa très riche et qu’il vient souvent à l’école avec des nouveaux jouets.
— Mes enfants, a dit le directeur en mettant sa main sur sa poitrine, afin de promouvoir le goût de l’échange et de la culture, le Conseil Départemental pour la Coordination Provinciale a décidé cette année de financer un voyage à l’étranger pour certaines classes de nos écoles. Votre classe a été choisie. C’est un grand honneur qui échoit sur vous et notre école. J’espère que vous saurez vous en montrer dignes et aurez à cœur de remercier Monsieur le sous-conseiller au secrétaire régional.
— Sous-secrétaire au conseiller, a dit le monsieur.
— Le voyage s’effectuera en avion et nous demandons à vos parents de vous conduire à l’aéroport pour la date prévue. Votre maîtresse et le bou… Monsieur Dubon seront vos accompagnateurs.

Ça, c’était une nouvelle terrible parce que moi, plus tard, je veux faire aviateur alors les avions j’aime beaucoup même si je n’en ai jamais pris. D’ailleurs, le seul qui en a déjà pris c’est Geoffroy, même que l’avion a failli s’écraser, que le pilote était très malade, qu’il a confié les commandes à Geoffroy qui sauvé la vie de tas de passagers et qu’ils l’ont drôlement félicité. Mais il faut dire que Geoffroy est très menteur et moi je pense que tout ça, c’est des blagues.

Le jour du départ, on s’est retrouvé à l’aéroport avec nos papas et nos mamans. Les mamans avaient toutes des poussières dans l’œil et nos papas nous caressaient les cheveux en faisant « hé hé ». Le bouillon, ce n’est pas son vrai nom mais un jour je vous expliquerai pourquoi on l’appelle comme ça, est arrivé avec un grand chapeau comme les explorateurs dans les films, des chaussures de randonnée et des tas de sacs. Il avait l’air un peu nerveux le bouillon, il a serré les mains des papas et des mamans et il a dit:
— Ne vous inquiétez pas, tout va très bien se passer, pas d’inquiétude, ne nous énervons pas.

La maîtresse nous a compté pendant qu’on mettait notre valise sur un tapis roulant où une dame leur mettait un autocollant. Elle nous a dit de dire au revoir à nos papas et à nos mamans et de partir par le couloir qui passe devant un policier derrière une vitre.

Et puis Clotaire est arrivé avec son papa. Le papa de Clotaire était tout essoufflé et se plaignait qu’on lui avait dit que le rendez-vous était au terminal Est, qu’il attendait là-bas et que tout cela était très mal organisé.

Finalement, on a tous passé le policier derrière la vitre et on est arrivé devant une machine toute noire avec un second tapis roulant. On met notre sac sur le tapis roulant, il disparaît dans la machine, on passe dans une porte et si on sonne, bing, on retire un vêtement qu’on met dans la machine. On en retire jusqu’au moment où on ne sonne plus. Très chouette.

Si on a sonné, un monsieur très grand et très fort vous fait le même regard que la maîtresse quand on a un peu trop fait les guignols et puis il ouvre votre sac et vous fouille, comme dans les films de gangsters.
— Tu crois qu’il donne des retenues si on sonne ? j’ai dit à Joachim.
— En tout cas, il n’a pas l’air de rigoler, a dit Maixent.
Clotaire nous a dit qu’il préférait ne pas prendre de risque alors il s’est mis tout nu et a mis tout ses vêtements dans la machine. Le monsieur a eu l’air étonné mais Clotaire n’a pas sonné et il était très fier. Il a dit à Agnan, qui était derrière, que si il ne voulait pas de retenue, il avait intérêt à faire la même chose.

Agnan, il a eu l’air d’hésiter mais le coup de la retenue ça lui a fait plutôt peur. Il faut dire qu’il n’a pas l’habitude Agnan. Alors il a dit que bon d’accord et il est passé tout nu derrière Clotaire. Mais comme il avait oublié ses lunettes, ça n’a pas manqué: il a sonné.

Alors là, ça a été terrible. Agnan s’est mis à se rouler tout nu dans l’aéroport, en hurlant qu’il ne voulait pas de retenue, que personne ne l’aimait, qu’il était terriblement malheureux.

La maîtresse, qui était passée toute habillée à une autre machine, est arrivée à ce moment là. Elle a ouvert les yeux tous ronds et plusieurs fois la bouche sans qu’aucun son ne sorte. Il faut avouer que Agnan, quand il veut, il peut crier drôlement fort et que c’était un drôle de spectacle de le voir se rouler par terre tout nu au milieu des autres voyageurs.

— Agnan, veuillez cesser immédiatement ce cirque et vous rhabiller, a crié la maîtresse !

Agnan a été tellement surpris que la maîtresse le gronde qu’il s’est arrêté et à commencer à se rhabiller en faisant « Mou mou mou » tout doucement.

Pendant ce temps là, le monsieur derrière le tapis roulant avait ouvert le sac d’Alceste et en avait sorti une bouteille de limonade.
— Désolé mon petit, a dit le monsieur, mais je ne peux pas te laisser passer avec ça.
— Ben c’est ma bouteille de limonade, a répondu Alceste.
— Cela pourrait être un dangereux explosif, a fait le monsieur en jetant la bouteille dans la poubelle.
— Si c’est un dangereux explosif, à votre place, je la jetterais pas dans la poubelle, a dit Alceste. Mais tant que je peux emporter mes croissants et ma tartine à la confiture.
Le monsieur il n’a rien dit, il a regardé ses mains pleines de beurre et a commencé à les essuyer sur son pantalon pendant qu’Alceste reprenait son sac.

Ensuite, on est passé dans un endroit où il y avait plein de magasins mais la maîtresse a dit de ne pas traîner et d’aller directement à la porte d’embarquement. Geoffroy a dit que son papa disait la même chose à sa maman quand ils partaient en avion. Alors on a obéi même que le bouillon n’a du retourner que deux fois, la première pour Eudes et Joachim qui s’amusaient à faire pshit avec les parfums en démonstration et la seconde pour Alceste qui était resté devant la vitrine du magasin de pralines.

On est arrivé dans un énorme couloir dont on ne voyait pas le bout avec des tas de tapis roulants. Et vous ne devinerez jamais quoi : sur ceux là, on pouvait marcher !

— À celui qui ira le plus loin possible dans le couloir, a crié Maixent.

Nous nous sommes tous mis à courir sur les tapis roulants. J’ai un peu cogné un monsieur qui regardait son téléphone avant de faire tomber la valise d’une dame. C’était un drôle de chahut, c’était chouette, on s’amusait bien. Et puis j’ai vu arriver le bouillon qui était tout rouge. Il agitait les bras et les narines dans tous les sens, il n’avait pas l’air content, le bouillon.

— Petits voyous, vous finirez au bagne ! Disparaître au moment de l’embarquement ! Regardez-moi dans les yeux !

Il nous a fait mettre en rang et nous sommes montés dans l’avion. C’était tout étroit et une gentille dame a regardé nos tickets en souriant et en nous disant que c’était par là. Ça m’a un peu surpris parce qu’il n’y avait qu’une direction possible de toute façon.

Nous nous sommes assis sur nos fauteuils avec des ceintures de sécurité. J’ai été un peu déçu de ne pas avoir du enfiler un parachute.
— Avec tout ça, on ne saura pas qui a gagné, a dit Eudes.
— On n’a qu’à dire match nul, a répondu Maixent.

Mais moi, je pense que Joachim a gagné. Je l’ai vu entrer dans un mince couloir vers un avion, tout au bout de notre couloir, juste avant que la porte de l’avion se ferme. Il faudra demander à la maîtresse si c’est loin Nouméa, qu’elle puisse aller le chercher après notre atterrissage.

 

Si vous avez aimé ce pastiche de l’œuvre de Sempé et Gosciny, vous aimerez sans doute également Le petit Nicolas et le piratage.

flattr this!

Source: http://ploum.net/post/le-petit-nicolas-prend-lavion


The Morality of Filesharing and the Thought Police

Thursday 7 February 2013 at 12:58

thought_police

A lot of people like to see morality as a clear line dividing the world between good and bad, white and black. As Randall Munroe would say: ” My hobby: making a thought experiment to test where exactly they put this line” (XKCD point, checked).

When I told you why I was a pirate, I received a lot of reactions telling me that I was only trying to give a justification to something inherently bad. When I wrote an open letter to artists and suggested a new way of being paid, I also had those kind of reactions and I was told that I had to respect the artist’s choice. If the artist doesn’t want to be found on The Pirate Bay, it was inherently bad to download his content there.

Inherently bad? But to what extend?

Let say that I legally bought a CD from an artist which is against the evil pirates of the internet. You know what I mean.

Is it bad to rip the CD to my hard disk and make MP3 files? Probably not.

I regularly backup my data on an external USB disk. The MP3 are then also on that disk. Is it bad? I would say no.

Being tired of the music, I sell the CD in a second hand store. Or I give it for free to a friend. Is that bad? Some would say that I have to delete the MP3s from my computer. Being honest, I do it. I delete the files.

One week later, my hard drive crashes. Hopefully, I have a week old backup and I restore from there. At this point, the MP3s are restored too. But, being busy recovering important files, I completely forgot those MP3s.

Am I a pirate because I have illegal MP3s on my computer? Even if I forgot about it? Is that morally bad? If yes, then piracy is the mere possession of a given information on a computer. In that case, listening to a streaming website should be OK, isn’t it? I can also make all my friends become pirates just by sending them the files. As long as they don’t delete the email and empty the trash, they are pirates! So, I would guess that only having the file is not inherently bad.

What if I didn’t originally bought the CD but received it for free from a friend who was tired of it? And who had a backup too?

When I listen to music, it’s usually random. There’s then a good chance that I will listen to those MP3. Do I become a pirate when I listen to the music, even if I forgot that I sold the CD weeks ago? If yes, then I’m also a pirate when my neighbour listen to loud music.

Or do I become a pirate when I realise that I don’t have the CD and willingly choose to not delete the music? Then, being a pirate is only a thought, it’s something completely intangible in your head.

I don’t know what you think but, to me, living in a society where you can be punished for a thought is probably the worst nightmare I can dream of.

How do you rate a “Thought Police” on your morality scale?

 

Picture by Scott Ogilvie

flattr this!

Source: http://ploum.net/post/morality-filesharing-thought-police


Meet John Doe, founder of Blackma.il

Tuesday 5 February 2013 at 13:29

silent_angel

Disponible en français

In fall 2014, BlackMa.il made the buzz. The startup is nonetheless very discreet. A simple CrowIT logo on a letterbox, a hallway, a lift and I am in the lair. Here, zero multicolored balls lying on the ground, zero ostensious accessories: a handful of grey desks and a dozen employees starring at their screens without paying attention to my visit.

With a tainted irony, the principal’s office displays “John Doe.” It is true that the creator of this London-based company prefers to remain anonymous. Respecting this was a requirement to grant me an interview.

The man is tall and has a bald head. Jovial, he rises from his chair to greet me. He looks humble and immediately puts me at ease while I pull out my dictaphone. I feel like I’m meeting a friendly grandfather running a small grocery store.

Hello Mr Doe. Thank you for this meeting. I think you do not give many interviews.

To tell the truth, it is the first time a journalist is allowed to enter this office. But I guess that’s the price of success…

Success, let’s talk about it. Blackma.il is only six months old and already showing an income of tens of millions of dollars. All of that without any VC funding. How do you explain this?

Unlike the majority of so-called social web companies, I have not tried to make a trendy service or to attract millions of users. I just asked myself the question: what would people be willing to pay?

The answer became clear at a time when everyone sees his intimacy unveiled on Google or Facebook. Before, we were paying to spread information. Nowadays, this information is public by default. The corollary is obvious: people will then pay to keep some information confidential.

And how does BlackMa.il practically work?

Rather than go fishing ourselves, we prefer to leave it to our users and to share half of our profits with them. Our users find hidden information and we offer them 50% of our profit.

But who is paying?

Those who wish to keep an information secret. An example: I witness that you cheat on your husband. I took a picture with my phone during one of your tryst. I send this photo on BlackMa.il with the sum I’m requesting, say € 1,000, and the email address of your husband.

From this point, you have one month to answer. After a month without response from you, Blackma.il will send the original photo to your husband. We call it the  ”recipient” in our jargon. If you pay € 1000, the case is closed and the photo is not sent. You can also buy some hesitation time at 10% of the requested price per month. In our case, every € 100 buys you a month. After a year, we consider the matter as concluded. It means you only pay for 2 more months to spread the payment.

50% of the money goes directly to our informant and you will never know his identity. We even care to remove all hidden information from pictures and videos.

Is it legal?

It heavily depends on the country and is different for each particular case. For this reason, the company that manages BlackMa.il is offshored. This office only hosts CrowIT, the consulting firm that provides computer expertise to BlackMa.il.

I know it might be surprising but we didn’t have the slightest threat of litigation so far.

How do you explain this? People should probably be upset to have to pay you!

Firstly, people prefer to avoid scandal. BlackMa.il is a middle man. If you refuse to pay, BlackMa.il is only sending an automatic mail written by another user. It is very difficult to attack, it would be like attacking GMail when someone sends an insult email. Everything was put in place with the help of several legal experts and the offshoring means it is really complicated to legally fight us.

Secondly, we offer guarantees. We explain that we are not responsible for anything but that we do have commitments: we do not accept that the same person have to pay more than once for the same information. Once you have paid € 1,000 for your extramarital affair, you can refute any new request by giving us the transaction number of the first application.

While € 100 is the minimum payment, we encourage informants to make reasonable requests that are more likely to receive a positive response.

We try to be a partner, an intermediary who does not take sides.

What prevents the informant to bypass Blackma.il to request more money a second time?

If you could bypass us, why use Blackma.il firstly? The answer is that Blackma.il offers a zero risk of being identified and facilitates payment. In addition, we have acquired a solid reputation. We guarantee the deletion of any information related to the informant at the end of each case. This way, it becomes impossible to trace the identity of an informant, even for us.

A month ago, a cheaper competitor appeared in Russia. It turned out that after the end of each case, the informants were threatened to have their identity revealed if they did not pay an unexpected amount of money.

I know that Blackma.il is often put in a bad light but we are ethical. This is what differentiates us.

How do you justify the morality of such a business?

Our lives are becoming more transparent. We hide certain aspects of our personality only because of stupid moral conventions. Why couldn’t a woman like you have many lovers? Contraception has obsoleted the need for monogamy.

Somehow, BlackMa.il tries to encourage people to publicly stand. We have many  cases in which the informant claimed to publicize the homosexuality of the subject. More than half stay unheeded. The financial threat pushes these people to make their coming out, to accept themselves. I think this is a very good thing.

In some countries, adultery and homosexuality is still a crime. Don’t you take exceptional measures?

Forcing people to hide their homosexuality is homophobia. This is what must be denounced. By deferring the guilt on the messenger, we justify homophobia and rejection. Everyone should be free to say that someone is gay just like you could say he has blonde hair.

I guess that homosexuality doesn’t cover all of your cases.

Over 80% of our business is sex related: infidelity, addiction to pornography, homosexuality, illegitimate children, going to prostitutes. Sex remains a huge taboo.

On Google Images, you can find images of dead people, images of violence, racism, weapons, nameless horrors. But naked body images are filtered by default. Death, yes. Violence, rejection, yes. Sex, no!

Indirectly, BlackMa.il forces people to accept their sexuality. Visiting a pornographic website does not make you a monster but that is the image we have. Even when we realize that 75% of adults consume pornography.

What about non-sexual cases?

If sex is our main supplier, the second recurring theme is money. Particularly within enterprises. An employee who is witnessing his boss diverting part of the budget. Or a person who realises that someone was scammed by somebody else and asks for a share in the scam.

Those cases are much less numerous but they are much more lucrative. The average amount is multiplied by a thousand.

Can you give an example?

I do not want to say too much. But if you witness someone diverting money, asking for 10% is the most profitable. The recipient is often reluctant to pay more. However, it is not uncommon to witness the diversion of millions or tens of millions.

BlackMa.il here plays a moral role similar to WikiLeaks: it discourages dishonest actions more effectively than any lawsuit threat and preserves the anonymity of the informant.

And BlackMa.il takes 50%?

The fact that we have a strong interest ensures that we wish above all the success of the business. We educate our informants about it. That’s also why we allow the spreading of payment. One non-paid case is a loss for BlackMa.il. It is not in our interest.

I prefer to say that it is a partnership with the informant, especially when one considers that we pay for the infrastructure.

Are you ever bargaining? Handling special cases?

This is one of the great strengths of BlackMa.il: the subject can not contact us other than with a form. He may only answer that he does not pay, that he will pay (monthly or fixed) or request an assimiliation with another previously paid case. There’s no discussion. Moreover, the process is fully automated. The subject knows it and has one month to take a decision.

Do you ever experience remorse?

The vast majority of cases we handle are, in fact, already public. For example, the discussion between the unfaithful husband and his lover can be found on Google in the archives of a forum. This man who is threatened with a revelation of his attendance at a striptease show is already a fan of that show on Facebook. However, he still pays to keep that public information out of his wife’s mailbox.

We are entering in a new transparent society. We can either be hypocrites and hide our differences. Or accept ourselves as we are and accept others without judging.

What about the fundamental right to privacy?

But we respect it! We do not make anything public. The information is only sent to a few selected recipients. Privacy is, for us, as going to the toilet: everyone does it and yet we do not like to do so in public. However, if I send to your husband a picture of yourself taking a piss, he will not be offended. It would be pointless. Unless you always said  to him that you never go to the toilet. In any case, it is not BlackMa.il’s problem and nothing would have been made public.

A word in conclusion?

BlackMa.il is strongly criticized. Publicly, everyone hates it. Yet we have hundreds of thousands of users. Including some of our most ardent critics.

BlackMa.il is to global morality the same shock that WikiLeaks was on world politics. Mankind will be forced to accept differences and stop judging others. BlackMa.il will actually have a positive and peacemaker effect.

Thank you for this interview Mr Doe.

The pleasure was all mine.

While he takes me back to the elevator, an idea suddenly comes.

What would happen if I threatened to publish your real name. How much would you be willing to pay?

This case has already been processed. You need to find something else. But I’m glad to see you as a potential partner. You understand all the potential of BlackMa.il.

With a delicate arm movement, he helps me to get into the elevator. Steel doors close on his smile as he gives me a friendly waving hand. Mechanically, I smile back, like at an old friend.

 

Photo by Marynka Egremy

Disponible en français

flattr this!

Source: http://ploum.net/post/meet-john-doe-founder-blackma-il


The Winmail.dat Syndrome

Monday 4 February 2013 at 14:14

emails

For more than a decade, Microsoft Outlook has been acting in a weird way, sometimes sending email content or attachments in a file called “winmail.dat”. Most mail clients were unable to open that strange file.

The logic behind this behaviour is not trivial but the point is that Microsoft was sending mail in a non-standard format. They were guilty of breaking the mail standard and the only sane solution was, obviously, for them to fix MS Outlook.

But it didn’t happened. And people not using MS Outlook received winmail.dat files while Outlook users could exchange information without problems.

Even if it was nothing but a faulty implementation in MS Outlook, some webmails started to transparently convert winmail.dat to a normal mail format: Hotmail, Yahoo and even GMail. It’s not a standard, it’s the sender fault but the receiver is the one who ends complaining. As such, it was fixed on the receiver side. A really bad and disgusting hack.

The result is that a lot of people are now able to receive badly sent MS Outlook emails. If one of your contacts sends such an email to a bunch of friends, only a tiny minority will actually complain.

And because they are a minority, it will be considered that the fault is theirs. “Oh but you are using that strange mail provider/your own server. You are the geek, you do strange things, fix the issue on your side”.

Worst: if you run a business and offer mail services to paying customers, they will complain and get angry at you. They can’t read an email from a potential customer! They are loosing business opportunities because of you! And no, it’s not Microsoft fault : according to the sender, they are the first to complain. And even if it’s Microsoft fault, they don’t care, they just want to read their emails. Which is a perfectly understandable answer.

I call this anecdote the “Winmail.dat Syndrome“. In the Free Software community, we are eager to support standardisation. To blame people who don’t follow a written standard.

But, sometimes, we are blind to the real de facto standard. A standard that might be a piece of shit, a pure accident. A standard that was chosen by nobody. We try to educate people to the fact that their standard is not good, not a “real” one. But, in reality, nobody cares. They just want to use anything that works, even if suboptimal under the hood.

By being picky about using a true written-by-experts standard, we are sometimes only excluding ourselves from the party. We are doing exactly what we are blaming: not acting as everybody else and doing our own protocol that nobody can understand. The fact that our protocol is open and could be implemented by anyone doesn’t matter for the end users. Nobody understands it and we are the troublemakers.

Does it means that we should accept everything and forget about standardisation? Of course not! But shouldn’t we sometimes admit that we’ve lost a battle and that staying “pure” actually harm our end users instead of helping them?

I tend to think that when a project is hurting its users instead of helping them, even with good intentions, something is very wrong about that project.

flattr this!

Source: http://ploum.net/post/winmail-dat-syndrome


Rencontre avec John Doe, créateur du service BlackMa.il

Friday 1 February 2013 at 00:34

silent_angel

Available in English

Si BlackMa.il fut le buzz de l’automne 2014, la startup n’en reste pas moins très discrète. Un simple panneau au nom de CrowIT sur une boîte au lettres, un couloir, un ascenseur et nous voilà dans l’antre. Ici, nulles balles multicolores jonchant le sol, nuls accessoires : quelques bureaux et une dizaine d’employés devant leurs écrans qui ne se retournent même pas à mon passage.

Avec une ironie contenue, le bureau de la direction annonce « John Doe ». Il est vrai que le créateur de cette entreprise londonienne préfère garder l’anonymat. Ce fut d’ailleurs la condition sine qua non à notre entrevue.

L’homme est grand et a le crâne dégarni. Jovial, il se lève de son fauteuil pour me saluer. Il est simple et me met tout de suite à l’aise tandis que je sors mon dictaphone. J’ai l’impression d’être face à un sympathique grand-père patron d’une petite épicerie familiale.

Bonjour Mr Doe. Merci de me recevoir. Je pense que vous n’accordez pas beaucoup d’interviews.

Pour tout vous avouer, c’est même la première fois qu’un journaliste pénètre dans nos bureaux. Mais je suppose que c’est la rançon du succès…

Le succès, parlons-en. Après seulement six mois d’existence, BlackMa.il affiche déjà plusieurs dizaines de millions d’euros de bénéfice. Et cela avec un investissement sur vos fonds propres. Comment expliquez-vous ce succès ?

Contrairement à la majorité des sociétés de l’ère du web social, je n’ai pas essayé de faire un service à la mode ni d’attirer des millions d’utilisateurs. Je me suis juste posé la question : pour quoi les gens seraient-ils prêts à payer ?

La réponse m’est apparue clairement en cette période où chacun voit son intimité dévoilée sur Google ou sur Facebook. Avant, on payait pour diffuser de l’information. De nos jours cette information est publique par défaut. Le corollaire est évident : on paiera pour garder des informations confidentielles.

Et quelle est la solution pratiquement mise en œuvre par BlackMa.il ?

Plutôt que de partir à la chasse aux informations, nous avons préféré laisser cela à nos utilisateurs et partager nos bénéfices avec eux à hauteur de 50%. Ce sont nos utilisateurs qui trouvent les informations cachées et nous les proposent.

Mais qui paie dans ce cas ?

Ceux qui souhaitent garder une information secrète. Prenons un exemple : je suis témoin du fait que vous trompez votre mari. Je prend une photo avec mon téléphone lors d’un de vos rendez-vous galant. J’envoie cette photo sur BlackMa.il avec la somme que j’exige, disons 1000€ et l’adresse email de votre mari.

À partir de ce moment, vous avez un mois pour réagir. Si au bout d’un mois BlackMa.il n’a pas de réaction de votre part, la photo et le texte original est envoyé à votre mari. Nous l’appelons le destinataire dans notre jargon. Si vous payez 1000€, l’affaire est classée et la photo n’est pas envoyée. Vous pouvez également acheter du temps de réflexion à hauteur de 10% du prix par mois. Dans notre cas, chaque tranche de 100€ vous achète un mois. Au bout d’un an, nous considérons l’affaire comme conclue. Vous ne payez donc que 2 mois supplémentaire pour étaler le paiement.

50% de la somme va directement à notre informateur, que vous ne connaîtrez jamais. Nous prenons même le soin de cacher toutes les informations cachées dans les photos ou les vidéos.

N’est-ce pas illégal ?

Cela dépend fortement des pays et de l’affaire traitée. C’est pourquoi la société qui gère le business de BlackMa.il est installée sous des cieux plus cléments. Les bureaux dans lequel vous vous trouvez sont ceux de CrowIT, la société de consultance qui fournit l’expertise informatique à BlackMa.il.

D’ailleurs, nous n’avons pas encore eu la moindre menace de procès.

Comment expliquez-vous cela ? Cela ne doit pourtant pas être de gaieté de cœur que les bourses se délient !

Tout d’abord, les gens préfèrent éviter autant que possible le scandale. BlackMa.il ne fait que l’intermédiaire. Si vous refusez de payer, BlackMa.il n’aura fait que transmettre un mail de manière entièrement automatique avec un délai d’un mois. C’est très difficile à attaquer, surtout étant donné le caractère international. Nous avons mis tout cela en place avec l’aide de plusieurs experts.

Enfin, nous offrons des garanties. Nous expliquons qu’en cas de refus nous ne sommes plus responsable de rien. Par contre, nous avons des engagements : nous n’acceptons pas de faire payer la même personne plusieurs fois pour la même information. Une fois que vous avez payé 1000€ pour votre liaison extra-conjugale, si vous recevez une nouvelle demande, vous pouvez la réfuter en nous donnant le numéro du dossier précédent et nous annulerons la transaction.

Bien que 100€ soit le paiement minimal, nous encourageons les informateurs à faire des demandes raisonnables qui ont plus de chance de recevoir une réponse positive.

Nous essayons d’être un partenaire, un intermédiaire qui ne prend pas parti.

Qu’est-ce qui empêche l’informateur de réclamer une seconde fois de l’argent  mais sans passer par Blackma.il cette fois ?

En effet. Mais dans ce cas, pourquoi utiliser Blackma.il la première fois ? Blackma.il offre un risque nul d’être identifié et facilite le paiement. De plus, nous avons acquis une solide réputation : nous nous engageons à effacer toute information relative à l’informateur à la clôture de chaque affaire. De cette manière, il devient impossible de retracer l’identité d’un auteur.

Il y a un mois, un concurrent meilleur marché est apparu en Russie. Il s’est avéré qu’après la clôture de chaque affaire, les informateurs de ce site se voyaient menacés de voir leur identité révélée si il ne payait pas une somme régulière.

Je sais que Blackma.il est souvent mal perçu mais nous avons une éthique. C’est ce qui nous différencie.

Justement, comment justifiez-vous la moralité d’une telle entreprise ?

Nos vies sont de plus en plus transparentes. Nous cachons certaines facettes de notre personnalité pour de simples conventions morales dépassées. Pourquoi une femme comme vous ne pourrait-elle pas avoir plusieurs amants ? La contraception a pourtant rendu obsolète la nécessité de la monogamie.

D’une certaine manière, BlackMa.il tente d’encourager les gens à s’assumer. Nous avons par exemple beaucoup d’affaires où l’informateur prétend rendre publique l’homosexualité du sujet. Et bien près de la moitié restent lettre morte. La menace financière pousse ces personnes à faire leur coming out, à assumer leur homosexualité. Je pense que c’est une très bonne chose.

Dans certains pays, l’adultère et l’homosexualité sont encore des délits. Ne prenez-vous pas de mesures d’exception ?

Forcer les gens à cacher leur homosexualité est de l’homophobie. C’est cela qui doit être dénoncé. En reportant une partie de la culpabilité sur le messager, on justifie l’homophobie et le rejet. Chacun doit être libre de dire qu’un autre est homosexuel comme on dit qu’il a les cheveux blonds.

Il ne doit pas y avoir que des affaires d’homosexualité.

Plus de 80% de nos affaires sont liées au sexe : infidélité, consommation de pornographie, homosexualité, enfants illégitimes, fréquentation de prostituées. La réalité est que le sexe est resté un énorme tabou.

Sur Google Images, vous pouvez trouver des images de morts, des images à caractère violent ou raciste, des armes, des horreurs sans nom. Mais, par contre, les images de corps nus sont filtrées par défaut. La mort, oui. La violence, le rejet, oui. Le sexe, non !

De manière indirecte, BlackMa.il force les gens à assumer leur sexualité. Consulter un site pornographique ne fait pas de vous un monstre mais c’est pourtant l’image que nous en avons. Jusqu’au jour où nous réalisons que 75% des adultes consomment de la pornographie.

Comment justifiez-vous les affaires à caractère non-sexuel ?

Je le répète, le sexe est notre principal fournisseur. Le second sujet récurrent est l’argent. Tout particulièrement au sein des entreprises. Un employé qui a compris que son patron détournait une partie du budget. Ou une personne qui a compris qu’une de ses connaissances a été arnaquée et qui veut sa part.

Ces affaires sont nettement moins nombreuses mais elles sont beaucoup plus lucratives. Les sommes moyennes sont multipliées par mille.

Pouvez-vous nous donner un exemple ?

Je ne souhaite pas en dire trop. Mais sachez que si quelqu’un détourne beaucoup d’argent, 10% est le plus rentable. Au dessus, le destinataire hésite à payer. Or il n’est pas rare, dans certaines sphères, d’être témoin du détournement de plusieurs millions voire dizaines de millions. Il suffit de menacer d’envoyer l’information à un journaliste.

Ici BlackMa.il joue un rôle moral comparable à WikiLeaks : il décourage les actions malhonnêtes plus sûrement que la menace d’un procès en préservant l’anonymat de l’informateur.

Et BlackMa.il prend 50% sur ces sommes ?

Le fait que nous soyons fortement intéressé assure que nous souhaitons avant tout la réussite de l’affaire. Nous éduquons nos informateurs en ce sens. Et c’est pourquoi nous autorisons l’étalement du paiement. Une affaire non-payée est une perte sèche pour BlackMa.il. Ce n’est pas dans notre intérêt.

Je préfère dire qu’il s’agit d’un partenariat équitable avec l’informateur, surtout lorsqu’on considère que tous les frais sont à notre charge.

N’avez-vous jamais de demandes de négociation ? De cas particuliers ?

C’est une des grandes forces de BlackMa.il : le destinataire ne peut pas nous contacter autrement que par un formulaire. Il peut juste répondre qu’il n’accepte pas de payer, qu’il paie (par mois ou au forfait) ou demander d’assimiler cette affaire à une autre précédemment payée. Nous ne rentrons pas dans le dialogue. D’ailleurs, le processus est entièrement automatisé. Le sujet le sait et a un mois pour prendre sa décision.

Éprouvez-vous parfois des remords ?

La grande majorité des affaires que nous traitons sont en fait déjà publiques. Ainsi, la discussion en ligne de ce mari infidèle avec son amante peut être trouvée sur Google dans les archives d’un forum. Cet homme à qui on menace de révéler sa fréquentation d’un salon de strip-tease est déjà fan dudit salon sur Facebook. Pourtant, il paie pour que le mail ne soit pas envoyé à sa femme.

Nous entrons dans une société transparente. Nous pouvons soit faire les hypocrites et cacher nos différences. Ou bien s’accepter comme nous sommes et accepter les autres.

Que faîtes-vous du droit à la vie privée ?

Mais nous le respectons tout à fait. Nous ne rendons pas publiques les affaires que nous recevons. L’information n’est jamais envoyée qu’à un ou plusieurs destinataires. La vie privée c’est pour nous comme aller aux toilettes : tout le monde le fait et pourtant nous n’apprécions pas le faire en public. Cependant, si j’envoyais une photo de vous sur le cabinet à votre mari, il ne s’en offusquerait pas. Cela n’aurait aucun intérêt. Sauf si vous avez toujours prétendu à votre mari que vous n’alliez jamais à la toilette. Mais BlackMa.il n’aura rien rendu de public.

Un mot pour conclure ?

BlackMa.il est fortement décrié. Publiquement, tout le monde s’insurge et le voue aux gémonies. Pourtant nous avons des centaines de milliers d’utilisateurs. Parmi lesquels certains de nos plus ardents détracteurs.

Mais BlackMa.il aura sur la morale mondiale le même effet d’électrochoc que Wikileaks a eu sur le monde politique. L’homme s’assumera et arrêtera de porter un jugement sur les autres. Les truands craindront de s’associer de peur de devoir s’acheter le silence l’un à l’autre. BlackMa.il a donc réellement un rôle positif et pacificateur.

Merci pour cet entretien Mr Doe.

Tout le plaisir était pour moi.

Alors qu’il me raccompagne jusqu’à l’ascenseur, une idée me vient soudainement.

Que se passerait-il si je menaçais de publier votre vrai nom. Quelle somme seriez-vous disposé à payer ?

Cette affaire a déjà été traitée. Il vous faudra trouver autre chose. Mais je suis heureux de voir en vous une partenaire potentielle. Vous avez bien compris tout le potentiel de BlackMa.il.

D’un délicat mouvement du bras, il m’aide à monter dans l’ascenseur. Les portes d’acier se referment sur son sourire tandis qu’il me fait un geste de la main. Machinalement, je lui rend son sourire, comme à un vieil ami.

 

Photo par Marynka Egremy

Available in English

Mise-à-jour du 5 février : ajout d’un paragraphe sur la concurrence

flattr this!

Source: http://ploum.net/post/rencontre-avec-john-doe-createur-du-service-blackma-il


Paying for the web?

Sunday 27 January 2013 at 18:24

Virtual-Tip-Jar

Disponible en français

I know it sounds crazy but I want you to give a try to this little experiment. During one year, you will pay for the content you consume on the web: blog posts, music, videos, nice pictures, news and even single tweets! You will pay for everything!

What? Paying for the web? Yes but…

There are two catches. The first one being that you will pay only after consuming the content and only if you liked it/found it worthwhile. It’s like going out to a movie and deciding, afterward if it worth to pay the ticket.

The second catch is that you will always spend 2€ per month, whatever content you may have consumed. At the end of the year, this experiment will then cost you only 24€. Interesting enough if you can afford it.

How to get started?

It is easy. Create an account on Flattr and send them 24€.

flattr

Once registered on Flattr, try to find the little green button each time you appreciate some content. If you don’t find it, don’t hesitate to contact the author and ask for one.

flattrbuttons

But Flattring is often possible without an explicit button. Install the Flattr extension for Chrome or Firefox and the Flattr logo will be displayed in your browser each time you will be on a “Flattrable” page. That way, you can flattr individual tweets on Twitter, videos on Vimeo, music on Soundcloud and Grooveshark, pictures on  Flickr500px, Instagram and software projects on Github. Yes, you can even flattr a single github commit!

flattr_extension

If the author of that content doesn’t have a Flattr account yet, your Flattr is marked as pending. The money will be transferred from your account to the author account only when he will claim his pending Flattrs.

You can even set automatic Flattering on Grooveshark. Artists you listened to during a given month will automatically receive a Flattr that month. An external service called FlattrStar allows you to automatically Flattr content you starred in Google Reader, Readability, Instagram, Pocket and many more. It is even possible to Flattr someone in the street with your smartphone! But let’s keep that for later.

Receiving Flattrs

You are supporting the content you like. But maybe are you a content publisher yourself? Your content may be Flattered on any of the aforementioned website. If you have a blog, don’t hesitate to make each post Flattrable.

And if you comment on this very own blog, don’t hesitate to add your Flattr ID. A comment is content, after all. It might be considered useful, interesting or funny by someone else and worth a Flattrs.

The downside

If I’m a huge Flattr fanatic but there are two main critics that you should be aware of.

Firstly, Flattr is a proprietary centralized model. You have to trust them. If Flattr becomes one day extremely popular, it would have an awful lot of power. I hope to see some competitions, some distributed alternatives (using Bitcoin?). But, in the mean time, Flattr is a functional and very interesting solution.

Secondly, Flattr takes 10% on each Flattr. During your experiment, 2,4€ will then go directly to Flattr. If it makes sense to have some fee, some would like to see it lowered.

Conclusion of the experiment

Take one year to make the test. In the worst case, you only lose 24€. Losing is not a very appropriate word when you know that 21.6€ will go to the maker of content you appreciate. You can even test for only 6 months by sending 12€.

But if everything goes well, you will discover the simple pleasure of supporting what you like on the web. You will subscribe to some content in order to Flattr them during 3 or 6 months. You will find yourself raising the monthly limit to 3€, 5€ or even, if you are very rich, the maximum of 250€.

And what if the goal of earning as much as you are spending on Flattr gives you the motivation to create a blog, to publish picture on Flickr, music on SoundCloud or videos on Viméo? Don’t be ashamed: if a few euros give you the motivation, why not using that to unleash you creativity?

Disponible en français

flattr this!

Source: http://ploum.net/post/paying-web


Et si vous testiez le web payant ?

Saturday 26 January 2013 at 00:01

Virtual-Tip-Jar

English version

Je vous propose une expérience. Pendant toute l’année 2013, vous allez payer 2€ par mois pour le contenu que vous consommerez sur le web : les billets de blog, les photos que vous appréciez, la musique, les articles de la presse en ligne et même les commentaires ou les tweets. Tout deviendra payant !

Quoi ? Rendre le web payant ? Oui mais…

La première subtilité c’est que c’est vous qui allez choisir a posteriori le contenu pour lequel vous payerez. C’est un peu comme aller au cinéma et, à la fin de la séance, choisir si le film était assez valable pour mériter que de payer le ticket.

La seconde subtilité c’est que vous ne dépenserez que 2€ par mois, quoiqu’il arrive. Aucun risque d’avoir une mauvaise surprise. Au final, cette expérience ne vous coûtera donc que 24€ pour toute l’année. Si vous êtes d’un naturel curieux et que vous pouvez vous permettre cette dépense, pourquoi ne pas tenter ?

Comment se lancer dans cette expérience ?

C’est très simple : il suffit de se créer un compte sur Flattr et de leur verser 24€ par carte de crédit ou par virement IBAN.

flattr

Une fois votre compte activé, à chaque fois que vous appréciez du contenu, essayez de trouver le bouton vert afin d’envoyer un « Flatt ». Si vous n’en trouvez pas sur votre site préféré, n’hésitez pas à contacter l’auteur et lui conseiller d’en rajouter un.

flattrbuttons

Mais même sans bouton vert, vous pouvez souvent soutenir l’auteur. Si vous installez l’extension Flattr pour Firefox ou Chrome, le logo Flattr s’affichera en haut de votre navigateur à chaque fois que la page que vous êtes en train de consulter sera « Flattable ». Il est ainsi possible de Flatter les tweets sur Twitter, les vidéos sur Vimeo, la musique sur Soundcloud et GrooveShark, les images sur Flickr, 500px et Instagram, les projets et même les commits sur Github.

flattr_extension

Dans le cas où un auteur n’a pas encore de compte Flattr, votre Flatt est mis en attente et ne deviendra effectif que lorsqu’il aura été réclamé. L’argent des Flatts en attente reste bien entendu sur votre compte.

Il est même possible d’automatiser : GrooveShark propose l’option de Flatter les artistes que vous avez écouté durant le mois. Le service externe FlattrStar permet de Flatter automatiquement le contenu que vous marquez comme favori dans Google Reader, Readability, Instagram, Pocket et bien d’autres. Il est même possible de Flatter les artistes dans la rue avec son smartphone ! Mais chaque chose en son temps, gardons tout cela pour plus tard.

Recevoir des Flatts

Vous soutenez donc le contenu que vous appréciez. Mais, après tout, si vous publiez sur n’importe lequel de ces sites, vous êtes également éligible pour recevoir des Flatts. Peut-être votre production est-elle appréciée. Si vous avez un blog, n’hésitez pas à faire en sorte que chacun de vos billets soit Flattables.

Et si vous postez un commentaire sur ce blog, n’oubliez pas de renseigner votre identifiant Flattr. Qui sait d’autres le jugeront suffisamment pertinent pour mériter un Flatt !

Le revers de la médaille

Si je suis très enthousiaste sur le principe, il faut reconnaître que Flattr a deux gros défauts.

Le premier c’est qu’il s’agit d’un service propriétaire centralisé. Il faut donc leur faire entièrement confiance. Ayant des contacts assez réguliers avec l’équipe, je leur accorde la mienne mais j’avoue que j’aimerais voir l’émergence d’alternatives décentralisées (basées sur bitcoin ?) ou d’une réelle concurrence. En attendant, Flattr est une solution particulièrement intéressante.

Le second défaut est que Flattr prend 10% sur chaque don. Au cours de votre expérience, 2,4€ iront donc à Flattr. Si il est raisonnable de payer une commission, le pourcentage peut sembler élevé.

Conclusion de l’expérience

Prenez un an pour tester. Dans le pire des cas, vous aurez dépensé 24€ dont 21,6 auront été directement aux contenus que vous avez apprécié. Et vous en resterez là. Vous pouvez même limiter l’expérience à 6 mois en ne virant que 12€.

Mais si tout se passe bien, vous découvrirez le plaisir de soutenir le web que vous appréciez, vous vous abonnerez aux productions particulièrement intéressantes afin de les Flatter durant 3 ou 6 mois et vous vous surprendrez à augmenter la limite mensuelle à 3€, 5€ ou, si vous êtes très riche, 250€ qui est le maximum.

Peut-être que la volonté de rentabiliser votre compte Flattr vous motivera à créer un blog, à publier des photos sur Flickr, de la musique sur SoundClound ou des vidéos sur Viméo. C’est un peu honteux de l’avouer mais, si quelques euros vous motivent et vous poussent à vous exprimer, pourquoi s’en priver ?

 

English version

flattr this!

Source: http://ploum.net/post/si-vous-testiez-le-web-payant


Lorsque l’industrie fait son deuil

Tuesday 22 January 2013 at 12:54

Une vieille industrie

Confronté à une évolution de la société ou un progrès technologique qui la met en péril, une industrie doit faire le deuil de son business model. Le deuil est une étape nécessaire avant de pouvoir construire un nouveau modèle, de s’adapter.

Au cours de ce deuil, les industriels et les clients vont, sans le savoir, suivre les étapes décrites par Elisabeth Kübler-Ross : le déni, la colère, le marchandage, la dépression et pour finir l’acceptation. Au plus ces étapes seront longues, au moins l’acceptation sera facile.

Le déni

Confronté à la nouveauté, les premières réactions vont être de l’ignorer ou de la minimiser. On reconnait très bien cette étape au fait que les industriels ne savent donner aucun argument concret pour justifier la continuation de leurs affaires. À la place, ils se rabattent sur de l’impalpable : « Nos clients nous sont fidèles », « Notre clientèle fait confiance à nos années d’expérience », « Chez nous il y a le service et la qualité » voire « Les clients ne vont pas acheter ce produit concurrent, ce n’est pas dans leurs habitudes » ou « Il y a des cas où notre produit est meilleur ».

Les clients eux-mêmes justifieront leur fidélité à l’ancien modèle avec ces arguments. Remarquons la difficulté de trouver du concret ou l’utilisation d’une situation existante pour justifier des ventes futures sans tenir compte de l’évolution probable. « Tout le monde n’a pas Internet ».

Aujourd’hui, ce stade est très visible chez les fabricants d’ordinateurs portables « Une tablette n’est pas un outil de travail » ou de GPS « Mais tout le monde n’a pas de smartphone ». On le retrouve également dans l’industrie automobile « Du pétrole, on en trouvera toujours » ou « Il est illusoire de vouloir se passer de la voiture ».

D’autres arguments de déni portent sur la fourniture de services annexes présentés comme indispensables : « Les gens vont continuer à acheter des CDs. Ils ont besoin de toucher, de consulter le livret. »

La colère

Les chiffres de vente sont en baisse, on ne peut plus le nier. Parfois, ce n’est pas une réelle baisse mais une croissance éhontée du concurrent. L’industrie passe alors par une phase de colère. Cette colère se marque par une moralisation appuyée de ce qui n’était que de la vente et de la consommation. L’évolution devient « mauvaise ». On fait peser sur les anciens clients infidèles une culpabilité morale.

C’est Steve Ballmer qui traite Linux de Cancer, ce sont les usines nationale qui s’insurgent contre les produits étrangers, c’est l’industrie du disque qui présente le spectre des musiciens mourants de faim et réduits à mendier.

Les clients fidèles intègrent cette moralité et elle donne un côté éthique à leurs achats. Acheter ces produits procure une gratification morale intense. Cela devient d’ailleurs l’unique valeur ajoutée de l’achat : on paie plus cher pour s’acheter une bonne conscience. Les clients ayant abandonné le navire sont pointés du doigt. Souvent, il est également fait appel à la fibre patriotique ou éthique.

Le marchandage

Il devient évident que la compétitivité et la rentabilité économique font désormais partie du passé. En échange de cette reconnaissance, l’industrie négocie la poursuite de ses activités mais, cette fois-ci, subventionnées par le gouvernement ou par des transactions tout à fait artificielles.

Les arguments deviennent la préservation des emplois et le fait que la société ne peut pas se passer de l’industrie concernée. Contrairement aux étapes précédentes, les arguments ne sont plus destinés aux clients mais bien uniquement au pouvoir politique. On met également au défi les clients infidèles de trouver un nouveau business model mais sans changer un iota des intérêts existants. L’impossibilité flagrante de s’adapter sans rien changer  est pris comme une justification de la continuation actuelle.

Typiquement, on trouve les industries lourdes qui ne tournent que grâce au financement public ou les journalistes qui souhaitent faire payer Google pour combler la perte de leurs revenus.

Dans une grande majorité des cas, le pouvoir politique saute à pieds joint et finance des emplois de toutes façons condamnés.

La dépression

Dans la dépression, toutes les barrières sautent. L’industrie n’hésitera pas à recourir à des moyens à la limite de la légalité pour tenter d’inverser le cours de destin : corruption, attaques en justice de ses anciens clients qui ont eu le malheur de l’abandonner, lobby politique pour faire passer des lois iniques dans son unique intérêt.

L’industrie du disque attaquant des citoyens pour téléchargement de MP3 et tentant de faire passer l’accord SOPA est un exemple particulièrement illustratif : toute moralité, toute humanité a été abandonnée. On est dans la rage destructrice : le monde disparaîtra avec moi !

Les grèves contre la fermeture d’une usine sont une autre illustration. Face à une menace de ne plus pouvoir travailler, les employés arrêtent le travail en signe de protestation et vont, dans certains cas, jusqu’à la destruction physique du matériel. L’apparente absurdité est en fait la manifestation d’un profond désespoir.

La dépression mène aux licenciements en masse voire à la faillite totale. La responsabilité n’est que rarement assumée. Le monde entier et principalement les anciens clients sont accusés de tous les maux.

L’acceptation

Le nouvel ordre est accepté. De nouvelles entreprises apparaissent. Les anciennes qui n’ont pas fait faillite se restructurent soit en ciblant un marché particulier soit en adaptant leur offre.

On notera par exemple la transformation radicale d’IBM qui est passé en quelques années d’une société produisant des ordinateurs à une pure société de logiciels, de services et de conseils. Devant la pression du marché, il était en effet évident que les marges sur le matériel n’allaient faire que baisser. IBM a anticipé et accepté ce fait pour s’adapter. D’autres, comme HP, éprouvent aujourd’hui les plus grandes difficultés pour être resté dans le déni (et y être toujours ?).

Différence par rapport à un deuil classique

Il est important de remarquer que, contrairement à un deuil classique, une industrie devant faire face à la disparition de son business model va faire l’expérience des étapes décrites sur une longue période et va les mélanger allègrement. En effet, les étapes concernent les individus. Les travailleurs, les dirigeants, les clients et les politiques. Chaque individu va passer à travers les étapes selon son propre rythme.

Ainsi, un groupe de dirigeant peut être dans la phase de marchandage et convaincre un politicien de rester dans le déni en lui disant qu’il ne s’agit que d’une situation temporaire. Dans le même temps, on tentera de garder les clients dans l’état de la colère afin qu’ils fassent pression sur le politicien. Si l’industrie de la musique est clairement entré dans la phase de dépression, ses clients fidèles et ses employés (les musiciens) oscillent pour la plupart entre la colère et le marchandage.

Au sein d’une même entreprise, des employés peuvent être en train de suivre des cours du soir et d’envoyer déjà des CV (acceptation) alors que d’autres manifestent (dépression) et que certains préfèrent ne même pas y penser (déni).

Conclusion

Un point important est l’inéluctabilité. Dès qu’une entreprise ou un pan entier d’une industrie rentre dans le déni, la fin est annoncée. La résistance peut retarder la chute finale mais la rendra également plus violente. Plus les différentes étapes sont prolongées, moins il y a de chance d’avoir une acceptation douce avec une adaptation plutôt qu’un drame.

Il faut cependant relativiser sur le fait qu’une fin annoncée peut parfois prendre des années pour devenir perceptible. L’aspect lointain renforcera le déni, posant les bases d’une chute finale violente en lieu et place d’une reconversion négociée.

Photo par Holger Eilhard

 

flattr this!

Source: http://ploum.net/post/lorsque-lindustrie-fait-son-deuil